Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Conférence

  • Le Cri de la Chouette - le Billet du C.A.L

    F87A9E18-8157-4C23-A97E-AE1E3994100B.jpeg

    L’AVENIR APPARTIENT-IL AUX PSYCHOPATHES ? Par Monsieur le Docteur Michel-Henri MARTIN, Neuropsychiatre Psychothérapeute, professeur honoraire de l’Université de Mons et expert auprès des Tribunaux.

    Nous parlerons de quelqu’un qui est extrêmement présent dans nos sociétés sur les scènes culturelles, médiatiques, politiques, en littérature et au cinéma : le (ou la) psychopathe. Personnage fascinant, il est partout, bien au-delà de sa présence réelle… Quoique : selon toutes les études confondues, 1 à 2 % de la population... Quelqu’un pour qui le Temps n’existe pas, la Mort n’existe pas, pour qui l’Autre n’existe pas. Etrangeté de la Nature ? Personnalité pathologique ? Fonction sociale utile ? Figure du Mal ? L’actualité nous oblige à quitter les postures naïves et regarder en face ces êtres dangereux. Nous en proposerons une lecture approfondie, sans jargon, au-delà des clichés.

    A5164071-555C-4880-AEDD-FCB7914F2036_4_5005_c.jpeg

    Michel-Henri Martin est l’auteur de « Hédonisme et responsabilité - Une éthique pour le plaisir », Ed. De Boeck 2009.

    Où : Salle Fricaud-Delhez - rue de la Station, 54 à Blegny

    Quand : Mercredi 15 juin 2022 à 20 h

    Informations : auprès de la Maison de la Laïcité de Visé 0477 78 34 79 - laicite.vise@gmail.com Nous vous attendons nombreux et nombreuses.

  • Conférence « Les charentaises nuisent à la santé, on va vous le prouver !

     
     

    Envie de participer à un échange dynamique sur le sujet ?
    Rendez-vous le 11 mai 2022 à la Salle des Tréteaux de Visé.

    Venez découvrir qu’« activité physique » n’est pas forcément synonyme d’« activité sportive », mais que les deux sont indispensables à notre santé. Adopter de nouvelles habitudes, ce n’est pas que pour les autres.

    Pour cela, nous aurons le plaisir d’accueillir Marc Cloes (Département des Sciences de la motricité de l’Université de Liège) qui nous fera profiter d’un moment de convivialité au cours d’une conférence reposant sur l’interaction avec le public. Vous aurez également l’occasion de poser vos questions et échanger sur les conseils mais aussi sur les trucs et astuces.

    En pratique :

    Accueil : dès 14h
    Début de l’intervention du Professeur Cloes  : 14h30 
    Suivi d’un drink en toute convivialité au profit de la Fondation contre le cancer.

    Où : Salle des Tréteaux, rue du Collège 31 à 4600 Visé

    Inscription obligatoire via liege@eneosport.be ou au 04 221 74 46 du lundi au vendredi de 9h à 12h

    Un événement gratuit en collaboration avec la MC Liège (CMS Visé) et la Fondation contre le Cancer

    Photo@Freepik /wayhomestudio

  • Conférence au CAL Basse-Meuse, le 11 mai 2022 Salle des Tréteaux à Visé

    F87A9E18-8157-4C23-A97E-AE1E3994100B.jpeg

    Conférence au CAL Basse-Meuse, le 11 mai 2022

    Salle des Tréteaux à Visé

    Par Philippe OLISLAGERS Professeur Haute Ecole de la Province de Liège Conseiller communal honoraire de la Ville de Visé Fondateur de la Maison de la Laïcité de Visé

    Titre : Enquête sur Abraham : infanticide ou non ?

    Répondre à la question du sens à donner à la référence faite en spiritualité humaine à des « Livres sacrés » est un vaste programme. Aborder un seul "Livre sacré" sans parler des autres apparait de suite trop réducteur. Parler de tous les "Livres sacrés" est évidemment prétentieux. C'est pourquoi le conférencier choisit une méthodologie particulière. Il porte sa recherche et son intérêt sur un seul personnage - Abraham ou Ibrahim - et sur un seul épisode de sa vie : le Sacrifice de son fils. Cet épisode morbide est rapporté dans trois livres sacrés : la Torah des Juifs, la Bible des Chrétiens et le Coran des Musulmans. Cette démarche rend le thème plus vivant, plus exemplatif et surtout plus simple à traiter.

    0D4F24DA-48DC-4FF4-B332-CCED46FD334E.jpeg

    Pour l’occasion, la salle de conférence deviendra comme un « tribunal de première instance ». Le conférencier sera là, soit comme un « procureur général » soit comme un « avocat de la défense », pour charger ou pour défendre un « accusé » : Abraham. Les « faits reprochés » : le sacrifice de son fils, un infanticide présumé ! Le « juge » sera l'Histoire, avec un grand H. Les « jurés » : vous, en conscience. Et les « témoins » que le conférencier appellera à la barre seront… des livres dits « sacrés » et bien d’autres, comme s’ils étaient de vrais témoins des faits ou divers experts sur la question.

    Abraham… Ibrahim… et pourquoi pas Akhénaton, tant que nous y sommes !

  • La Société Royale Archéo-Historique vous invite à une conférence : L’ACADEMIE DES BEAUX-ARTS DE LIEGE 

    BB258203-F5C9-4DDD-9172-BEACC046B25A_4_5005_c.jpeg

    Mercredi 13 avril à 20h00, la Société royale Archéo-Historique de Visé recevra Philippe Delaite qui viendra donner une conférence sur l’Académie royale des Beaux-Arts de Liège. Ses origines remontent au siècle des Lumières car c’est le prince-évêque Velbrück qui créa la première académie en 1775. Cette première école disparaîtra lors de la Révolution, pour renaître sous le Régime français, à travers le cours de dessin donné par Léonard Defrance à l’Ecole centrale puis à l’Athénée des Arts. En 1835, la Ville de Liège reprendra à son compte l’enseignement des beaux-arts. L’orateur, Philippe Delaite, fut professeur d’Histoire de l’art à cette Académie de Liège, rue des Anglais, de 1976 à 2017 et formateur à l’IFAPME (section Guides touristiques) de 1987 à 2017. Il est également l’auteur d’un bel ouvrage retraçant l’histoire de cette institution, de 1775 à nos jours. Ce livre, co-écrit avec Jean-Paul Depaire, fait apparaître combien, en fonction des pouvoirs successifs, de la société et des différentes générations d’artistes, les conceptions de l’enseignement artistique furent différentes. Mais le dessin y a toujours été considéré comme la composante indispensable de l’enseignement des arts plastiques. Savez-vous que l’académie fut complètement transformée par la Croix-Rouge en hôpital de fortune, au lendemain de l’armistice de novembre 1918, pour y soigner des centaines de soldats malades et blessés ? Que l’académie a accueilli dans ses caves la plupart des statues en bronze de Liège (Li Torê, Grétry, la Vierge de Vinâve d’Île, etc.) afin de les protéger des bombardements sous l’Occupation ? On y croisa toutes les grandes figures des arts plastiques à Liège (dont Oscar et Emile Berchmans, Georges Comhaire, Joseph Delfosse, Auguste et Jean Donnay, Richard Heintz, Edmond Jamar, Paul Jaspar, François Maréchal, Léon Mignon, Léon Philippet pour ne citer qu’eux), mais aussi les noms de Georges Simenon, Tristan Tzara, Bernar Venet, Daniel Buren, Bouli Lanners ou… Marilyn Monroe ! 

    Infos au 04 374 85 63 ou 0492 16 66 89. Pas besoin de réserver. Entrée : 3 € pour le membre SRAHV et 5 € pour le non membre. Lieu : salle polyvalente des Tréteaux, rue de la Chinstrée, Visé. Bienvenue à toutes et à tous. 

     

    Pour la SRAHV, 

    Marylène Zecchinon, conservatrice 

  • CONFÉRENCE : TENTATIVES D’IMPLANTATIONS FASCISTES A VISÉ DANS LES ANNÉES 1930 

    463E4405-3BCF-4678-84EB-84D3A7CA6821.jpeg

    La Société Royale Archéo-Historique de Visé et de sa région (SRAHVR) reprend le cycle de ses conférences consacrées à l’histoire et au patrimoine de notre région.

    Lors de la première conférence de l’année, Claude Fluchard abordera à cette occasion un sujet méconnu, sinon encore tabou pour certains. En premier lieu, il va s’efforcer de définir le fascisme, d’en retracer les origines ainsi que sa diffusion dans les principaux pays européens. Et la Belgique ne fut pas épargnée ! Ni même Visé. Le narrateur, après de multiples recherches, va pouvoir mettre en exergue trois épisodes mémorables de tentatives d’implantations fascistes dans notre ville, durant cette période : 1) Il y eut tout d’abord la « bataille de Visé » le 15 avril 1934, selon l’expression consacrée par le professeur Francis Balace. Elle se déroule dans les locaux de la Renaissance qui vont être complètement dévastés, suite à un affrontement violent entre la milice de la « Légion nationale » et les « Jeunes Gardes Socialistes ». 2) Deux ans plus tard, un autre mouvement, le rexisme, nettement plus populaire, organisait un meeting rue de Mons, le 23 mai, veille des élections législatives. Selon « Le Pays Réel », organe du nouveau parti Rex, créé par Léon Degrelle, 4000 spectateurs assistèrent à cette manifestation qui se déroula dans le calme. 3) Enfin, en octobre 1938, les élections communales voyaient l’apparition d’une liste rexiste, menée par Joseph Houbiers. Elle ne remportait qu’un succès mitigé  - un seul élu en tête de liste -  mais allait permettre à ce parti de diffuser sa propagande nauséabonde dans notre petite ville. Joseph Houbiers deviendra même bourgmestre, de mars 1942 au 12 septembre 1944, par la grâce des autorités allemandes. Pourquoi évoquer en 2022 ce passé trouble fait de violences et d’affrontements verbaux et autres ? Un siècle après la prise de pouvoir de Mussolini, l’hydre fasciste n’est pas mort et on le voit resurgir dans divers pays d’Europe, réactivé par les réseaux sociaux et les nouveaux moyens de communication. Cette conférence se veut une mise en garde et un sujet de réflexion, dans une société où certaines valeurs de liberté sont remises en question par les tenants de ce courant populiste.  Cette conférence se tiendra le mercredi 23 février à 20h00 dans la grande salle des Tréteaux, rue de la Chinstrée.  Infos et réservations au 04 374 85 63 ou 0492 16 66 89 ou par mail à info@mahvi.be. 

    Pour la SRAHVR,  

    Marylène Zecchinon, conservatrice