Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire

  • Profitez des derniers livres de la version « VISE MEMOIRES EN IMAGES »

    E6FF275F-D2A0-4C85-8C41-077CBA1958BB_1_201_a.jpeg

    Profitez des derniers livres de la version « VISE MEMOIRES EN IMAGES »

    L’ancien conservateur du musée régional de Visé, Jean-Pierre Lensen avait été contacté au siècle dernier (en 1998) pour écrire un livre de cartes postales sur l’entité de Visé, « VISE-SUR-MEUSE ». Cet éditeur anglais Alan Sutton essayait de s’implanter en Belgique. Disposant d’une bonne documentation, il ne restait plus qu’à rédiger dans un protocole strict ce livre de 128 pages avec des cartes-vues sans droit d’auteur. Exclues donc les cartes NELS ! Plusieurs soirées et week-end furent nécessaires pour sortir enfin ce premier livre. Les chapitres reprenaient différents quartiers du grand Visé, du bord de Meuse à Cheratte Alan Sutton rendit son tablier et l’édition, avec la même coordinatrice tomba sur Tempus Publishing. Huit ans plus tard, en 2006, dans le souci de répondre au souci pédagogique et chronologique de beaucoup de lecteurs, une nouvelle série de cartes-vues, toutes différentes du premier tome présenta l’histoire et le patrimoine de Visé par ordre chronologique, depuis la géologie et la préhistoire jusqu’au règne d’Albert II. Il fut très bien vendu et sera bientôt totalement épuisé.

    Les mêmes éditions Tempus nous sollicitèrent une fois de plus en 2010 : l’idée pour l’auteur était non plus dé présenter le patrimoine bâti mais la vie des Visétois : leur vie familiale, leur vie festive avec les gildes et les fêtes locales, leur vie économique, l’histoire de quelques personnalités……Ce 3e tome est encore un peu disponible. Des historiens et collectionneurs voisins (tous décédés à ce jour) furent aussi sollicités : Théo Broers qui fournit une riche documentation à Jean-Pierre Lensen pour écrire sur l’entité des Fourons (livre épuisé), M.Demarche sur l’entité de Blegny et M.Pirotte sur Oupeye.

    La nouveauté est qu’il y a quelques années, une nouvelle maison d’édition « Alan Sutton – France » réédita la premier livre sur Visé. Un quatrième tome fut demandé et ce furent les éditions de la Province de Liège qui sortirent un livre sur la première guerre mondiale et la reconstruction non seulement sur Visé mais toute la Basse-Meuse -Oupeye-Blegny-Dalhem et Herstal ;.

    Connaître l’histoire et le patrimoine de Visé pourrait commencer par l’acquisition de ces 4 livres, (vendus de 19 à 20 € pièces) avant de pousser plus loin dans les nombreuses éditions des livres patrimoniaux et spécialisés de la société royale archéo-historique. N’hésitez pas de consulter le site internet www.museedevise.be ou de vous rendre dans les librairies Wagelmans et l’Oiseau-Lire.

  • Année Napoléon en 2021 et pourquoi pas année d’Artagnan en 2023

    6205E30F-1489-44CD-831B-320C4452CCAF.jpeg

    Année Napoléon en 2021 et pourquoi pas année d’Artagnan en 2023 : une émission de deux heures à voir sur Arte le samedi 10 avril à 20h. 50

    Depuis plusieurs années, de tous les coins de France, des historiens, des amoureux des chevaux, des offices de Tourisme s’attellent à réaliser des Routes d’Artagnan et cette idée s’est aussi développée en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Allemagne. Ces routes partent du Gers, lieu de naissance de D’Artagnan, de Paris où était situé son casernement, de Lille où le mousquetaire fut le premier gouverneur de la ville devenue française, de Bourgogne où demeurait sa femme, de Bruhl en Allemagne où son protecteur Mazarin fut exilé et bien entendu de Maastricht où le preux mousquetaire périt le dimanche 25 juin 1673. Visé fut aussi parcouru par ces armées françaises surtout entre 1672 et 1674.

    Plusieurs commissions s’affairent avec Alain Liberos en maître de séance et récemment la commission historique , présidée par Odile Bordaz, auteur de plusieurs livres sur ce personnage s’est réunie en visioconférence. Deux aspects furent mis en avant : les lieux où les mousquetaires sont passés et les lieux évoqués dans les trois romans d’Alexandre Dumas : les trois mousquetaires, le Vicomte de Bragelonne et Vingt ans après. Autres lieux de repère : les villes-statues où des statues de mousquetaires ou d’Alexandre Dumas se trouvent surtout en France (Auch, Lupiac, Condom, Artaignan, Paris, Plessis Robinson, Montecristo, Oloron Pau, Villers-Cotterets, Ste Croix en Bourgogne) mais aussi à Maastricht aux Pays-Bas et même Cincinnati aux Etats-Unis !

    Il est aussi question des rencontres européennes d’Artagnan, ajouta un futur docteur en histoire, Julien Wilmar et Corine Battistig-Force insista sur le parcours littéraire des personnages de Dumas comme par exemple Milady venue des Hauts de France.

    Les anniversaires auxquelles sont attachés nos contemporains sont un peu bousculés avec la période que nous vivons : le 5 décembre 2020 auraient dû être commémorés les 150 ans de la mort d’Alexandre Dumas. Mais en 2022, les organisateurs espèrent bien rappeler les 400 ans de la création des compagnies de Mousquetaires par le roi de France Louis XIII , les 350 ans de la prise de Lille par la France : cette ville des Pays-Bas espagnols deviendra française en 1672 et d’Artagnan en sera le premier gouverneur. En 2023 Maastricht et sa région commémoreront les 350 ans de la mort de l’illustre mousquetaire le 25 juin 1673……..et cet itinéraire européen (la route équestre d’Artagnan) devrait rejoindre d’autres itinéraires déjà reconnus.

    ET SURTOUT INTERESSES. N’OUBLIEZ PAS DE REGARDER CETTE DEUXIEME EMISSION CONSACREE AUX MOUSQUETAIRES LE SAMEDI 10 AVRIL SUR ARTE A 20H.50

    JPRGM

  • Musique et chansons au musée régional de Visé

    D9ABD5DD-04A7-4FF1-8E89-852ADBDD512A.jpeg

    La Société royale archéo-historique de Visé et de sa région (son sigle est bien la S.R.A.H.V.) aurait-elle pu s’appeler contre notre consoeur hutoise, le cercle hutois des sciences et des beaux-arts ? Et c’est vrai que les sujets de recherche ne sont pas seulement l’archéologie avec des campagnes de fouilles et des découvertes étudiées et placées au musée, Ne sont pas seulement l’histoire ou relations entre les êtres humains dès l’invention de l’écriture. Ne sont pas seulement les Beaux-Arts et les Sciences mais aussi d’autres arts, comme par exemple la Musique.

    Dès le départ de l’institution centenaire, on retrouve un membre de la famille Martin, musicien dans l’âme qui composa le chant de Visé, chant des déportés visétois ( pour rappel, ces hommes adultes furent au nombre de 631). Dans les Visétois et Bassis-mosans célèbres, on compta plusieurs musiciens.

    Mentionnons une dame originaire de Chimay qui devint comtesse de Mercy-Argenteau par son mariage. Elle était non seulement mélomane jusqu’à inviter Franz Liszt et de jeunes musiciens russes, comme Cui et Borodine chez elle et dans la célèbre salle de l’Emulation de Liège mais en plus elle composait et interprétait des arias (édité par Musique en Wallonie) ; Carlo Bronne, les rendez-vous de Richelle et une de nos membres Mme Bosak ont écrit le récit de cette dame et de sa fille.

    Indépendamment de quelques partitions oui instruments que le musée possède et de quelques publications sur cet art (sur les gloires locales qui ont fait fortune en France comme A.M.Gretry ou C.Franck ou plus près de nous mais avec fortune faite en Angleterre, Jean Lensen, musicien de salon et auteur d’une septantaine de 78 tours devenus de plus en plus rares. (PS 78 tours désigne un disque d’au moins 25 cm de diamètre qui tournait à 78 tours la minute et qui domina la production musicale jusque 1950).

    Le musée régional a fait plus, suite à la grande exposition de 2014, la conservatrice Cécile Lensen a réalisé une exposition d’une trentaine de panneaux sur la musique et les chansons composés durant cette guerre et les a définis en fonction de thèmes. L’exposition débute à la Belle Epoque car la musique faisait partie de la vie de nos aïeux : on était membre d’une harmonie, on chantonnait en rue et dans les maisons, on achetait avec volupté les partitions, on allait écouter les chanteurs populaires tout en appréciant les opérettes et même les opéras. La radio et l’électrification des instruments ne se développèrent que dans les années 30. L’exposition se visitait avec des MP3 car sur chaque panneau, on pouvait écouter des airs spécifiques. Ce fut une recherche assidue rendue possible avec l’aide des musicologues Françoise Lempereur ou Stéphane Daddo (attaché à l’orchestre philharmonique de Liège). Un grand nombre de partitions fut trouvé à l’iHOES de Jemeppe. Et pourquoi pas avec les partitions découvertes, proposer à une chorale de composer un concert de chansons de cette époque et pourquoi pas à partir de là, réaliser un C.D. de musique d’alors. Le royal cercle choral César Franck de Visé accepta de relever ce défi avec toute la « science harmonique » de son chef Jean-François Berger et l’aide apportée par la Fédération Wallonie-Bruxelles permit sa réalisation pratique. Encore bravo aux 70 choristes et à l’équipe du musée. Une pochette composée par Melle Lensen en donna l’aspect historique et parfois novateur. Malgré la période difficile pour les activités culturelles, nul doute que l’on pourra réécouter ce concert prochainement. Le C.D. qui a obtenu un bon succès est toujours disponible au musée de Visé. (043748563)

    Pour terminer, il arrive que la S.R.A.H.V. organise aussi des concerts : nous avons reçu ainsi l’harmonie de Fouron-Saint-Martin, l’ensemble de musique de la 2e guerre Jack Gondry ou le Combo Belge ou même un concert de Luth par Agnès Tamignaux…..

     

    JPRGM

  • La BD au Musée de Visé

    thumbnail_bdnnv.jpg

    La bande dessinée au musée régional de Visé

    La bande dessinée est depuis longtemps entrée au musée de Régional de Visé.

    Au centre de documentation historique, nous acquérons et conservons la plupart des œuvres de nos auteurs locaux (MittéÏ, Walthéry, les frères van Linthout (et Stibane).

    Certaines de nos illustrations ont pu aussi servir de trame à des livres comme Falkenberg avec le récit de la destruction de Visé en août 14 avec la chapelle de Lorette où serait cachée une dalle templière, l’actuel centre culturel, l’hôtel de ville, le Grand Hôtel où se tenait l’état-major allemand.

    thumbnail_Train dans labD.jpg

    L’année 2009 et 2010 était au niveau du commissariat général au tourisme centrée sur la BD. En 2010, mis en musique par Melle Zecchinon, on présenta le train dans la BD………sauf les œuvres de Hergé. Une vingtaine de banderoles qui sont toujours disponibles pour être présentées par ailleurs dans des expositions thématiques.

    La même année, l’institut Saint-Luc de Liège, à la demande de Musée et Société en Wallonie, parcourut les différentes musées pour en montrer en une page la diversité ou l’attrait des collections. La page fut réalisée avec humour et nous vous la faisons parvenir.

    Un musée n’est-il pas une grande bande dessinée où se suivent des épisodes des collections ; A voir

    JPRGM

  • Les 100 ans de la Société Royale Archéo-Historique de Visé

    B6873964-2695-4BFD-95BC-12E0D33A3AA0_4_5005_c.jpeg

    Ce samedi 6 mars, le comité de la Société Royale Archéo-Historique de Visé a fêté ses 100 années d’existence. En effet, le 6 mars 1921, plusieurs Visétois illustres se rencontrent, alors que Visé commence tout juste à se reconstruire après la catastrophe de 1914 pour fonder une société qui permettrait de rassembler et de conserver au mieux l’héritage historique de notre belle région.

    Depuis, grâce au travail de recensement et les nombreux dons qui ont été fait à la Société, un musée fut mis en place : le Musée régional d’Archéologie et d’Histoire de Visé, d’abord installé au deuxième étage de l’Hôtel de Ville et, depuis 1990, installé dans l’enceinte de l’ancien couvent des Sépulcrines, devenu depuis lors, le Centre culturel de Visé.

    Depuis 1921, notre mission n’a pas changé : l’association a pour but de rechercher, étudier et conserver dans le Musée régional d’Archéologie et d’Histoire de Visé, les documents archéologiques et historiques se rapportant à la ville de Visé et à ses environs et spécialement la Basse-Meuse liégeoise.

    « Les objets, livres, archives, illustrations, mobiliers, œuvres d’art et autres documents réunis par la Société archéo-historique constituent ce Musée régional d’Archéologie et d’Histoire de Visé qui se compose des dons et des dépôts faits par des particuliers, des associations ou des administrations publiques, du produit de recherches entreprises par l’association et de ses acquisitions. Elle aura le souci d’avoir un devoir de mémoire et de participer à tous travaux, actions et animations permettant de mettre en valeur le patrimoine local et des régions voisines ou en rapport avec les collections du musée régional. L’association à but désintéressé pourra exercer des activités commerciales destinées à assurer sa viabilité par la vente de médias, de documents et la réalisation de prestations et elle pourra accueillir des dons, des donations et des héritages » (article 3 des statuts).

    Ce samedi 6 mars fut donc célébré ce centenaire, en compagnie de Mme le bourgmestre Viviane Dessart, M. Mathieu Ulrici, échevin de la culture et de l’enseignement et plusieurs membres et employés du comité de la SHRAV, en inaugurant une plaque commémorative placée au 31, rue du Collège, actuel emplacement du musée de Visé.

    Une exposition sur ce centenaire est prévue, en même temps qu’une exposition présentant la ville de Visé en septembre 44, elles ont dû être malheureusement reportées au vu des conditions sanitaires actuelles. Nous espérons donc pouvoir vous y accueillir d’ici octobre 2021. D’ici là, notre musée reste ouvert, sur réservation, via le mail info@mahvi.be ou le 04/374.85.63 (heures de bureau) et toutes les informations sur nos publications, activités passées et futures sont consultables sur le site www.museedevise.be

    Pour l’équipe du SHRAV et du MAHVi

    Régis Beuken