Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commerces

  • Attention si vous avez fait vos courses : du Saint Nectaire retiré de la vente

  • Comment tout un écosystème s’est créé autour des 13 mosquées liégeoises

    Une étude inédite menée au Lema, le centre de recherche en urbanisme à l’ULiège, vient de sortir. Elle porte sur l’attractivité commerciale suscitée par la présence d’une mosquée dans un quartier et tous les changements que cela induit.

    Trois urbanistes chercheurs, Mohamed El Boujjoufi et Jacques Teller de l’ULiège et Ahmed Mustafa de la New School de New York, ont voulu comprendre comment se créent ces écosystèmes qui sont visibles autour des mosquées et ils ont pris comme cas d’étude la Ville de Liège qu’ils connaissent bien.

     

    La mosquée Salam a attiré des commerces maghrébens rue Chaussée des Prés.
    La mosquée Salam a attiré des commerces maghrébens rue Chaussée des Prés. - P.N.

     

    « Liège est un bel exemple, explique le chercheur en sociologie urbaine Mohamed El Boujjoufi. Au début des années 70, les immigrés musulmans se sont d’abord installés à proximité de leur lieu de travail (charbonnages, sidérurgie) et les premières mosquées sont apparues au sein même de leurs quartiers. Or aujourd’hui, on s’aperçoit que ce n’est plus le cas. Les Musulmans habitent désormais un peu partout en ville et en périphérie, mais ils continuent à fréquenter la mosquée et à privilégier les commerces qui se sont installés tout autour. »

    1185 commerces

     

    Mohamed El Boujjoufi est architecte-urbaniste et l’auteur de l’étude.
    Mohamed El Boujjoufi est architecte-urbaniste et l’auteur de l’étude. - S.P.

     

    Pour prouver scientifiquement la conclusion à laquelle il est arrivé, Mohamed El Boujjoufi a pris pour échantillon les 13 mosquées reconnues sur le territoire liégeois (10 maghrébines, 2 turques et 1 subsaharienne) et il a recensé tous les commerces islamiques situés dans un rayon d’un kilomètre autour d’elles.

    « Le recensement a été réalisé de janvier à mars 2019 et il a permis de comptabiliser 1185 commerces dont les exploitants et/ou les clients et les produits proposés sont musulmans ou d’origine musulmane. »

     

    Les commerces ethniques se succèdent rue du Moulin à Bressoux.
    Les commerces ethniques se succèdent rue du Moulin à Bressoux. - P.N.

     

    Et il les détaille : 396 font partie du secteur Horeca, 370 proposent des produits légers (vêtements, décoration, hygiène…), 261 de la nourriture, 121 des produits plus lourds (meubles, bricolage…) et 38 émanent du secteur des services. « Dans la rue du Moulin à Bressoux ou rue Puits-en-Sock en Outremeuse par exemple, on voit bien la concentration de ces commerces ethniques, ajoute-t-il, malgré que les mosquées y soient plutôt discrètes. »

    Il a ensuite comparé cet échantillon avec les quartiers des Guillemins et de Sainte-Walburge où l’on trouve des commerces islamiques mais pas de mosquées. « Et on constate bien que la concentration y est moins forte. »

    Et le nombre d’habitants

    A02E3132-1FE7-459D-962F-87B17C8ACE2C.jpeg

    Les 13 mosquées sont situées dans le centre de Liège mais les habitations des Musulmans sont disséminées un peu partout. - S.P.

    Enfin, il a aussi croisé ces données avec les endroits où habitent les Musulmans de Liège. « Vu que seules les nationalités sont répertoriées officiellement dans les registres (pas les origines, ni la religion), j’ai dû me contenter de ce seul critère. Mais ces pays présentent un très haut taux de Musulmans (plus de 96 %). Et il faudra aussi tenir compte des Musulmans qui se sont naturalisés et qui ne sont pas répertoriés ici. »

    Ce sont les Marocains qui arrivaient en tête à Liège en 2013 (3757), suivis des Turcs (1239), des Algériens (685), des Tunisiens (471) et des Irakiens (382). « On s’aperçoit qu’ils n’habitent plus comme avant dans les quartiers où se trouvent les mosquées, reprend le chercheur. Par contre, ils continuent à s’y rendre pour aller prier et ils en profitent pour organiser leur journée afin d’y acheter de la nourriture, d’aller chez le coiffeur, de manger ou prendre un thé avec des amis dans ces sortes de galerie commerçante à ciel ouvert. »

    Un phare

     

    On vient de loin pour acheter rue du Moulin.
    On vient de loin pour acheter rue du Moulin. - P.N.

    Pour lui, il est clair que « la mosquée devient un phare, un élément structurant dans l’espace urbain ». Elle exerce en effet une puissante influence sur l’emplacement des magasins islamiques, davantage que sur les lieux d’habitation de la population musulmane.

    Et avec toutes les conséquences qui en découlent, au niveau de la valeur de l’immobilier, de la mobilité et de l’intégration pour ne citer que ceux-là. (Texte Luc Gochel - Photos Pierre Neufcour)

  • La société wallonne EUROFIT est le premier exportateur belge de produits agro-alimentaires dans les Emirats

    6F2AD8DD-50EC-433F-86BC-C29C2AA6554B.jpeg

    La société wallonne EUROFIT est le premier exportateur belge de produits agro-alimentaires dans les Emirats

    Elle développe aussi un nouveau lait chocolaté avec la société GALLER.

    La société liégeoise EUROFIT est spécialisée dans la production et la commercialisation des produits laitiers depuis près de 20 ans ; elle travaille avec la plupart des grandes enseignes belges, allemandes et françaises.  « Depuis quelques années, nous avons diversifié nos opérations et nous nous sommes attaqués à la grande exportation en nous développant en Chine et au Moyen-Orient » explique Julien Blaise, administrateur de la société. C’est dans ce cadre que EUROFIT vient de participer à la mission économique à Dubaï lors de la  récente semaine  Wallonie-Bruxelles.  « Une mission, emmenée par les ministres-présidents JEHOLET et DI RUPO, qui s’est conclue très positivement puisque nous y avons signé un contrat important avec la société Al Rawabi, reprend Julien Baise. Le contrat porte sur la livraison de 4,2 millions de litres de lait UHT aux Emirats Arabes Unis ». EUROFIT devient ainsi, avec ce marché,  le plus gros exportateur belge de produits agro-alimentaires dans les Emirats.

    C’est un contrat renouvelable  qui appelle aussi de nouveaux développements. « Nous avons en effet présenté, en première mondiale à Dubai, un lait chocolaté développé avec le chocolatier Galler et livré dans un emballage novateur et totalement recyclable. L’accueil du nouveau produit a été très prometteur ».

     

    Contacts : Julien BLAISE 04/230.57.50

  • Cora retire du reblochon de ses rayons

    Les produits concernés portent les numéros de lot 311921, 311929, 311935 et 312016. Ils ont été vendus dans les supermarchés Cora de La Louvière, Châtelineau, Hornu, Rocourt, Messancy, Woluwé-Saint-Lambert et Anderlecht. Le produit a entre-temps été retiré des rayons de l’entièreté des magasins de la chaîne.

    Les clients ayant acheté ce produit sont priés de ne pas le consommer et de le retourner au point de vente, où il leur sera remboursé.

    Toute personne souhaitant obtenir des informations supplémentaires peut contacter Cora au 071.69.95.24 ou via l’adresse mail alertes-retraits@cora.be.

    (Communiqué)

  • « Éléphampagne » ou quand l’art magnifie un champagne d’exception

    CD8F9371-FA5F-429F-97D2-C6D777C387D1.jpeg

    Fidèle à sa volonté de mettre en lumière l’artisanat de haute qualité et le savoir-faire d’exception, c’est tout naturellement que la marque Principauté de Liège a voulu sublimer l’une de ses Cuvées champagne Grand Cru en collaborant avec l’artiste liégeois de renommée internationale Anis Dargaa.

    Cet artiste peintre et sculpteur surréaliste expose dans le monde entier (Paris, New York, Londres, Munich, Gstaad,…) et a reçu de nombreux prix dont le Prix du Meilleur Artiste International décerné par l’Unesco.

    Sa création iconique, Éléphantasme, se décline en peintures, sculptures ou encore bijoux. Ici, Anis Dargaa réinterprète son œuvre sous forme de bas-relief pour orner le magnum de champagne Brut Grand Cru Cuvée Principauté de Liège. L’habillage du flacon a quant à lui été entièrement recréé, de même que son écrin luxueux signé par l’artiste et estampillé de la pomme de pin de Principauté de Liège.

    Cette édition « Éléphampagne » est limitée à 250 exemplaires, chaque bouteille est donc numérotée. A l’approche des Fêtes de fin d’année, nul doute qu’ « Éléphampagne » sera un présent remarquable, une ode visuelle et artistique à un champagne Grand Cru d’exception.

    Plus d’infos sur www.principautedeliege.com

    Personne de contact : Philippe Jacquemin – 0471 85 18 35