Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commerces

  • Stationnement à Visé : fini de reculer son disque !

    11F6A7BD-3588-49DC-9FDC-DE467B7902A6.jpeg

    A Visé, c’est un sujet de discussion récurrent : le parking et les fameuses « voitures-ventouses ». Comprenez : ces véhicules qui restent stationnés toute la journée dans la zone bleue, faisant fi de la durée maximum réglementaire d’une heure et demie. Un manque de civisme qui pourrait bientôt appartenir au passé, grâce aux nouveaux capteurs en cours d’installation dans la ville.

    Nouveau système de contrôle

    Nous vous le dévoilions en juin dernier : l’installation de capteurs intelligents était à l’étude à Visé, sur une proposition de l’Échevin du Commerce Ernur COLAK. Validé par le Conseil communal, ce projet est en train de passer au statut de réalité et il sera bientôt bien plus difficile de passer entre les mailles du filet pour outrepasser la durée de stationnement réglementaire en zone bleue.

    Car le contrôle sera digitalisé dès la fin juin. Le principe ? Des capteurs au sol sans fil (connectés via 4G/5G) dans la rue Haute, la rue du Collège et dans les cinq axes perpendiculaires à ces deux rues, soit 172 places équipées au total (sur les 454 que compte la zone bleue). Au bout d’une heure et demie de stationnement, le capteur enverra une notification à l’agent en service, afin qu’il se rende sur place pour contrôler… et verbaliser le cas échéant.

    7FC6F00B-3003-49BF-8F2C-1EFB1BFB914D.jpeg

     

    Changer son disque ? C’est fini !

    Il ne sera donc plus possible de venir reculer l’heure de son disque pour rester plus longtemps dans la zone bleue. Un signal fort pour plus de fluidité au cœur de la ville et inciter les visiteurs qui souhaitent rester plus longtemps à utiliser d’autres emplacements alentours (hors zone bleue) ou le nouveau parking Centre (situé avenue Albert 1er, dont la première heure est gratuite et les suivantes à prix modique).

    « Notre objectif est de de rendre l’expérience shopping plus agréable à Visé », explique Ernur COLAK. « Nous voulons faire en sorte que les parkings hors zone-bleue soient mieux utilisés. Notre cible, ce sont les voitures-ventouses. » Ce système fournira aussi des statistiques concernant les habitudes de stationnement, afin de mieux comprendre les habitudes des visiteurs.

    F6884775-1378-471E-AA15-2319AF66B36E.jpeg

    Une meilleure expérience visétoise

    Ce nouveau système, d’un montant total de 28 000€ HTVA (et 10 000€/an de gestion annuelle) est en cours d’installation. Mise en service prévue : le 20 juin. L’objectif de l’Échevin est précis : « Avoir toujours 10 à 15 places disponibles dans l’artère principale pour les achats rapides. Cela représenterait une meilleure expérience au quotidien pour les commerçants et pour leurs clients », argumente Ernur COLAK. Une application est également en cours de développement pour vérifier en temps réel, depuis son smartphone, quelles places sont disponibles. Et un site web reprenant tous les parkings visétois est en ligne : www.vise-parking.be

    (Source Visé Magazine)

  • Colruyt, Delhaize...: des produits vont disparaître des rayons de vos supermarchés... à cause de la guerre en Ukraine

    93420DC2-C8C5-4133-B9D3-2AEA38FEC22A.jpeg

    La guerre en Ukraine a des répercussions jusque dans les rayons de vos supermarchés. Les magasins Colruyt ont notamment mis fin à ses commandes en Russie. « Ce n’est pas un boycott mais c’est une question d’être en accord avec les sanctions économiques de l’Union européenne », commente Nathalie Roisin, la porte-parole du groupe.

    Au total, 27 produits sont concernés, parmi lesquels nous retrouvons toutefois des produits saisonniers. « Il y a aussi bien de l’alimentaire que du non-alimentaire », pointe-t-elle. Avant d’ajouter : « Cela ne représente vraiment pas grand-chose quand on sait que, chez Colruyt, nous avons 10.000 références. »

    Parmi les produits en question, la vodka russe. « Mais il ne s’agit que d’un produit et 95 % de la vodka n’est pas russe », souligne-t-elle. « Et pour les autres produits, il y a aussi toujours des alternatives. »

    Disponibilité limitée

    Du côté de Delhaize, le porte-parole Roel Dekelver a confié au magazine spécialisé Gondola avoir également arrêté d’acheter des produits en Russie. « Nous n’avons que deux produits d’origine russe dans notre assortiment : une vodka russe spéciale et le crabe de Kamchatka. De toute façon, ces produits ne sont pas très vendus pendant cette période », a-t-il indiqué. La cause ici, ce n’est pas non plus un boycott. Mais une crainte quant à la disponibilité limitée prévue pour ces produits.

    Les autres supermarchés dont Carrfeour et Aldi ne vendent quant à eux pas de produits en provenance de Russie.

    Hausse de prix

    Outre la disparition de certains produits, la guerre en Ukraine aura aussi un impact sur les prix de certains autres. Mais Nathalie Roisin nuance : « L’inflation était déjà là et l’effet de la guerre n’est donc pas visible à l’heure actuelle. C’est par contre une donnée supplémentaire pour les négociations qui sont encore en cours avec nos fournisseurs. On continue d’observer des choses. »

    Dès le départ, on savait que la guerre aurait des répercussions sur les prix de l’énergie… et des céréales. Blé, maïs, orge, tournesol : les prix s’envolent. Pâtes, nouilles, biscuits… Tous devraient voir leur prix augmenter. Pour les pâtes par exemple, l’économiste Bruno Colmant table sur une augmentation de 10 à 20%.

    (Source Sudinfo)

     

  • Attention gros avertissement de Colruyt suite à des contrôles microbiologiques: les produits retirés des rayons

    Prolaidis Export rappelle ses fromages de chèvre « Le Sapin Blanc » en raison de la présence de listeria monocytogenes, indique vendredi le groupe Colruyt, qui vend le produit dans ses magasins. La décision a été prise de retirer le fromage de la vente à la suite de contrôles microbiologiques.

    Le produit pèse 80 grammes et affiche les dates limites de consommation (DLC) suivantes : 20 février 2022 et 3 mars 2022. Il a été vendu entre le 25 janvier et le 18 février inclus, et il porte le numéro d’article 22567 ainsi que le numéro de lot 15012221.

  • Malgré le code orange, les cafés et les restaurants fermeront plus tôt à Visé!

    Ce vendredi 18 février, la Belgique passe en code orange selon le baromètre établi par le comité de concertation. Cela signifie notamment qu’il n’y a plus d’heure de fermeture pour le secteur Horeca.

    Mais à Visé, une réunion a rassemblé ce mercredi les autorités communales, la police et le secteur Horeca. Il a été décidé que le secteur Horeca fermerait ses portes à deux heures du matin.

    Lire l'article complet de Marc Gerardy dans La Meuse

  • Une Visétoise gagne la voiture AMI offerte par le Commerce Visétois

    En pleine période de pandémie, la Ville de Visé a décidé de soutenir davantage ses commerces. Avec l’ADL, elle a organisé une grande opération de fin d’année du 1er décembre au 15 janvier, soit 15 jours plus tôt que ce qui était prévu (15 décembre). Pour participer, les clients devaient remplir une carte, obtenue auprès des commerçants, avec six cachets de magasins différents visétois et peu importait le montant des achats. Et le moins que l’on puisse écrire est que cette action a connu un vif succès avec près de 10.000 cartes rentrées ! Le tirage au sort a eu lieu dimanche dernier aux établissements Citroën Pacific Tilkin à Visé.

     

    Beau succès de participation.
    Beau succès de participation. - D.R.

    « 82 lots offerts par les commerçants dont des chèques-commerces ont été distribués pour une valeur de 12.000 € sans oublier le gros lot, une Citroën AMI créée en 2021, 100 % électrique et limitée à 45 km/h. Elle peut être conduite dès l’âge de 16 ans et sans permis pour les personnes nées avant 1961, avec un permis scooter pour les autres. Elle a 75 km d’autonomie et se recharge en trois heures sur une prise domestique », détaille Benoît Tilkin, président du commerce visétois.

     

    Un chèque de 500€ a été offert.
    Un chèque de 500€ a été offert. - D.R.

    « La gagnante du gros lot est une Visétoise qui n’a pas de permis mais qui offre la voiture à son fils. Il y a eu de nombreux gagnants visétois, une clientèle fidèle, mais aussi de Spa, Oupeye, Dalhem, Blegny, Fourons et une Française du département de l’Isère ! », conclut Benoît Tilkin.

    Marc Gerardy pour La Meuse