Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quartiers

  • Le Canard Richell'Oie est paru

    EB03772A-CF60-4004-93C8-A75C4116DA6C_4_5005_c.jpeg

    1785304E-EBBC-4C82-8529-2D06E2679D49.jpeg

    L'asbl Les Rendez-Vous de Richelle

    a le plaisir de vous proposer son nouveau bimestriel

    Le Canard Richell'Oie

    distribué en toutes-boites et via cette messagerie.
    _______________________________________________

    Ambiance estivale à Richelle avec une météo clémente et un déconfinement qui se poursuit. Au plaisir de vous y rencontrer !

     
    LE CANARD RICHELL'OIE
    JUILLET 202
    1

     

    Dessin de Pierrot Lensen

     
    Version en ligne   |   Se désinscrire
  • Visé : risque de démolition de" la maison de l'éclusier"

    8A8321AA-466E-495B-AE9D-218A13DDA183.jpeg

                          

    L'enquête publique concernant la demande de permis pour la construction d'un immeuble à appartements a pris fin ce lundi.

    Située sur la parcelle N° A 125/V dans le quartier Basse-Meuse à Visé, à l'angle du canal de jonction et de la Meuse, la maison porte la mention "VISÉ" en façade. Cette mention indique l'emplacement des anciennes écluses qui permettaient autrefois de rejoindre le canal Liège-Maastricht devenu Canal Albert mais aussi de descendre vers l'aval du temps de l'ancien barrage disparu. Si elle n'a guère d'intérêt architectural, "cette maison fait partie du patrimoine local. Elle est le dernier vestige de la navigation d'autrefois", défend Marc Poelmans, qui lançait en mars 2019 une pétition pour le classement de cette maison au patrimoine wallon. La maison de l’éclusier a également été un haut lieu de la résistance à l’occupation lors de la première guerre mondiale. 

    Aujourd'hui, une enquête publique est en cours concernant la demande de permis d’urbanisme de la société ProConcept, qui souhaite construire un immeuble à appartements à proximité du port de plaisance de Devant-le-Pont. L’endroit est charmant, en bordure de fleuve, mais le projet implique de détruire la maison qui se trouve sur la parcelle.

    Une destruction à laquelle s'opposent des citoyens qui souhaitent demander le classement de cet élément du patrimoine historique visétois. "Dans le cadre des efforts de développement du tourisme en Basse-Meuse en lien avec la voie d'eau, la sauvegarde de ce site historique s'avère logique", justifient les opposants. En outre, le projet d'immeuble de Pro Concept "est totalement excessif eu égard au bâti et à la densité du quartier et serait un coup de poing dans un des plus beaux coins de notre commune".

    L'enquête publique a pris fin ce lundi 24 mai à 15 h. (Source Marc Poelmans/ la DH)

  • Le bureau d'architecte Luc Spits veut ériger un "totem" à l'entrée de Visé

    Pour rappel, le bureau d'architectes Luc Spits veut ériger une tour "contemporaine"  de 11 étages composée de 13 appartements et 1.400 m² de bureaux à l’entrée de la Ville de Visé, juste à la sortie de l’autoroute E25 sorte de collégiale moderne!  Après avoir emprunté cette sortie d’autoroute et franchi le pont, vous arrivez à un grand rond-point et le site se trouve directement à gauche rues Porte de Souvré et de Jupille.

    Le collège de Visé a tenu à organiser une réunion d’information en présence de l’architecte et des riverains proches Cette réunion s’est tenue ce mercredi soir à l’Hôtel de ville de Visé.

    « J’étais présent en tant qu’échevin de l’Urbanisme avec un représentant du service de l’Urbanisme et l’architecte visétois Luc Spits. Il y avait aussi 18 riverains à raison d’une personne par famille concernée par le projet et domiciliée à moins de 50 mètres du projet », détaille Xavier Malmendier. (ndlr : pourquoi seulement 18 familles impactées par ce projet?)

    « Il y a eu une projection sur grand écran du projet et chacun a pu exprimer son point de vue. Le collège n’était pas obligé de tenir cette réunion mais il nous a semblé qu’elle s’imposait, vu la pétition lancée avant même le début de l’enquête publique », ajoute l’échevin de l’Urbanisme.

    Une réunion constructive

    « Globalement, cette réunion s’est bien déroulée et chacun a pu exprimer son point de vue durant une heure, dans le respect de chaque partie. C’est la luminosité qui pose le plus de problème aux riverains qui peuvent formuler leurs remarques par écrit », précise encore Xavier Malmendier.

    « Certaines personnes ont indiqué qu’elles aimaient bien ce projet mais se demandaient pourquoi le construire à cet endroit. Je leur ai rappelé que l’endroit était symbolique pour marquer l’entrée de Visé, sans vraiment cacher la Collégiale. Tout dans ce projet a vraiment été étudié de manière très approfondie (hauteur, forme…). C’est un peu un totem en entrée de ville. Je sais que c’est un projet audacieux. Certains ne l’aiment pas et je peux le comprendre et l’entendre », indique Luc Spits. (Ndlr : nous, les visétois, avons-nous vraiment besoin d'in totem? Cette tour serait un peu comme un wigwam géant?)

    Plan d’ensoleillement

    « J’ai envoyé ce jeudi au service de l’Urbanisme à Visé un plan d’ensoleillement heure par heure et pour chaque maison située autour de ce projet. les riverains perdront chaque jour un maximum d’une heure à une heure trente d’ensoleillement », avoue l’architecte visétois.

    Nous saurons mardi prochain si Luc Spits a été convaincant au vu du nombre des réclamations.

    À noter que ce mercredi soir, une manifestation d’une quinzaine de personnes opposées au projet s’est tenue devant l’Hôtel de Ville de Visé avec des représentants notamment du PTB,  de Visons Demain mais aussi de simples citoyens.

    (Source : Marc Gérardy/a+euse)

  • Cheratte : à moto, il fonce sur l'inspecteur de police qui voulait le contrôler !

    18E8D59C-AFC0-4BB9-B8B1-F2FF17D024AD.jpeg

    La moto abandonnée sur place par son conducteur

    Hier soir, peu avant 19 heures, le premier inspecteur Denis Merenne de la zone de Police Basse-Meuse travaillait sur son quartier, rue Petite Route à Cheratte. Il a eu l'attention attirée par la pétarade d'une moto qu'il avait déjà entendue auparavant. Se retournant, il a vu une moto de type "cross" se diriger vers lui. 

    Le 1er inspecteur s'est alors placé sur la chaussée, donnant l'injonction au conducteur de s'arrêter. Au lieu de se conformer à cette injonction, ce dernier a délibérément accéléré tout en fonçant vers le policier. Celui-ci n'a pas eu le temps de se retirer et a été violemment percuté par la moto avant d'être projeté au sol. Le motard a ensuite accroché le mur d'enceinte de la station de pompage et son engin a fini sa course contre une voiture en stationnement. Abandonnant sa machine, il a pris la fuite à pieds. 

    Le policier, sérieusement atteint au genou droit et au dos s'est rendu à l'hôpital par ses propres moyens. La police de la Basse-Meuse recherche activement l'auteur des faits. Le conducteur de la moto est de corpulence mince et au moment des faits était tout vêtu de noir. Son casque était noir également.

    Si vous avez des renseignements concernant ce "pilote" en fuite, ils sont les bienvenus auprès de la zone de police Basse-Meuse au n° d'appel 04/374.88.00. (P. Neufcour)

  • VISÉ : Collecte des déchets ménagers

    55338180-7652-4E9D-B773-7D5E0C5B6A12.jpeg

    Report de la collecte de Visé nord du mardi 30 mars : collecte prévue ce samedi 3 avril.

    Suite à un problème technique, la collecte des déchets ménagers du mardi 30 mars n'a pu se dérouler dans le quartier de Visé nord. Le report initialement prévu pour ce jeudi 1er avril n'a pu être réalisé . Le collecteur met tout en oeuvre pour effectuer la collecte ce samedi 3 avril.

    Merci pour votre compréhension

     

    Le Service Environnement

    NDLR : Gardons le sourire : la collecte de déchet prévue le 30 n'a pas eu lieu, naïvement, nous nous sommes imaginés qu'elle aurait lieu le 31. Nada, rien le 31 nous plus, mais un communiqué qui nous l'annonce pour le lendemain. Ne voyant toujours pas le camion, comme certains autres lecteurs je me suis dit "Si c'est la blague du 1er avril je n'apprécie pas, les déchets organiques commencent à répandre un "fumet" de poisson avarié".

    Nous venons d'apprendre que la société Suez, chargée des collectes a assuré à la Ville que le problème technique était maintenant résolu (cf : ci-dessus). Je crois avoir compris : Suez aurait-elle pris du retard du fait que leur canal est resté bloqué plusieurs jours par un port-conteneur de 400 mètres ? A chacun de se faire son avis...

    (P. Neufcour)