Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Inaugurations

  • La coopérative «Les Petits Producteurs» ouvre un quatrième magasin à Visé

    Samedi prochain, le 14 novembre, la coopérative « Les Petits Producteurs » lance un nouvel appel public à épargne de 140 000€ pour financer l'installation de leur quatrième magasin, qui ouvrira ses portes à Visé le 28 novembre, et pour continuer à soutenir les petits producteurs et à mettre en place des filières d'alimentation locale.

    Des magasins de quartier pour retisser le lien entre producteurs et mangeurs

    Après avoir ouvert trois magasins à Liège depuis 2016, la coopérative inaugurera son quatrième magasin à Visé rue Haute n°34 le 28 novembre prochain. Un choix qui est encore et toujours celui du circuit-court puisque plusieurs producteurs qui fournissent la coopérative depuis ses débuts sont de la région: Joël Ruth (légumes) et Théo Jodogne (champignons) à Ében-Émael, Julien Vandeclee (légumes) à Houtain-Saint-Siméon et Pierre-Marie Laduron (fruits) à Warsage.

    Sur un terrain mis à disposition par la Ville de Liège à Sainte-Walburge, la coopérative a soutenu l’installation de deux producteurs. Leur production est écoulée dans les magasins de la coopérative où ils travaillent également comme vendeurs, ce qui leur permet d’améliorer leurs revenus. Après une phase d’évaluation, d’autres projets CREaFARM pourront être lancés grâce au financement citoyen.

    225EAF50-AE56-4BC8-AF6F-80C868D2C658.jpeg

    Développer des filières pour relocaliser notre alimentation

    « Depuis peu, la coopérative propose dans ses points de vente de la farine, du pain et des biscuits entièrement issus d'une filière 100% locale qu'ils ont mise en place avec leurs producteurs. Qualité, proximité et prix juste pour le producteur sont ainsi garantis du terrain jusqu'aux magasins », indique la coopérative.

    « À travers tous ses projets, la coopérative invite les citoyens et citoyennes à investir leur épargne dans l'économie locale plutôt que les banques, dans un projet qui a du sens, pour revaloriser celles et ceux qui produisent notre nourriture tout en rendant accessible à toutes et tous une alimentation bio et locale », conclut Pascal Hennen, le gérant.

    (Marc Gerardy pour Sudinfo)

     

  • Visé : inauguration du nouveau terrain synthétique

    69072289_10156401090641269_209315140976246784_o.jpg

    Le 4 septembre, dès 18h00, inauguration du nouveau terrain synthétique au stade de la Cité de l'Oie


    Rappelons que ces installations accueillent les équipes première de L'URSL Visé (D1 Am)et l'équipe du FC Richelle Utd.(D3 Am) 

    Au programme:

    - 18h00: présentations des équipes appartenant à la Basse Meuse Football Académie

    - 18h35: discours des représentants du monde politique et associatif

    - 18h50: inauguration officielle du terrain

    - 19h00: match de gala entre le F.c. Richelle Utd. (D3 Am.) et l’U.r.s.l. Visé (D1 Am.).

  • Le "Champignon de Wixhou" aux journées du Patrimoine

     

    1200x900_photo-Y-EVT1700640001-ANX0E022I0001.jpg

    Dans le cadre des Journées du Patrimoine du samedi 8 septembre - Les lieux insolites - se déroulera l'inauguration du Champignon de Wixhou après sa restauration. 

    Au programme dès 14h00 : 

    - visites guidées

    - démonstrations de cors de chasse

    - projection de film sur la restauration

    - petite restauration

    A 17h30, inauguration par Mr René Collin, Ministre Wallon du Patrimoine.

    Cette évènement est organisé par l'association Les Rendez-vous de Richelle, cheville ouvrière de la restauration, en partenariat avec la Fondation Notre-Dame de Wixhou.

    La chapelle ouvrira ses portes, une des rares occasions de la visiter. Vous pourrez également faire plus ample connaissance avec les bois de la Julienne. (P. Neufcour)

  • A la chapelle des Sépulchrines : Michèle Cavelier - Closset et sa fille Catherine exposent

    fullsizeoutput_1396d.jpeg

    Vernissage, ce mercredi de l'exposition de Michèle Cavelier - Closset et de sa fille Catherine Loly - Cavelier.

    Michèle Cavelier a suivi un cursus artistique et a obtenu son diplôme d'enseignante. Elle a dû mettre sa passion pour les arts entre parenthèse afin de s'occuper de sa famille. Mais dès que l'occasion se présentait, elle dessinait à la plume et l'encre de Chine, parfois combinée à l'aquarelle, des petits coins de Liège ou des lieux de vacances. Femme "de terrain", elle aime également s'inspirer d'anciennes cartes postales.

    En 2005, Michèle commence à fréquenter, de plus en plus assidûment, l'atelier de peinture du château d'Oupeye. Elle retrouve le plaisir de l'huile et alterne paysages et oeuvres abstraites. Elle laisse libre cours à son imagination. Ses travaux en milieu naturel lui rappelent les bons moments passés en compagnie de son papa, peintre paysagiste qui ne manqua pas de lui prodiguer de judicieux conseils.

    Depuis son plus jeune âge, Catherine Cavelier baigne dans le milieu artistique. Après des études dans l'enseignement général, elle décoche un graduat en infographie à Saint-Luc. Elle fait alors preuve de son sens artistique affûté dans une entreprise de la région liégeoise, dynamique dans le milieu de la conception et de l'impression.

    Depuis peu, Catherine travaille en indépendante complémentaire dans le domaine où elle excelle, tant pour le plus grand plaisir de ses client que pour le sien.Motivée par sa maman, Catherine réalise des tableaux où elle utilise différentes technique et matériaux contemporains. L'acrylique l'enchante et lui permet de retranscrire toute sa spontanéité et sa sensibilité dans des oeuvres abstraites pleines de fraicheur et de passion. Ses compositions sont le reflet d'une personnalité de jeune fille moderne et épanouie.

    L'exposition est ouverte tous les jours de 14h à 18h jusqu'au 10 juin. Chapelle des Sépulchrines, (Centre Culturel) rue Haute 31 à Visé

    En marge droite, un pêle-mêle de photos prises lors du vernissage. (P. Neufcour)

  • Visé : un nouveau bateau pour les "Rollingchairs"

     

    32501129_10216790699420491_941893595097464832_n (1).jpg

    Depuis plus d’un an, les membres de l’ASBL « Les Rollingchairs » pratiquent l’Aviron au sein du Royal Centre Nautique de Visé (RCNV). Pour concrétiser cette collaboration une convention vient d'être signée entre les deux partis ce samedi.  

    A cette occasion, les Rotary Clubs de Plombière-Welkenraedt, Spa-Francorchamps-Stavelot et Visé ainsi que l’Association Nationale d’Aide aux personnes Handicapées (ANAH) ont offert à l’ASBL « Les Rollingchairs » un nouveau bateau (monoplace) aménagé pour la pratique de l’Aviron par des P.M.R. Une démonstration sur le plan d’eau de la Meuse a été offerte aux participants.

    Ecolage 

    DSC_1555.JPG

    Le candidat "rameur" doit tout d'abord savoir nager. Il suit ensuite une formation sur un bateau biplace, le moniteur étant assis à l'arrière pour prodiguer ses conseils. L'étape suivante consiste à partir seul, sur un bateau monoplace, mais accompagné d'un autre bateau, présence obligatoire en cas de problème rencontré par le "novice". Le Royal Centre Nautique de Visé possède un bateau bi-place pour l'écolage. Maintenant les "Rollingchairs" sont propriétaires d'un "mono" qui a déjà sa place d'entreposage dans le hangar de l'île Robinson.

    Poids plume

    Le bateau offert est intégralement construit en carbone et pèse environ 16 Kg. Les avirons sont une trentaine de centimètres plus courts que ceux utilisés par "les valides" car les personnes à mobilité réduite ne "croisent" pas les bouts en ramenant, tandis que les valides, eux, le font.

    DSC_1551.JPG

    Autre différence, alors que le siège est mobile sur le bateau, il est fixe sur celui des "chaisards", mais cependant réglable selon la taille du rameur.

    DSC_1553.JPG

    Autre modification, ces bateaux sont équipés de petits flotteurs latéraux afin d'augmenter la stabilité de l'esquif.

    DSC_1559.JPG

    Les entraînements ont lieu les mardi de 15h à 18h, moment où les "valides" reprennent le flambeau. Ceci permet aux deux "communautés" de se croiser, d'échanger, de discuter. (P. Neufcour - Crédit photos P. Neufcour et RCNV)