Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Environnement

  • La construction d'une éolienne sur le site de l'usine Knauff a reçu le feu vert

    Haute de 150 m, cette éolienne aura une puissance de 4,2 MW. Elle devrait permettre de produire, chaque année, 4.400 MW/h, soit la consommation annuelle de 2.500 ménages. Elle évitera le rejet de 3.000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Mais seul un faible pourcentage de cette électricité sera envoyé dans le réseau.

    C’est en effet le constructeur de matériel d’isolation qui utilisera en grande partie cette électricité. Comme pour les deux premières entreprises citées, cette éolienne sera érigée par un promoteur éolien. Après Luminus pour NRB et Safran, c’est Engie qui est en charge du projet. Et cette dernière a reçu son permis le 28 juillet dernier. Le lancement des travaux est annoncé pour le début de l’année prochaine avec une mise en service un an plus tard.

    Notons, pour être complet, que l’éolienne de NRB a été inaugurée au début de cet été et que celle chez Safran devrait être opérationnelle l’an prochain.

    (Aurélie Drion pour La Meuse)

  • Festival Nourrir Visé du 12 au 18 septembre - projection du film "ça bouge pour l'alimentation" le lundi 12/09/22 à 20h00, salle des Tréteaux à Visé.

    84604C2C-4184-4D63-89A8-14DA8249ACEB.png

    Info : 04/374.31.45 ou 0497/248682 à partir du 15/8/22 de 9h à 15h
    Lieu: salle des Tréteaux, rue de la Chinstrée Visé
    Quand: lundi 12/9/22 à 20h
    Fiche du film:Date de sortie : 2016Durée : 61 minutesRéalisation : Mathias LAHIANIProduction : ON PASSE À L'ACTE
    Ce documentaire présente ainsi de joyeuses solutions reproductibles partout, pour mieux produire, distribuer différemment, consommer autrement et au final mieux se nourrir.Organisé en quatre grands chapitres, le film aborde les thèmes suivants :Des démarches pour mieux manger et mieux produire - des citoyens qui décident de produire eux-mêmes, sensibilisation du grand public, mieux manger dans les restaurants scolaires, distribution en circuits courts, etc.
  • Les étangs de la Julienne vont être vidés, curés et rafraîchis

    Aménagés artificiellement il y a plusieurs décennies, les étangs de la Julienne sont un des lieux les plus touristiques de Visé. Avec leur plaine de jeux, les établissements Horeca et les nombreux chemins de promenades qu’il y a autour, ils attirent chaque jour des dizaines et des dizaines de personnes. Initialement au nombre de cinq, il n’y a aujourd’hui plus que quatre étangs.

    Il y a plusieurs années, on a en effet laissé se reboucher naturellement le cinquième. Et ce lieu de nature va faire prochainement l’objet d’un important chantier. « Les étangs vont en effet être curés et tout le système de circulation de l’eau va être remis à neuf, ce qui ne sera pas du luxe tant il est dépassé », commente Françis Theunissen, échevin visétois en charge des Travaux.

     

    « Nous en profiterons également pour donner un aspect plus didactique à l’endroit. Un étang sera par exemple utilisé par une école de pêche. Et j’ai bien dit une « école de pêche », il ne sera pas question de transformer l’endroit en pêcherie. Un autre étang sera plutôt dédié aux batraciens et un autre aux canards. Avec le responsable de l’environnement de la Ville, nous sommes en train de retravailler sur le rafraîchissement des panneaux didactiques qui seront mis tout autour du site. »

     

    Françis Theunissen, échevin des Travaux.
    Françis Theunissen, échevin des Travaux. - PN

     

    Les étangs vidés complètement

    Avant de pouvoir réaliser ces premiers travaux, il faudra d’abord vider complètement les étangs. « On s’attend à récupérer des carpes spectaculaires. Il y aura aussi des batraciens à sauver ainsi que des tortues qui ont malheureusement été abandonnées sur place par leurs propriétaires et qui font du tort à la faune et la flore des lieux. Tout ça se fera sous la supervision du DNF et de Natagora. Ce sont eux qui nous diront où envoyer les tortues par exemple. »

    Quant aux boues provenant du curage des étangs, elles seront envoyées dans un centre de traitement. « On espère qu’en réalisant tous ces travaux et en adaptant quelque peu le terrain, on sera moins impactés par les inondations à cet endroit. »

    Des haies plantées

    Mais les travaux qui seront réalisés ne concerneront pas que les étangs. Ils toucheront également le parking. « Nous allons planter des haies pour délimiter correctement l’endroit et lui donner un cachet plus convivial. Il y a aura plus de 250 m de haies qui seront ainsi plantés. Elles permettront également de faire barrage aux crasses qui sont malheureusement abandonnées et empêcheront qu’elles ne se retrouvent dans l’eau. »

    Tous ces travaux, une première d’une telle ampleur, devraient démarrer le 12 septembre prochain et durer 60 jours ouvrables. Leur coût est estimé à 600.000 euros.

  • Les habitants du village de Richelle s'opposent fermement à l'avant-projet de lotissement déposé par BATICO

    487DB29A-3EF1-4672-985A-8BFF4A9213EC_1_201_a.jpeg

    Photo Batico (Vue d'artiste)

    La société de construction Batico a déposé une proposition de lotissement au service Urbanisme de la ville de Visé. En voici un résumé :

    "En vertu du Code Wallon de l’Environnement organisant l’évaluation des incidences sur l’environnement en Région Wallonne, la société Batico dont les bureaux sont situés Voie de Liège 104, à 4840 Welkenraedt, informe la population qu’elle envisage d’introduire une demande de permis d’urbanisme prévoyant la construction de nouvelles voiries communales, de cheminements piétons, d’habitations unifamiliales et d’un immeuble à appartements, sur les parcelles cadastrées ou l’ayant été : Visé - Deuxième Division - section A - n° 24B – 38B - 22E - 608G - 607B - 615M - 609E - 40S - 37A - 31A (pour une superficie approximative totale de 4,5 Ha). Adresse du site concerné : Rue de Richelle – à 4600 Richelle."

    Une réunion d'information a été organisée à Richelle par Batico et plusieurs Richelloises et Richellois nous ont fait part de leurs réticences.

    `"Nous ne sommes pas opposés à la construction d'un lotissement" nous dit cette dame, "mais le projet déposé est beaucoup trop vaste".

    En effet, le village qui compte environ 900 habitations, verrait la construction simultanée de 66 nouvelles maisons uni-familiales et d'appartements. "C'est trop en une fois", nous dit cette autre habitante," un autre lotissement a été construit il y a peu ; mais dans ce dernier cas, les parcelles ont d'abord été vendues, puis les maisons érigées peu à peu. De cette manière, les nouvelles familles se sont intégrées petit à petit, tandis qu'ici, ce serait "tout, en une fois".

    "Et il veulent démolir la ferme Halkin qui fait partie de notre patrimoine" nous dit cet autre.

    Nous avons pu prendre connaissance de la liste des principales remarques et point griefs soulevés par les villageois :

    Lors de la réunion d'information d'hier, le promoteur BATICO  a présenté son avant-projet. Celui-ci a soulevé bien de colère et d'indignation...En effet, pour certains,  ce lotissement ressemble plus à une cité dortoir avec ces 66 maisons et son immeuble à appartements en lieu et place de notre jolie ferme Halkin patrimoine de notre village.

    Tous les Richellois et habitants de la vallée peuvent déposer des réclamations dans les 14 jours qui suivent la réunion de présentation (donc jusqu’au 5 juillet) auprès de la ville de Visé et en copie au promoteur dont voici les adresses

    Service de l'urbanisme rue de Mons, 11 à 4600 Visé

    Mail : rachelle.dumont@ vise.be

    marielle.marchand@ vise.be

    Copie au promoteur BATICO

    Georges Corman directeur général voie de  Liège, 104 à 4840 Welkenraedt

    Mail: g.corman@batico.be

    Plusieurs axes se sont dégagés lors de la discussion. Bureau d’étude d’incidence : info@sen5.be

    - Notre patrimoine  avec la ferme Halkin et le caractère rural de notre village ;

    - La saturation du village ;

    - La mobilité ;

    - La rue de Richelle est déjà embouteillée avec ces 266 000 voitures en transit passées en 3 mois selon l'étude de police de la ville de Visé ;

    - Les parkings proposés sont insuffisants et mal placés pour certains riverains ;

    - Les écoles ne pourront pas accueillir les enfants de la cité ;

    - Les deux crèches sont déjà saturées et les Richellois sont déjà obligés de mettre leurs petits bouts en dehors du village ;

    - Une telle augmentation de population va générer beaucoup de nuisances. Jamais Richelle n'aura vu sa population augmenter d'une telle manière ;

    - Des problèmes d'égoutage ont été également relevés ;

    - L'absorption des pluies est un réel problème, le bétonnage de ces 4 hectares de prairies va impacter non seulement les riverains proches mais aussi toutes la vallée ;

    - La promiscuité et le manque d'intimité des riverains concernés ;

    - Au niveau des jardins des premières habitations de l'allée de Buzet :

    Le projet de mobilité douce avancé va fortement impacter plusieurs maisons de fond de l'allée de Buzet,  manque d'intimité sans compter les nuisances sonores et lumineuses que cela va comporter ;

    - La vue plongeante sur la vallée sera plutôt une vue plongeante sur les chambres des habitants de la rue sur la Carrière !!!

    - Le projet de mettre la rue sur la Carrière à sens unique ( dans l'espoir de pouvoir faire une percée vers la cité dortoir a aussi soulevé l'indignation ! )

    - Nous avons donc beaucoup de sujets d'inquiétude et de réclamations à porter.

    Beaucoup estiment que cet avant-projet en l'état ne doit tout simplement pas voir le jour. 

    Le village de Richelle ne compte plus aucun commerce de proximité : plus de magasin d'alimentation ni de boulanger ni de boucher. On n'y trouve plus non plus de friterie ou de café/bar...

    Contrairement à certains avis exprimés sur les réseaux sociaux, Richelle est et RESTERA un village CONVIVIAL. Ce n'est pas l'arrivée de nouveaux habitants qui modifiera ce fait établi!

    Signalons pour être complets, qu'une étude d'incidence sur l'environnement doit également être réalisée. Et n'oublions pas que le service de l'Urbanisme de la Ville de Visé a bien entendu son avis à rendre.

    (Très prochainement dans votre journal "La Meuse" un article plus complet de Marc Gérardy)

    P. Neufcour

     

  • Les Petits Producteurs et la braderie de Visé

    63E20A16-74C5-4C1E-9E6F-C96B74890D76.jpeg

    De jeudi à dimanche, la Braderie de Visé fait son grand retour