Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Environnement - Page 5

  • Nucléaire : le meilleur scénario est plus que jamais la sortie en 2025

    9B5416FD-22D7-4B5D-B6A6-E658362C6735_4_5005_c.jpeg

     
    Le Gouvernement fédéral va incessamment décider du sort du nucléaire. Pour Inter-Environnement Wallonie, le scénario aujourd’hui incontournable est celui de la sortie « par le haut » qui réclame l’accélération de la mise en œuvre des alternatives. C’est, d’après nos informations, ce que le nouveau rapport du Gouvernement semble d’ailleurs confirmer. Explication.Prendre une décision dans le dossier nucléaire est devenu complexe pour les autorités qui ont trop trainé pour assumer la décision de sortie prise en 2003, et qui n’ont dès lors pas assuré une transition progressive et suffisante des alternatives. Il s’agit non seulement du renouvelable, mais aussi de la gestion de la demande, d’un réseau de distribution et de transport plus flexible et renforcé, d’une baisse des gaspillages…

    Prolonger les réacteurs, un chemin pavé d’incertitudes

    Imaginons que le Gouvernement fédéral décide d’ici la fin de l’année d’entamer les négociations avec Engie pour prolonger 2 réacteurs. Problème ! Engie a annoncé plusieurs fois avoir tourné la page nucléaire. Et les retours reçus des sites de Tihange et Doel confirment que cette décision est effectivement mise en oeuvre sur le terrain.
     
    Un tel contexte est très loin d’être propice pour une négociation avec l’électricien et l’on doute qu’elle se fasse à l’avantage des autorités ! Pour appâter Engie, le président du MR, Georges Louis Bouchez propose de mettre sur la table les coûts de démantèlement des réacteurs et des déchets. Il s’agit d’un cadeau potentiel de plusieurs milliards € à charge de l’Etat et donc in fine du contribuable. Tout ça pour une prolongation inutile. En comparaison, les couts liés à l’arrêt du nucléaire comme le soutien octroyé à une centrales au gaz supplémentaire (~ 75 millions €/an) seront très faibles.
    Pour clore le débat sur les coûts, rappelons que fermer les réacteurs affectera peu le prix de l’électricité comme l’objectivait une récente étude de l’UGENT. Les prix marginaux sont en effet fixés au niveau européen et nos 2 réacteurs n’ont qu’une influence limitée sur ceux-ci. « L’impact de la non-prolongation de Doel 4 et Tihange 3 a été évalué à une fourchette entre 4,2 et 12,6 euros (HTVA) par an pour une consommation moyenne d’électricité. A cela il faut ajouter le coût des subsides qui seront octroyés aux centrales au gaz ».

    La prolongation n’évacue pas la question de la sécurité d’approvisionnement

    Les deux réacteurs seront-ils disponibles au cours des hivers 2025-2026 ? Des travaux sont requis avant toute prolongation et il faut en outre recevoir le feu vert de la commission européenne, obtenir les permis environnementaux, et à nouveau un feu vert en termes de sécurité… Aucune de ces étapes n’est acquise d’emblée et chacune peut être la cause de retards conséquents.
    Donc, décider de prolonger 2 réacteurs n’est pas une garantie que la sécurité d’approvisionnement est acquise pour les hivers 2025-2026… Au contraire.

    Prolonger, c’est plus de déchet et plus d’insécurité.

    Prolonger ces 2 réacteurs implique que plusieurs tonnes de combustibles usagers et de déchets nucléaires de haute intensité viendront se rajouter aux déchets existants… Nous n’avons toujours pas l’ombre d’une solution pour ces déchets hautement dangereux pour des milliers d’années... A la chambre en juin 2021, Thierry Saegeman, CEO d’Engie, précisait que l’entreposage des déchets sur le site durerait 80 ans…
    La prolongation retardera irrémédiablement le début des travaux de démantèlement qui devraient eux, prendre plusieurs dizaines d’années. Engie, qui dispose aujourd’hui de peu d’expérience en matière de démantèlement, parle d’une échéance tournant autour de 2045. Il est bien sûr inimaginable de se lancer dans ce type de travaux sur un site encore en activité !
    Enfin, ces deux réacteurs nucléaires construit pour durer 40 ans sont forcément moins fiables et donc potentiellement plus dangereux que des nouvelles installations. Le Conseil supérieur de la santé (CSS) est clair sur le sujet :« Le risque d’accident nucléaire grave ne peut donc pas être exclu et la Belgique présente à cet égard une vulnérabilité spéciale en raison des caractéristiques des sites concernés : situés près de grandes villes et axes de trafic international, réseau routier saturé et populations denses. (…) Le CSS estime que, vu la vulnérabilité particulière des sites belges, la poursuite de ce risque pendant 10 ou 20 ans supplémentaires pose des questions d’ordre environnemental, sanitaire et éthique. »
    zone
     

    Le scénario de sortie du nucléaire en 2025

    Le scénario d’une prolongation des réacteurs de Doel 4 et Tihange 3 est donc un chemin pavé de doutes, d’incertitudes et de risques.
    Le scénario de l’arrêt des réacteurs pose indubitablement la question du climat. IEW est engagé de toute cette force dans cette lutte. Prolonger 2 réacteurs diminuera les émissions de CO2, mais pas dans les proportions défendues par les pro-nucléaires qui tentent de nous faire croire que ces 2 réacteurs sont au cœur de l’enjeu climatique. En fait, le débat sur la prolongation nucléaire qui représente 4% de notre production d’énergie est tout à fait secondaire. Et ce gain ne justifie pas le risque à prendre.
    Notons – ce n’est certes pas toujours simple à comprendre – que le marché du carbone ETS va absorber une part de ces émissions de CO2 émises sur le sol belge ! C’est indéniable ! En effet le marché fixe un plafond d’émissions de CO2 au niveau européen qui ne sera pas dépassé, que l’on installe des centrales au gaz belges ou pas… En conséquence, par un jeu de vase communicant, faire tourner des nouvelles centrales gaz belges va entraîner une diminution du recours à des centrales plus polluantes ailleurs en Europe.

    Le scénario de « sortie par le haut » : une transition accélérée.

    Faire tourner un minimum ces fameuses centrales gaz et donc émettre le moins possible de CO2 est à notre portée et ne dépend que de nous ! Plus vite nous installerons les alternatives au nucléaire et au gaz, moins nous émettrons de CO2.
    Accélérer l’installation des alternatives au nucléaire et au gaz en Belgique est, de fait, la clé de voûte du débat. C’est la « sortie par le haut »…
    Les projections réalisées par Elia sont claires. Pour sortir du nucléaire en 2025 sans risque sur la sécurité d’approvisionnement, il faut accélérer le développement des alternatives en ligne avec les projections du Plan Energie Climat remis par la Belgique à la Commission européenne en 2019. Ces objectifs sont un minimum à atteindre.
    IEW invite à aller bien au-delà des projections de ce plan de 2019. Il est temps de mettre le turbo à la transition énergétique belge ! Et le maintien des deux réacteurs est un frein indubitable à cette évolution. Avec 2 réacteurs en activité, nous aurons par exemple des moments de surproduction d’électricité qui vont se multiplier, entrainant l’arrêt d’éoliennes, ce qui affectera leur rentabilité.

    Il est trop tard pour un débat sur la prolongation

    Les partisans d’une prolongation du nucléaire arrivent comme les carabiniers d’Offenbach… Le seul scénario positif pour la Belgique est une « sortie par le haut ».
    Il est temps que les Régions, que les citoyens, que les entreprises… tous ensemble se retroussent les manches pour accélérer le développement du renouvelable, du stockage, de la flexibilité, de la réduction des gaspillages…
    La Belgique n’a jamais été si prête. Même si c’est probablement un sport national de remettre tout en cause à deux doigts la ligne d’arrivée.
    Changer de cap maintenant serait une erreur historique. (Communiqué)
     
  • Initiation au jardinage biologique en s’inspirant de la permaculture

    535E80CC-73C2-4166-88BC-1F71522970FE.jpeg

    Initiation au jardinage biologique en s’inspirant de la permaculture

     

    Après un an et demi d’inactivité liée à la situation sanitaire, l’association Alter n’ Go Visé reprend ses activités et vous propose , en partenariat avec Nature et Progrès, un atelier d’initiation au jardinage biologique de 7 séances :

    3 séances théoriques et 3 séances pratiques + une séance consacrée à la plantation de haies et de petits fruitiers (groseiller, framboisier,cassissier ...etc)

     

    3 séances théoriques les 13, 27 novembre et 11 décembre de 9h30 à 12h30

     

    Thèmes abordés : démarrage d’un potager, organisation du jardin inspirée par la

    nature, préparation et soins du sol, (travailler la terre, la nourrir…),

    organisation d’un plan de cultures dans l’espace et le temps, maintien d’un sol

    vivant (compost, mulch,broyat…), pratique des associations végétales

    (cultures associées, permaculture, mycorhizes, agroforesterie…),

    lutte contre la sécheresse, les prédateurs, les maladies…

     

    3 séances pratiques en mars, avril, mai 2022. Les dates et lieu seront fixés lors des

    séances théoriques. La séance de mars sera consacrée au semis, choix des graines, et plantations :

    semis en caissette, en pot (travail pratique) , transplantation et préparation (théorique)

    au travail de plantation (qui se déroulera sur terrain).

    Les séances d’avril et mai se dérouleront sur terrain (travail du sol, semis, plantation…)

     

    Infos pratiques

     

    Lieu : les 3 séances théoriques et la séance de mars se dérouleront au Centre Culturel de Visé, rue du Collège 31,

     

     

    P.A.F. : (cours+notes de cours+matériel+collation) : 40€ pour l’ensemble du cycle ou 8€ par séance.

    Réduction pour les membres de Nature et Progrès – Réduction pour les allocataire sociaux

     

    Renseignements et inscriptions :

    Céline Lagard Tél: 0474 473379 (après 17h)

    Guy Paulus Tél: 0498 637707

    Catherine Lobet E-mail: guymar5354@gmail.com

    Facebook: Alter n’Go Visé

  • Enquête publique pour la construction et l'exploitation d'une installation de cogénération à déchets de bois

    2C1620A3-1DFF-4C3A-91AF-65D79325C371.jpeg

    Ville de Visé

    Enquête publique

     

    ÉTABLISSEMENTS CONTENANT DES INSTALLATIONS OU ACTIVITÉS CLASSÉES EN VERTU DU DÉCRET DU 11 MARS 1999 RELATIF AU PERMIS D’ENVIRONNEMENT

     

    Concerne la demande de S.A. BEE GREEN WALLONIA dont le siège social se situe Bedrijvenlaan, 1 à 2800 Malines en vue d’obtenir le permis unique pour la construction et l'exploitation d'une installation de cogénération à déchets de bois non dangereux (catégorie B) d'une puissance électrique nette de
    10 MWélec. sur le site de CBR, rue des Trois Fermes à 4600 LIXHE (cadastré 5e division, Lixhe, section A n° 541Z - 641C - 5e division, Lixhe, section B n° 959A - 958B - 944/2D - 944F - 944E - 943B - 952C ).

     

    L'énergie produite sera fournie à CBR sous forme d'électricité et de chaleur et sous forme de vapeur à la société IMERYS.  L'énergie produite pourra aussi être injectée dans le réseau local.  L'installation de cogénération sera accompagnée de moteurs à gaz naturel d'une puissance électrique totale de 9 MW qui fonctionneront uniquement pendant les heures de pointes (soit 4 à 5000 h/an).


    Le dossier ainsi que  l'étude d'incidences sur l'environnement afférent au projet peuvent être consultés à l’administration communale  - Service Environnement, rue de Mons, 11 à 4600 VISE à partir du 06/09/2021

     

    • Date d’affichage de la demande: 01/09/2021
    • Date d’ouverture de l’enquête: 06/09/2021
    • Clôture de l’enquête : Lieu: Service Environnement, rue de Mons, 11 à 4600 VISE

                                                 Date: 06/10/2021 à 11 heures.

     

    Les observations écrites peuvent être adressées au Collège communal, rue des Récollets, 1 à 4600 VISE ou par courriel à l’adresse laurence.blaffart@vise.be.

     

    Le Bourgmestre porte à la connaissance de la population qu’une enquête publique est ouverte, relative à la demande susmentionnée.  Le dossier peut être consulté à partir de la date d’ouverture jusqu’à la date de clôture de l’enquête, chaque jour ouvrable pendant les heures de service et le samedi matin de 08h30 à 11h30.  Lorsque la consultation a lieu le samedi matin, la personne souhaitant consulter le dossier doit prendre rendez-vous au plus tard vingt-quatre heures à l'avance auprès de Madame BLAFFART du Service Environnement au 04/374.85.14.

     

    Le dossier peut également être consulté par voie informatique sur demande à l’adresse laurence.blaffart@vise.be.

     

    Tout intéressé peut formuler ses observations écrites ou orales auprès de l’administration communale dans le délai mentionné ci-dessus, jusqu’à la clôture de l’enquête.

    Les réclamations et observations verbales sont recueillies sur rendez-vous par Madame BLAFFART du Service Environnement, rue de Mons, 11 à 4600 VISE (04/374.85.14).

    Tout intéressé peut obtenir des explications techniques sur le projet auprès du demandeur (S.A. BEE GREEN WALLONIA - 0496/286205), de Madame BLAFFART (Service Environnement – 04/374.85.14), des Fonctionnaires technique et  délégué du Service Public de Wallonie au (04/224.54.11).

     

    L'autorité compétente pour prendre la décision sur la demande faisant l'objet de la présente enquête publique est: le Collège communal de la Ville de Visé.

     

    Le projet fait l'objet d'une procédure d'évaluation de l'impact sur l'environnement dans un contexte transfrontière conformément à l'article D.29-11, §1er, du Livre Ier du Code de l'Environnement.

     

     

                                                                                                                  A Visé, le 01/09/2021

                                                                                                                         La Bourgmestre

                                                                                                                      Viviane  DESSART

  • Le bureau d'architecte Luc Spits veut ériger un "totem" à l'entrée de Visé

    Pour rappel, le bureau d'architectes Luc Spits veut ériger une tour "contemporaine"  de 11 étages composée de 13 appartements et 1.400 m² de bureaux à l’entrée de la Ville de Visé, juste à la sortie de l’autoroute E25 sorte de collégiale moderne!  Après avoir emprunté cette sortie d’autoroute et franchi le pont, vous arrivez à un grand rond-point et le site se trouve directement à gauche rues Porte de Souvré et de Jupille.

    Le collège de Visé a tenu à organiser une réunion d’information en présence de l’architecte et des riverains proches Cette réunion s’est tenue ce mercredi soir à l’Hôtel de ville de Visé.

    « J’étais présent en tant qu’échevin de l’Urbanisme avec un représentant du service de l’Urbanisme et l’architecte visétois Luc Spits. Il y avait aussi 18 riverains à raison d’une personne par famille concernée par le projet et domiciliée à moins de 50 mètres du projet », détaille Xavier Malmendier. (ndlr : pourquoi seulement 18 familles impactées par ce projet?)

    « Il y a eu une projection sur grand écran du projet et chacun a pu exprimer son point de vue. Le collège n’était pas obligé de tenir cette réunion mais il nous a semblé qu’elle s’imposait, vu la pétition lancée avant même le début de l’enquête publique », ajoute l’échevin de l’Urbanisme.

    Une réunion constructive

    « Globalement, cette réunion s’est bien déroulée et chacun a pu exprimer son point de vue durant une heure, dans le respect de chaque partie. C’est la luminosité qui pose le plus de problème aux riverains qui peuvent formuler leurs remarques par écrit », précise encore Xavier Malmendier.

    « Certaines personnes ont indiqué qu’elles aimaient bien ce projet mais se demandaient pourquoi le construire à cet endroit. Je leur ai rappelé que l’endroit était symbolique pour marquer l’entrée de Visé, sans vraiment cacher la Collégiale. Tout dans ce projet a vraiment été étudié de manière très approfondie (hauteur, forme…). C’est un peu un totem en entrée de ville. Je sais que c’est un projet audacieux. Certains ne l’aiment pas et je peux le comprendre et l’entendre », indique Luc Spits. (Ndlr : nous, les visétois, avons-nous vraiment besoin d'in totem? Cette tour serait un peu comme un wigwam géant?)

    Plan d’ensoleillement

    « J’ai envoyé ce jeudi au service de l’Urbanisme à Visé un plan d’ensoleillement heure par heure et pour chaque maison située autour de ce projet. les riverains perdront chaque jour un maximum d’une heure à une heure trente d’ensoleillement », avoue l’architecte visétois.

    Nous saurons mardi prochain si Luc Spits a été convaincant au vu du nombre des réclamations.

    À noter que ce mercredi soir, une manifestation d’une quinzaine de personnes opposées au projet s’est tenue devant l’Hôtel de Ville de Visé avec des représentants notamment du PTB,  de Visons Demain mais aussi de simples citoyens.

    (Source : Marc Gérardy/a+euse)

  • Visé : la Maison de la Montagne Saint Pierre, un lieu à (re)découvrir

    360642EA-37D9-45B4-BC60-B7F6D075B3BA.jpeg

    Photo P. Neufcour

    La Maison de la Montagne Saint-Pierre, un lieu à découvrir !

     

    SAISON 2021

    Réouverture de la Maison de la Montagne Saint-Pierre, Place du Roi Albert à LANAYE

    Vous pourrez découvrir ou redécouvrir l’exposition permanente intitulée « Un bijou naturel dans un écrin millénaire » à partir du samedi 1er mai jusqu’au 31 octobre 2021.

    Le musée vous accueillera les week-ends et jours fériés de 14h à 18h, et en semaine sur demande et sur réservation par téléphone au 04/3748493.

    Prix d’entrée : 2,50 € pour les adultes, 1 € pour les moins de 18 ans, ainsi que les groupes, les étudiants, les retraités, les personnes handicapées.

     

    Quelques événements à retenir :

    L’exposition temporaire Archeolo-J, "du chantier au musée" sera visible à partir du samedi 1er mai !

     

    Les prochaines balades dans la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre, avec un guide de Natagora (sur inscription par téléphone au 04/374.84.93), sous réserve des mesures sanitaires en vigueur :

    Dimanche 23 mai 2021

    Dimanche 6 juin 2021

    Dimanche 20 juin 2021

    Dimanche 25 juillet 2021

    Dimanche 8 août 2021

    Dimanche 29 août 2021

     

    Nombre de participants limités !

    N’hésitez pas à découvrir un musée près de chez vous et réalisé pour vous !

     

    Francis Theunissen

    Echevin des Travaux et des Plantations

     

    Xavier Malmendier

    Echevin de l’Environnement