Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Portrait

  • Figure locale de Bassenge : 2000 km à pied. Bientôt l'apogée du périple un peu fou de Tristan (29 ans). Saint Jacques de Compostelle se profile à l'horizon ! ( + Vidéo )

    5E4C2EE9-5290-47AA-9F6C-C9B1B6BECDCC_4_5005_c.jpeg

    Lu sur le blog de Bassenge, un article de mon excellent confrère et (néanmoins) ami Roger Wauters sur 

    Ce 11 juin, il en est déjà à sa 63ème étape et, en Espagne, il est parti de Foncebadón et reliera Ponferrada après avoir parcouru 28 km. Dans huit jours, il rejoindra, enfin, Saint Jacques de Compostelle après un long périple à pied. Tous les jours, Tristan publie une vidéo qui relate son parcours et les régions traversées.

    Voici celle qu'il a publiée ce matin :


    Alors, pourquoi ce périple ? 
    Le projet Danuta
    Comme il l'expliquait au journaliste de La Meuse au mois d'avril, Tristan Dyl  a baptisé le projet « Danuta », du nom de sa grand-mère polonaise, Danuta Brzozowska, née le 9 janvier 1938. « C’était une femme d’une grande humilité et d’une grande générosité. Son existence a été rythmée par les déportations, les conditions précaires lors de la Seconde Guerre mondiale mais elle a réussi à fonder une famille unie, transmettant les valeurs fondamentales à ses enfants et petits-enfants dont je fais partie. Disparue en septembre 2018, elle m’a confié un rêve que je conserve depuis près d’une décennie et que je réalise à présent pour elle, ma Babcia (grand-mère en polonais).
    Sa page Facebook cartonne !
    En effet ils sont déjà beaucoup plus d'un millier à le suivre et à lui manifester leur soutien. C'est aussi que la formule a tout pour plaire. Car, au fil des jours, Tristan nous raconte, avec moult détails historiques et autres, les régions françaises qu'il traverse à pied. Ses capsules vidéos et les splendides photos composent un carnet de route on ne peut plus alléchant. 
    Alors, comme nous, ne manquez pas de le suivre et de le soutenir dans cette épopée qui est sur le point de toucher à sa fin ! 
    Pour suivre le périple de Tristan, voici le lien :
     

    CDC4738A-F762-4794-9371-69EADE48295B_4_5005_c.jpeg

  • Benoît Huc, un liégeois passionné par la nature et les oiseaux, a sorti son premier livre : " ACCUEILLIR LES OISEAUX AU JARDIN "

    B96A6A98-9676-469A-8648-0772A959583E.jpeg

    Newsletter Vivacité

    Benoît Huc est cadreur à la RTBF.   Il est aussi réalisateur indépendant de nombreux reportages et documentaires TV consacrés au jardin et à la nature.  Il aime tout particulièrement " sublimer les beautés naturelles qui nous entourent mais que nous remarquons trop rarement ".  C’est dans cet esprit qu’il pratique aussi la photographie d’oiseaux.  Et comme il est persuadé qu’il faut bien connaître son sujet pour bien le photographier, il se renseigne abondamment sur les espèces observables dans son environnement.  Son premier livre est un petit guide pratique sur la façon de gérer un jardin pour y voir des oiseaux et pour les protéger.

     

    Un système " gagnant-gagnant ".

    Si l’auteur partage des méthodes efficaces pour profiter de la présence d’oiseaux au jardin, il souhaite avant tout que l’application de ses conseils favorise la biodiversité.  Il part en effet du constat, qu’en quelques dizaines d’années, nos paysages ont été grandement " dénaturés " (au sens propre du terme).   Une bonne partie de la végétation qui offre la protection et la nourriture aux oiseaux a en effet été éliminée.  Ainsi, par exemple, Il n’y a plus de haies entre les champs et, durant l’hiver, on n’y voit plus de plantes montées en graines susceptibles de nourrir l’avifaune.  Quant aux pulvérisations, elles tuent des végétaux, des insectes et de la vie en général…  Dans ce contexte où les oiseaux disparaissent toujours plus vite, l’auteur préconise d’envisager son jardin, ou une partie de son jardin, comme une petite réserve naturelle…  Il pense que c’est la première chose qu’un particulier puisse faire pour soutenir, à son niveau, les oiseaux et la nature en général...  Créer un tel cadre de vie autour de sa maison est en outre la garantie de beaucoup de plaisir !

     

    Le contenu du livre : ce petit guide pratique renseigne par exemple :

    • Quels oiseaux on peut trouver au jardin selon les régions et les périodes de l’année ?
    • Quels végétaux sont intéressants pour nourrir et abriter différentes espèces ?
    • Comment gérer les pelouses, les haies, … en fonction des oiseaux ?
    • Quels petits coins sont à privilégier dans un jardin pour les oiseaux ?
    • Comment attirer spécifiquement les hirondelles et les martinets chez soi ?
    • Comment construire et placer des nichoirs pour tous les oiseaux cavernicoles et semi-cavernicoles du jardin ?
    • Quelle est l’importance des points d’eau ?
    • Comment bien nourrir les oiseaux artificiellement ?
    • Comment reconnaître 60 espèces d’oiseaux potentiellement visibles au jardin ?
    • Dans quel coin du jardin a-t-on une chance de voir chacune de ces espèces ?

     

    Disponibilité du livre

    Le livre " Accueillir les oiseaux au jardin " peut être commandé dès maintenant via un e-mail à benoit.huc@skynet.be . 

    Page Facebook : https://www.facebook.com/benoit.huc.14
    Mail : benoit.huc@skynet.be

  • Jacques (Jacky) Donnay : un artiste, un peintre, un gars bien de chez nous

    fullsizeoutput_16a16.jpeg

    Photo : P. Neufcour

    Était-ce facile de porter un nom si connu dans le monde de l’art liégeois ? Plusieurs artistes portent déjà ce nom : Auguste Donnay (1862-1921) le peintre liégeois, Jean Donnay (1897-1992), le graveur de Cheratte mais aussi Adelin Donnay ou encore Séverine Donnay, sans parler de l’écrivain Maurice Donnay (1851-1945).

    Notre Jacques Donnay est natif de Visé (1947) et a son atelier à Dalhem. Le musée régional de Visé a déjà acquis non seulement des calendriers mais aussi des peintures (Don du peintre avec le bois de la Julienne d’Argenteau) et des dessins à la mine de plomb reproduits en 100 exemplaires et datant de 1984.

    Un achat récent en vente publique a permis d’accroitre le fonds de Jacques Donnay et ce qui est étonnant, c’est la succession des paysages qui s’échelonnent le long de la Meuse, d’aval en amont : l’île Robinson (acquis en 2017), puis les vieilles maisons du quai du Halage à Visé, la chapelle des voyageurs à Hermalle et les maisons de Préixhe (toutes les trois en 2018). Ici l’achat de 2020 concerne une vue de l’église Saint-Lambert à Hermalle avec le rivage de Meuse et une autre des maisons le long du Hemlot, qui est un bras de Meuse. La passerelle qui enjambe ce bras de Meuse est assez typique et il n’y a pas si longtemps s’y trouvait une écluse, qui fut détruite après l’inondation de 1996.

    On retrouve ce style si particulier de cet ancien élève de l’institut saint-Luc de Liège, qui fit une partie de sa carrière dans le domaine publicitaire. Il fait déborder son sujet à l’extérieur du cadre souligné par quelques lignes.

    Il a fait le buzz il y a 2 ans en voulant brûler ses œuvres. Habitant de Dalhem, il fait partie de groupes locaux, notamment les Enfants Belges (Les Rouges de Dalhem) qui fêtent cette année leur 150e anniversaire.

    J.P.Lensen

    Lien permanent Catégories : Arts, Portrait
  • Athlétisme - Pol Forthomme détient un record mondial depuis 34 ans

    B9717913853Z.1_20181212113811_000+GS2CJF1CU.1-0.jpg

    Rencontre avec le vice-président du RFC Liège athlétisme. Un personnage, un modèle et des messages plus un témoin à faire passer.

    L'article complet à lire dans nos éditions du jour

  • Demain à 20h20, la RTBF diffusera le film "Enfants du Hasard" tourné à Cheratte.

    Le mercredi 9 mai à 20h20
    RTBF - LA UNE
    Rediffusion sur    La Une le samedi 12 mai à 08h50 – Sur La Trois le 17/05 à 10h30 – le 21/05 à 23h45 et le 24/05 à 13h30
     
     
     
     

    Nous avons le plaisir de vous annoncer la première diffusion en télévision du film


    ENFANTS DU HASARD

    de Thierry MICHEL & Pascal COLSON
    Un documentaire co-produit par la RTBF

    Le mercredi 9 mai à 20h20
    RTBF - LA UNE
    PRIX INTERNATIONAUX

    . FIPA (Biarritz) prix du jury des jeunes européens
    . Festival2Valenciennes : grand prix du documentaire et prix du jury étudiant
    . IRTS (Nancy) : mention du jury
    . Watch Docs (Varsovie) prix Marek Nowicki
    « Une ode à la vie racontée par les enfants. »
    Bruno Boutsen
     - La Libre Belgique


     « Un pur bonheur ... une vraie réussite »
    Nicolas Crousse 
    - Le Soir

         
    « Un documentaire bouleversant. »
    Aurélie Drion
     - La Meuse


    « Un vrai beau film »
    L’Avenir
         
    « L’intelligence de ce fllm magnifique »
    Sylvestre Sbille - L’Echo 
     
    « Une sarabande colorée et gorgée de vie. » 
    Dany Habran - Journal des Grignoux
       
    « Révélateur et émouvant, un rempart contre 
    tous les replis identitaires »  
    Juliette Goudot - Moustique

    « Madame Pirlet, l’institutrice qui crève l'écran »
    Philippe Bodeux
     - Le Soir


    « La parole de futurs citoyens avec leur rêves de bonheur. Un beau travail …»
    Karin Tshidimba
     - La Libre Belgique


    « Un théâtre chatoyant de vie, de passion, 
    et d’espoir en l’avenir. Une réussite magnifique. »
    Cinestan
     – Alain Berenboom


    A ne pas manquer le mercredi 9 mai à 20h20 sur La Une
    « Enfants du hasard » : 

     de Thierry Michel et Pascal Colson 
    un documentaire coproduit par la RTBF 
    Après une sortie en salles couronnée de succès il y a un an et plusieurs prix remportés sur la scène internationale, La Une nous propose de découvrir en prime time ce très beau film qui suit une année scolaire d’enfants dans une petite école de la région liégeoise. Petits-enfants de mineurs pour la plupart, majoritairement musulmans et d’origine turque, ils terminent leur cycle de primaire avec Brigitte, leur institutrice bienveillante. Véritable ode à la vie, ce documentaire révèle leurs espoirs et leur vision du futur. 

    Il nous emmène dans une école primaire de Cheratte, une petite cité minière située en province de Liège. Dans la petite école communale à discrimination positive, Brigitte, institutrice de 5e et 6e primaires qui a 30 ans d’expérience, prépare avec enthousiasme et bienveillance ses jeunes élèves à s’épanouir dans un monde en mutation. Partant de leur propre histoire, elle retrace avec eux le parcours de leurs grands-parents, qui ont quitté leur pays d’origine pour travailler dans la mine de Cheratte, le " charbonnage du hasard ".

    Nous suivons cette année scolaire charnière pour ces élèves qui vont bientôt quitter le cycle primaire et leur petite école.  Le film met en lumière la manière dont les enfants cherchent à se construire et à donner un sens à leur vie. Il saisit leurs doutes et leurs réflexions lors des attentats terroristes et face au harcèlement sur les réseaux sociaux. Ode à la vie, narré par la voix des enfants, ce documentaire capte la spontanéité, le plaisir d’être, la fin d’un temps d’insouciance avec ses fragilités. Le film tisse ainsi les liens entre passé, présent et futur et dessine un sens du bonheur possible, au sein de l’école et de la société.

    Le film a déjà rassemblé plus de 10.000 spectateurs en salles. Sélectionné plusieurs fois dans des festivals internationaux, il a été doublement primé cette année à la fois au FIPA de Biarritz et au 8ème Festival de Valenciennes où il a décroché le Grand Prix du documentaire.

    Production : Les Films de la Passerelle / la RTBF / WIP Wallonie Image Production

    Rediffusion sur La Une le samedi 12 mai à 08h50 – Sur La Trois le 17/05 à 10h30 – le 21/05 à 23h45 et le 24/05 à 13h30