Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société

  • Chantier collectif chez "Les pousses poussent"

     
    Durée : 7 h
     
    Public Tout le monde (avec ou sans compte Facebook)
    Viens mettre les mains dans la terre !
    Dans le cadre du festival Nourrir Liège et en lien avec les Brigades d'Action Paysannes, les super maraicher.ère.s des Pousses Poussent, invitent les étudiant.e.s à les aider dans leur champ de légumes, là-haut sur la montagne Sainte Walburge de Liège. Ils entament leur troisième saison de culture ; au programme : plantations, paillage, semis, etc. Venez avec votre pique-nique, qui sera accompagné de la soupe chaude dont David a le secret !
    Accès depuis la gare de Liège en 25 minutes via le bus 71 direction Milmort, ou bien en 40 minutes à pied.
  • Fairebel poursuit sa lancée écologique avec un nouvel emballage

    C44664C3-E1DB-46CF-A050-CF93399BEBD0.jpeg

    Photo : Fairebel

    La coopérative belge, qui se veut équitable, écolo et locale, a décidé, depuis ce 19 octobre, de faire peau neuve avec un nouvel emballage plus respectueux de la planète.En partenariat avec Tetra Pak et LuxLait, Fairebel Le Lait Equitable propose un nouveau packaging composé à 87 % de matières premières végétales, notamment à base de canne à sucre. 100 % recyclable, la brique de lait et le bouchon tout neuf permettent à la coopérative d’économiser plus de 180.000 kg de plastiques fossiles par an. Une diminution de 36 % des émissions de CO2 est également effectuée.

    Un nouveau slogan et une philosophie intacte

    « Embrasser le monde autrement », le nouveau slogan représente bien tout ce qu’Erwin Schöpges, le président et fondateur de la Faircoop, à toujours proné. « Nous connaissons nos responsabilités et nous sommes prêts. Nous sommes une réponse, nous sommes une équipe, une communauté, capable d’y arriver. » Une initiative saluée lors du lancement par Dominique Michel, le président de Comeos, fédération du secteur du commerce et des services, mais aussi par David Clarinval, ministre fédéral de l’agriculture.

    184DE5C4-7EDD-48A4-953A-3B790E68022B.jpeg

    Pour y arriver, la coopérative a également totalement revu le sur-emballage de ses produits. Fini le plastique à usage unique, remplacé par du carton. « Nous voulons vendre une philosophie », poursuit Fairebel. La coopérative se veut une alternative aux grandes chaînes de distribution. Née en 2009, elle répondait aux producteurs belges qui cherchaient une solution à la grave crise du lait qui les avait poussés à déverser un million de litres de lait dans un champ, près de Ciney. « Une bonne rémunération des agriculteurs a un impact sur la qualité du produit, sur la production et, au final, sur le prix que les consommateurs paient au magasin », estime Erwin Schöpges.

    Les Belges prêts à aller plus loin

    Huit Belges sur dix pensent que des emballages éco-responsables vont contribuer à lutter contre le réchauffement climatique. « 86 % pense que ce genre d’emballage deviendra la norme », explique Chakib Kara, directeur de Tetra Pak France et Benelux. « Dans la brique alimentaire, nous sommes déjà à 90 % de carton, avec une très faible dose de plastique et d’aluminium. Dans quelques années, nous voudrions arriver à une brique alimentaire qui soit à 100 % en carton. » L’échéance est placée en 2030, Fairebel et son partenaire Tetra Pak souhaitent alors être neutre en CO2 également.

    Avec plus de 12 millions de litres de lait vendus en Belgique en 2020, l’organisation est un poids lourd de l’industrie agro-alimentaire. Grâce aux avis de quelque 1.500 consommateurs, membres actifs de la coopérative, Fairebel Le Lait Equitable répond aussi bien aux demandes des professionnels que des acheteurs.

    (Communiqué)

  • L’Union professionnelle des chirurgiens belges dénonce le report des interventions

    99811092-5F68-4499-A43C-99DB603EDA49.jpeg

    Isopix

    Ne pas pouvoir opérer un patient au moment idéal de sa pathologie entraîne souvent une majoration du risque pour celui-ci, pointe-t-elle.

    Les reports d’interventions sont justifiés par la saturation des hôpitaux qui tentent de contenir l’afflux des patients Covid. « Cette affirmation n’est que partiellement juste », soutient l’UPCB, pour qui « les soins intensifs ne peuvent plus fonctionner à pleine capacité en raison d’un manque de personnel ». Selon elle, ce manque d’effectifs résulte du nombre de cas de Covid-19 parmi les soignants mais aussi du burn-out auquel certaines et certains sont confrontés. L’union professionnelle évoque aussi un problème de garde d’enfants. Elle dénonce enfin l’occupation précaire du personnel dans les hôpitaux en partie en raison du financement actuel des hôpitaux.

    L’UPCB demande aux instances dirigeantes de prendre en considération le travail de l’ensemble du personnel soignant, avec une revalorisation à la clé, et d’éviter de se focaliser sur le report des soins pour réserver des places hypothétiques aux patients Covid, au détriment de soins programmés. Elle plaide également pour la vaccination obligatoire pour l’ensemble de la population. « Les formes graves de Covid se manifestent majoritairement chez les patients non vaccinés. La vaccination est donc efficace et a ainsi été imposée au personnel soignant », souligne-t-elle. « L’UPCB pense que la vaccination devrait être rendue obligatoire pour tous afin d’enrayer cette pandémie. »

    L’union professionnelle demande par ailleurs des mesures compensatoires pour les disciplines chirurgicales. « En raison des restrictions d’effectifs, des transferts nécessaires du personnel des blocs opératoires et des services de chirurgie vers les unités Covid, et de la réduction de la capacité des soins intensifs », les chirurgiens n’ont pas pu, lors de cette quatrième vague de la pandémie, « valoriser leurs activités professionnelles et leurs efforts chirurgicaux », explique l’UPCB. Or, « les structures de coûts fixes de la profession par rapport aux médecins spécialistes en formation et aux hôpitaux, restent en place », conclut-elle.

    (Source Sudinfo)

     
  • Coup de théâtre: la Clinique André Renard «contrainte» de rouvrir ses Urgences

     

    62F7725E-277C-4128-B557-FDC535257F20.jpeg

    Belga
     

    Jeudi, en début d’après-midi, la clinique André Renard, a pris la décision de fermer ses urgences. La raison de cette fermeture, la situation du personnel à bout de souffle. Un acte qui faisait craindre aux autres hôpitaux de la région, et en particulier la clinique Notre-Dame de Hermalle, une surcharge de travail. Une pression sur les autres établissements qui aura finalement été de courte durée puisque dès ce samedi les Urgences seront à nouveau accessibles.

    Menace de sanctions

    En effet, cette action était initialement prévue pour durer quatre jours, mais le service se voit finalement contraint de rouvrir ce samedi. Une décision forcée qui fait suite à un courrier adressé à la clinique par l’inspecteur d’hygiène dans lequel il ordonnait la réouverture des Urgences « sous peine de dresser un procès-verbal de constat d’infraction menaçant d’entraîner des sanctions pénales : des peines d’amendes et/ou d’emprisonnement à l’encontre de la direction générale, de la direction médicale, de la direction nursing et de l’infirmier en chef des urgences », a indiqué la Clinique André Renard par voie de communiqué.

    En prenant la décision lourde de fermer les urgences, la Clinique André Renard espérait faire en quelque sorte bouger les choses et montrer que son personnel ne pouvait plus assumer la charge de travail. « Le personnel soignant n’en peut plus physiquement et moralement », explique Thierry Lemineur, directeur médical et médecin-chef des soins intensifs. « Il essaye de continuer à donner le meilleur de lui-même. Mais chez nous, nous sommes remplis tant au niveau des hospitalisations que des soins intensifs dont 7 des 8 lits sont occupés. Et nous ne parvenons pas à faire diminuer la pression, avec le risque de ne plus offrir le niveau de soin que les patients méritent. »

    En fermant les urgences, cela permettait d’éviter de potentielles nouvelles hospitalisations, ainsi que la saturation complète. Thierry Lemineur espérait également secouer le cocotier et faire comprendre au Fédéral qu’il faut réagir. « Tous les hôpitaux du pays sont dans le même cas que nous », indique-t-il.

    « Contraints de plier à ces menaces, nous déplorons que notre appel à l’aide n’ait engendré en retour que des menaces, sanctions et mesures stériles. La réouverture de nos urgences entraînera inévitablement une fermeture d’unités de soins et/ou de lits, privant ainsi d’autres patients, d’autres malades de soins appropriés. En nous imposant cette réouverture, on obtient donc l’effet inverse de l’intérêt prétendument défendu : on ne résout rien… on déplace un problème ailleurs ! », clôture la Clinique.

  • Ce qu'a décidé le codeco : décevant !

    FF569D4F-8AE3-4961-97FC-432ABB6A00D6.jpeg

    Photonews

    Comité de concertation: voici toutes les nouvelles mesures décidées ce vendredi!

    Quelques jours à peine après le xième  Comité de concertation, nos responsables politiques se sont à nouveau réunis ce vendredi 3 décembre 2021. Ils devaient prendre de nouvelles mesures afin de freiner la propagation du coronavirus dans notre pays.

    Des décisions importantes devaient être prises ce vendredi afin de soulager de secteur hospitalier. Comme à  chaque Codeco, il s'agit d'un compromis entre responsables de divers secteurs économiques et de santé. Il ne s'agit  donc pas, loin de là, des meilleurs mesures qu'il aurait déjà fallu prendre auparavant mais d'un melting-pot acceptable pour la majorité des intervenants, sans nécessairement tenir compte de l'avis des citoyens.

    Ces mesures entrent en vigueur le samedi 4 décembre 2021.

    Enseignement

    ➜ Comme préconisé par le GEMS, les écoles primaires et maternelles devront bel et bien faire une pause, mais elle ne sera pas de 10 jours, mais d’une semaine. Concrètement, les vacances de Noël débuteront le lundi 20 décembre et auront donc une durée de 3 semaines.

    ➜ Fermeture des classes à partir de 2 cas positifs ;

    ➜ Des détecteurs de CO2 doivent obligatoirement être déployés le plus vite possible dans chaque classe et local où se réunissent de nombreuses personnes. Dès que ces appareils indiqueront une concentration de CO2 supérieure à 900 ppm (particules par million), des actions devront être prises pour améliorer la qualité de l’air. Au-delà de 2.200 ppm, le local devra impérativement être quitté par ses occupants.

    ➜ Le masque sera obligatoire dès 6 ans, même à l’école : dès lundi !

    ➜ Interdiction de toutes les activités parascolaires ;

    ➜ La recommandation aux parents de réaliser un (auto)test de leurs enfants régulièrement.

    ➜ Pour l’enseignement secondaire, pas de fermeture, mais il sera organisé de manière hybride jusqu’à la période des examens (qui auront lieu en présentiel). Le retour de l’hybridation des cours n’entrera en application que le mercredi 8 décembre seulement. Les élèves qui n’ont pas accès à des outils numériques pourront bénéficier d’un enseignement à distance au sein de l’école.

    ➜ L’enseignement artistique à horaire réduit suit les mêmes règles que celles applicables à l’enseignement primaire et secondaire.

    ➜ Pour l’enseignement supérieur  : contrairement à ce qui était annoncé, pas de retour en code orange pour l’enseignement supérieur. Les étudiants pourront bien continuer à se rendre en auditoire jusqu'à la fin du quadrimestre. Les bibliothèques resteront ouvertes pour les étudiant qui préparent leur session d'examens.

    ➜ Un enseignement en présentiel sera organisé pour les élèves les plus vulnérables – certainement dans l’enseignement spécialisé. Les ministres de l’Enseignement en détermineront les modalités.

    Masque

    ➜ Le port du masque devient obligatoire dès 6 ans, partout où il était déjà en vigueur.

    Vaccination

    ➜ La task force Vaccination progressera rapidement au niveau de la vaccination des enfants de moins de 12 ans, étant donné l’importance de la vaccination pour relever le défi épidémiologique au sein de l’enseignement.

    Horeca

    ➜ On ne change rien  : fermeture maintenue de 23 heures à 5 heures du matin, 6 personnes par table maximum, uniquement assis.

    Contacts

    ➜ Il n’y aura pas de « bulle » ! Mais recommandation de limiter au maximum ses contacts et de les rencontrer de préférence à l’extérieur.

    ➜ L’utilisation d’autotests est également encouragée

    Événements et rassemblements

    > Événements publics en intérieur

    ➜ À partir du samedi 4 décembre, les événements rassemblant plus de 4.000 personnes ne peuvent plus avoir lieu.

    ➜ À partir du lundi 6 décembre, les événements avec plus de 200 personnes à l’intérieur sont interdits. Cela concerne, par exemple, les grands concerts.

    ➜ En ce qui concerne les petits événements, représentations culturelles et autres, ainsi que les congrès à l’intérieur, ils restent possibles à condition d’avoir maximum 200 participants. Le public doit être assis, avec masque obligatoire et Covid Safe Ticket (à partir de 50 visiteurs).

    ➜ Les cinémas peuvent accueillir maximum 200 personnes par salle, moyennant le respect d’une distance de 1,5 m entre chaque groupes.

    > Événements publics en extérieur

    ➜ Le Comité rappelle que les organisateurs sont responsables de mesures de gestion de la foule. Le Comité demande aux autorités locales de contrôler strictement ces mesures. Si ces mesures ne peuvent être respectées, ces événements doivent être annulés.

    > Rassemblements privés à l’intérieur

    ➜ Tous les regroupements et activités privés à l’intérieur sont provisoirement interdits, en ce compris les activités organisées, sauf

    ➜ Une exception est prévue pour  :

    – les réunions privées qui se déroulent à domicile ou dans un hébergement touristique de petite taille (15p) ;

    – les réunions privées qui se déroulent dans le cadre d’un mariage ou de funérailles ;

    – l’exercice du sport à l’intérieur ;

    – les entraînements sportifs ;

    – l’exercice professionnel d’activités (p.ex. les professionnels du sport, de la musique) ;

    – les réunions avec publics vulnérables (AA, alphabétisation…).

    Compétitions sportives

    ➜ Le public lors des événements sportifs à l’extérieur reste autorisé.

    ➜ La présence de public est interdite lors des compétitions sportives organisées à l’intérieur. Les participants mineurs peuvent être accompagnés par deux adultes.

    Travail

    ➜ Rien ne change pour le télétravail : obligatoire 4 jours par semaine (donc maximum 1 jour de présence sur le lieu de travail par semaine).

    ➜ Teambuildings et fêtes d’entreprises sont interdits.

    Ces mesures entrent en vigueur le samedi 4 décembre 2021.

    ➜ Le Comité de concertation réévaluera la situation épidémiologique au cours de la semaine du 20 décembre.

    ➜ Le Comité de concertation attire l’attention sur le fait que les bourgmestres ont, à tout moment, la responsabilité d’annuler les événements qui présenteraient un risque épidémiologique, après concertation avec les instances sanitaires compétentes.

    (Source La Meuse)