Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Société

  • Gouverneur de la province de Liège COVID-19 : récapitulatif des mesures

    0E1BB4C5-BFFE-44B9-9517-3DE0DC2D9999.png

     

    Récapitulatif des mesures applicables sur l’ensemble du territoire de la province de Liège jusqu’au 1er mars 2021

                                                              Travail et commerces

    • Le télétravail est obligatoire, pour les fonctions qui s’y prêtent et dans le respect de la continuité de la gestion des entreprises et organisations, services et activités

    • Les commerces sont ouverts dans de strictes conditions en matière d’hygiène: gestes barrières (lavage des mains, distanciation physique) port du masque, 1 seule personne sauf mineurs de son foyer ou 2 personnes maximum si besoin d’assistance), 30 minutes maximum dans un commerce et 1 client par 10m², rassemblements à éviter, pas de fun shopping

    • Restent fermés les instituts de beauté, les salons de manucure, pédicure non-médicale, massage, coiffure, barbiers, tatouage et piercings

    • Les marchés (1 client par 1,5m d’étal) sont ouverts, mais la consommation de boissons et de denrées alimentaires est interdite

    • Les commerces, night-shops, ainsi que les magasins attenants à une station-service ne peuvent ouvrir au-delà de 20h

    • Les cafés et restaurants sont fermés. La livraison et le retrait sur place de plats à emporter reste possible jusqu’à 22h00

    • Les réceptions et banquets organisés par un service traiteur ou de catering professionnels sont interdits

    • Tous les types d’hébergement (hôtels, gîtes...) peuvent rester ouverts à l’exclusion de leur restaurant, de leurs débits de boissons et de leurs autres facilités communes. Les villages de vacances, les parcs de bungalow et les campings sont fermés sauf pour le propriétaire et son ménage ainsi que les résidents à titre principal

    • Les fêtes foraines, marchés annuels, brocantes et marchés aux puces ne sont pas autorisés

    • Les salles de jeux, bureaux de paris et casinos sont fermés

    • Les formations et examens de permis de conduire sont autorisés

                                                                       Enseignement

    • Les cours en présentiel sont suspendus dans l’enseignement supérieur

    • L’enseignement maternel et primaire est maintenu en 100% présentiel. La reprise des cours se déroule en code rouge.

    • L’enseignement secondaire est organisé en 100% présentiel pour le premier degré et 50% en présentiel pour les autres degrés

    • L’enseignement artistique est organisé en 100% présentiel pour les élèves de moins de 12 ans et par groupes de 4 élèves maximum pour les plus de 12 ans.

                                                                             Généralités

    • Couvre-feu de 22h00 à 6h00 sauf déplacements essentiels (urgences médicales, assistance à un proche, travail).

    • Le port du masque est obligatoire dans les lieux suivants :

    - les magasins et les centres commerciaux

    - les auditoires

    - les lieux de culte

    - les bibliothèques, les musées

    - dans une file d’attente

    - dans les bâtiments publics

    - sur les marchés

    - lors de manifestations statiques sur la voie publique

    • Les contacts rapprochés sont limités à 1 personne

    • Possibilité de recevoir 1 personne maximum chez soi (2 visiteurs maximum non simultanés si personne isolée)

    • Les rassemblements sur la voie publique sont limités à 4 personnes maximum

    • La consommation d’alcool sur la voie publique et dans les espaces publics est interdite

    • Le porte-à-porte est interdit

    - aux abords des écoles une heure avant et une heure après les heures d’entrée et de sortie habituelles

    - pour les spectateurs et accompagnants lors d’événements sportifs et participants quand ils ne pratiquent pas leur sport

    - dans les cimetières

    - dans les endroits à forte fréquentation identifiés par les bourgmestres

                                                   Loisirs, sports et évènements

    • Les centres de bien-être, les jacuzzi, cabines de vapeurs et hammams sont fermés

    • Les discothèques et dancings restent fermés

    • Les établissements (ou les parties d’établissements) sportifs sont fermés au public. Néanmoins, les salles de sports et les infrastructures sportives intérieures peuvent rester ouvertes pour : accueillir des groupes scolaires d’enfants jusqu’à l’âge de 12 ans accomplis (50 enfants max.) dans le cadre des activités scolaires et extra-scolaires et accueillir des activités, stages et camps sportifs organisés ou autorisés par les autorités locales

    • Les sportifs amateurs de 13 ans et plus ne peuvent s’entrainer qu’à l’extérieur. Ils peuvent faire usage des parties extérieures des infrastructures sportives (par exemple terrain de foot, de basket,…) et il ne peut y avoir plus de 4 personnes à la fois

    • Les compétitions sportives professionnelles se poursuivent en extérieur et en intérieur à huis clos. Les compétitions sportives non-professionnelles peuvent seulement avoir lieu pour des participants jusqu’à l’âge de 12 ans accomplis. Seul un membre du ménage des participants peut assister à ce type de compétitions

    • Les cafétérias, buvettes, vestiaires sont fermés

    • Les musées et bibliothèques sont ouverts

    • Les piscines sont ouvertes

    • Tous les événements à caractère récréatif ou de type hobby qu’ils soient, entre autres, festifs, culturels ou folkloriques, organisés par les villes et communes ou soumis à autorisation des autorités communales sont interdits

    • Les offices religieux et laïques sont autorisés avec un maximum de 15 personnes et 1 personne par 10m². Sont également concernés par cette disposition dans les bâtiments du culte: les funérailles et les mariages. Les règles du port du masque et de distance physique sont de rigueur

    • Les parcs d’attraction et les parcs zoologiques sont fermés

    • Les teams buildings en présentiel sont interdits

    • Les lieux culturels (salles de spectacles, théâtres) sont fermés, sauf pour les groupes d’enfants jusqu’à 12 ans accomplis dans le cadre d’activités organisées Maisons de repos et de soins et autres structures résidentielles

    • Les visites aux résidents dans les maisons de repos, les maisons de repos et de soins et dans les autres établissements d’hébergement et d’accueil sont autorisées aux conditions suivantes:

                          Maisons de repos et de soins et autres structures résidentielles

    - Les visites au sein de la maison de repos (et de soins) sont limitées à maximum 2 visiteurs par résident (1 par 1), toujours les mêmes pendant 15 jours

    - Les visites sont exclusivement organisées dans un espace dédié de l’établissement

    - Les visites en chambre sont autorisées et obligatoires pour les cas exceptionnels de fin de vie ou en présence d’un syndrome de glissement ou dont le déplacement dans l’espace dédié s’avère difficile;

    - Le port du masque chirurgical est obligatoire pour tout visiteur et tout résident

    - Une hygiène des mains méticuleuse devra être réalisée par les visiteurs et le résident au début de la visite et à son issue.

    - La distanciation physique de 1m50 doit être respectée - L’aération des locaux doit être assurée le plus souvent possible - Les sorties des résidents sont possibles dans le respect de la distanciation et des gestes barrières Loisirs, sports et événements

                                                      Organisation de Funérailles

    • Le transport de tout défunt ne peut être réalisé que par les entreprises de pompes funèbres agréées et à destination d’une chambre mortuaire qu’elles abritent. Tout retour de défunt à domicile est interdit • Les périodes de visites ou de condoléances sont limitées à deux périodes s’étendant sur une plage horaire d’une heure • Un maximum de quinze personnes est autorisé à participer aux funérailles d’un défunt, à partir de sa sortie du funérarium, jusqu’à l’inhumation ou à la crémation • Les réceptions après funérailles ne sont plus autorisées

     

    548E2A38-F8A2-4DDC-B673-DB924668B3B2.jpeg

  • Un nouveau type de magasin à Visé

    lpp4-facade.jpg

    Photo : LPP

    Le 28 novembre, la coopérative "Les petits producteurs " a ouvert un magasin au 34 de la rue Haute à Visé (ancienne boutique Esprit"). une quinzaine de jours après l'ouverture, désirant en savoir un peu plus sur ce type de commerce "solidaire", nous avons rencontré l'administrateur-gérant de la coopérative, Pascal Hennen, qui nous explique en quoi leurs magasins sont différents des autres.

    fullsizeoutput_16cd7.jpeg

    "Tout d'abord, nous n'entrons pas dans le circuit classique, nous voulons inciter les consommateurs à participer à un type de consommation durable.

    Comment ?

    En respectant la terre - nos produits sont à 95% certifiés bio,- en pratiquant le circuit court, et en rémunérant correctement les producteurs. Nous ne recevons aucun subside, nous n'avons pas souscrit de prêts auprès d'une banque ou d'une société, mais nous avons des coopérateurs. En investissant une somme de 250€ minimum, vous êtes "coopérateur"

    fullsizeoutput_16cd2.jpeg

    Pascal Hennen connaît personnellement tous les producteurs qui participent au circuit, sauf ceux des bananes. Il se rend annuellement en Espagne, dans a même exploitation d'oranges bios tenue par deux frères, il se rend aussi en Grèce pour rencontrer son fournisseur d'huile d'olive et de fruits.

    Pourquoi avoir choisi Visé comme lieu d'implantation du quatrième magasin?

    La Basse-Meuse héberge un nombre important de ces petits producteurs de marchandises de qualité, précise-t-il et depuis un certain temps, la ville de Visé ne comptait plus de commerce de fruits, légumes, etc. Nous ne vendons que des produits saisonniers tient-il encore à préciser. Chez nous, vous ne trouverez pas de fraises au Nouvel An!

    La coopérative doit tenir la route, ajoute Philippe Sonnet, un Saint-Rémois responsable du magasin de Visé. Dans un avenir très bref, nous irons nous-mêmes chercher les marchandises chez les producteurs.

    Sont proposés  à la vente :

    - des fruits et légumes frais

    - des produits laitiers, de la viande et du pain

    fullsizeoutput_16cd5.jpeg

    - des aliments en vrac tels pâtes, farines, céréales, café...

    fullsizeoutput_16cd1.jpeg

    - des produits d'épicerie, confiture, vinaigre, thé, sirop, miel...

    fullsizeoutput_16ccc.jpeg

    - de la bière et du vin sélectionnés par nos soins

    - des produits d'entretien...

    fullsizeoutput_16cce.jpeg

    La coopérative occupe et rémunère vingt personnes, pour un total de 15 équivalents temp plein.

    "Nous nous engageons envers les petits producteurs pour qu'ils soient rémunérés dignement : ils fixent leurs prix, nous les soutenons en cas de difficultés agricoles, nous avons imaginé des rémunérations complémentaires (producteur + vendeur en magasin - et nous payons rapidement leurs factures. Afin de rendre leur situation plus sereine, nous planifions avec eux une saison à l'avance les  besoins des magasins.

    Pour revaloriser leur travail, il faut conscientiser les clients sur les réalités du métier, soutenir l'installation de nouveaux producteurs et réfléchir collectivement pour que chaque ferme soit durable sur le plan économique, écologique, personnel et social

    La coopérative garantit un emploi stable en CDI à son équipe ainsi qu'une formation continuée : chaque membre du personnel passe six journées par an à travailler dans les champs afin de devenir les ambassadeurs des producteurs

    Répartition des revenus

    - 70% du montant couvrent les rémunérations des producteurs

    - 14% servent à payer les salaires

    - 6% constituent les bénéfices de la coopérative

    - 3% servent à la logistique (collecte des produits, optimisation des transports

    - 2% servent à payer les impôts qui s'élèvent à 25 % des bénéfices réalisés (à titre de comparaison, le groupe Delhaize était imposé en 2015 à ...0,116% ! )

    - 0% pour les actionnaires - En faisant appel à l'épargne des citoyennes et citoyens, il n'a pas fallu emprunter de l'argent, donc pas d'intérêts à payer aux banques. En cas de bénéfice exceptionnel, il est affecté en priorité aux producteurs, puis par décision collective, verser un dividende plafonné à 2% aux coopérateurs. 

    "Depuis l'ouverture du magasin, le gérant est content de la fréquentation. Cela démarre toujours très fort, précise-t-il, et maintenant la clientèle se fidélise déjà et nous comptons de plus en plus de fréquentation"

    D'autres renseignements peuvent être obtenus sur www.lespetitsproducteurs.be , www.lpp.coop/carotte-des-prix et www.lespetitsproducteurs.be/coop.

    Texte et photos : P. Neufcour

     

  • Des décisions importantes en faveur de la transition durable du territoire de l’Arrondissement de Liège

    8D991770-08BE-425D-908E-75F2254ED6AC.png

    Le Conseil d’administration de Liège Métropole, qui regroupe les 24 Bourgmestres des villes et communes de l’Arrondissement de Liège et les Président et VicePrésidente du Collège provincial, s’est réuni sous la présidence de Willy Demeyer pour sa séance de novembre.

    Après avoir réinstallé Daniel Bacquelaine comme membre de Liège Métropole, le CA a abordé de nombreux dossiers consacrés à un développement durable du territoire métropolitain dans les domaines de la mobilité, de l’alimentation locale et des circuits courts, de l’agriculture et de la préservation des paysages et espaces verts. Ces dossiers sont menés par Liège Métropole dans la droite ligne de la stratégie définie au travers du Schéma de Développement Territorial (SDALg) et du Plan Urbain de Mobilité (PUM) de l’Arrondissement de Liège.

    Le projet de plateforme digitale « Mobility in Liège Métropole » avance Ce projet est lauréat d'un appel de la Région wallonne « Digital Wallonia : Territoire intelligent ». Il s’agit de créer une plateforme digitale de gestion de la mobilité (outil d’aide au choix de mobilité pour le citoyen et outil d’aide à la décision pour les autorités locales) regroupant l'ensemble des informations et données disponibles en matière de mobilité sur notre territoire. L’objectif poursuivi, conformément aux recommandations du PUM, est de favoriser l'usage du mode de déplacement adéquat et d’inciter à la pratique intermodale (càd à inviter les citoyens, en mettant à leur disposition toute l’offre de mobilité existante au sein de l’arrondissement de Liège, à changer de modes de transport en fonction des trajets qu’ils ont à effectuer pour gagner du temps et diminuer la congestion automobile).

    Liège Métropole finance la part non subsidiée du projet, soit 162.500 EUR. Un marché public pour le développement de l’outil informatique a été lancé dernièrement par la SPI, en charge administrativement du projet pour le compte de Liège Métropole, et 5 offres ont été reçues. Elles sont en cours d’analyse. Les élus ont été heureux de constater l’intérêt porté à ce projet par les prestataires du secteur. Ce projet sera opérationnel fin 2021. 10 projets dans 15 villes et communes seront financés pour favoriser la mobilité douce et la multimodalité En matière de promotion de la mobilité douce et de l’intermodalité, il a été décidé dans le cadre de l’appel à projets supracommunaux 2020 de l’asbl Liège Europe Métropole (LEM) de demander le soutien de LEM pour 5 projets et de soutenir 5 autres sur fonds propres.

    Ainsi, il a donc été convenu d’aider à la réalisation de 10 projets, portés par 15 villes et communes, en faveur d’une mobilité plus durable au service des citoyens et ce pour un budget total de 710.000 EUR. Ces projets s’inscrivent dans la volonté de créer un maillage fin de cheminements favorisant la pratique de la marche à pied et du vélo et incitant durablement aux changements de mode de transport La liste des projets retenus est jointe en annexe. Liège Métropole s’associe avec la Ceinture Aliment Terre Liègeoise et l’ULiège pour créér un Conseil de politique alimentaire En matière d’alimentation locale et de circuits courts, Liège Métropole a accepté la proposition de la Ceinture Aliment Terre Liégeoise (CATL) d’être son partenaire, aux côtés de l’ULiège, pour le projet de création d’un Conseil de Politique Alimentaire (CPA) à l’échelle de l’Arrondissement de Liège.

    Ce projet est déposé dans le cadre de l’appel à projets wallon "Soutenir la relocalisation de l'alimentation en Wallonie". Il vise à soutenir une dizaine de dynamiques territoriales contribuant de manière durable à la relocalisation du système alimentaire wallon. Les élus sont convaincus que cet outil de gouvernance innovant permettra de contribuer à mettre en œuvre l'ambition forte de Liège Métropole en matière de politique territoriale alimentaire, qui avait été définie au sein du SDALg. Liège Métropole lance une étude « participative et de terrain » pour définir l’avenir du site du Ry Ponet, en associant tous les acteurs concernés Le Conseil d’administration a aussi abordé la question de l’avenir du site dit du « RyPonet ».

    Pour rappel, ce site de plus 400 ha est composé principalement de zones agricoles et de zones boisées. Il est traversé du nord au sud par le ruisseau du RyPonet, nom utilisé par les riverains pour qualifier l’ensemble du site. Il est situé à l’est de l’agglomération, sur quatre communes (Beyne-Heusay, Chaudfontaine, Fléron et Liège). Cette zone supracommunale est située au cœur de zones urbaines, ce qui lui confère une valeur de poumon vert à proximité de zones densément habitées. Suite à la « mise en lumière » de ce vaste espace paysager, qui a fait l’objet de mobilisations citoyennes, les Conseils communaux des quatre communes ainsi que Liège Métropole ont pris position pour reconnaître la valeur du site. Pour donner suite à ces prises de position, Liège Métropole a décidé de faire réaliser une étude qui poursuivra les objectifs suivants :

     Approfondir les connaissances des caractéristiques intrinsèques du site ;

     Proposer un schéma d’intentions qui mise sur la préservation des valeurs du site, donne une identité et précise les usages des lieux ;

     Définir un plan d’actions à mettre en œuvre à court terme (3 et 5 ans), moyen terme (10-15 ans) et à long terme (30 ans soit « horizon 2050 »).

    Cette démarche doit permettre aux communes concernées de définir une vision partagée pour ce site et d'avoir un document de référence. Cette étude partira du terrain, intègrera les réflexions déjà exprimées au sujet de l’avenir du site et associera toutes les forces vives à sa conception.

    Contact : Willy Demeyer et chacun des Bourgmestres pour les projets qui les concernent individuellement. 

  • Relais pour la Vie : tous les évènements prévus reportés en 2021

    55FB8DEE-4EBA-4C4C-A191-B132B757B97D.jpeg

    En 2021, La Fondation contre le Cancer prévoit d’organiser tous ses Relais pour la Vie pendant l’été, entre le 12 juin et le 5 septembre.

    Face à la pandémie de Covid-19, la Fondation contre le Cancer avait dû prendre la décision difficile mais réfléchie d'annuler tous les événements des Relais pour la Vie qui devaient se tenir du printemps à l’automne en 2020, et de les déplacer en 2021. Étant donné l'incertitude toujours présente quant à la possibilité de les organiser dans leur forme habituelle en 2021, la Fondation contre le Cancer va maintenant plus loin et les événements des Relais pour la Vie seront exceptionnellement concentrés sur une période donnée, à savoir l'été 2021.

    Cette période offre probablement le plus de chances de faisabilité ! Il faudra un certain temps avant que la vie "normale" puisse reprendre et que de grands événements puissent avoir lieu. En outre, on ne sait pas quelles mesures de précaution seront prises à l’avenir et quel impact elles auront sur les événements. Il est probable que ces mesures seront progressives, ce qui aura bien sûr aussi un effet sur les préparatifs des nombreux événements du printemps, y compris les Relais pour la Vie. L'été sera la période idéale La Fondation contre le Cancer a donc jugé prudent de déplacer tous les événements des Relais pour la Vie aux mois d'été.

    La décision a été difficile à prendre, mais l'incertitude, le stress et les risques éventuels liés à l’organisation ont pesé lourdement dans ce choix. La santé des organisateurs, des bénévoles et des "Battants" passe avant tout. Ces derniers, surtout pendant la phase de traitement, font partie des personnes qui courent un risque plus élevé de complications en cas d'infection au Covid-19. Ils ne doivent pas prendre le moindre risque ! "Nous voulons protéger les bénévoles et les Battants contre le virus et réduire tous les risques. Et puis l'été est le meilleur moment pour organiser ces événements. Le temps est beau, tout le monde peut maintenir la distanciation physique et les événements peuvent se dérouler en plein air sans aucun problème. Le Relais pour la Vie doit rester une célébration de l'espoir et de la victoire » a commenté Benoît Koerperich, directeur général de la Fondation contre le Cancer.

    La Fondation contre le Cancer remercie les comités organisateurs pour leur flexibilité La Fondation contre le Cancer comprend que cette décision exige une certaine flexibilité de la part de tous les bénévoles et organisateurs. Il faudra un certain temps avant que chaque comité puisse fixer une nouvelle date et/ou un nouveau lieu pour chaque ville ou commune accueillant un Relais pour la Vie. La Fondation contre le Cancer remercie tous ceux qui sont engagés pour l’organisation de ces événements, et leur demande de la compréhension face à cette décision. Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour faire de cet été un succès. Elle apportera le soutien nécessaire aux comités, qui sont déjà au travail pour analyser quand et sous quelle forme ils pourront organiser leurs Relais pour la Vie de l'été 2021.

    www.relaispourlavie.be

  • Voici toutes les nouvelles mesures annoncées par le Comité de concertation

    2CA85840-7286-440E-97FB-BF33998E2FEE.jpeg

    Le Comité de concertation s’est réuni ce vendredi 27 novembre pour réévaluer les mesures de confinement qui sont en place depuis plusieurs semaines pour lutter contre la propagation du coronavirus en Belgique.

    Le moins que l’on puisse dire, c’est que nos responsables politiques se sont montrés prudents, alors que de nombreuses personnes espéraient un allégement des mesures. Si certains secteurs auront prochainement plus de libertés, plusieurs d’entre eux devront attendre de longues semaines avant d’entrevoir la fin du tunnel. « Il faut continuer à se protéger, surtout à l’approche de l’hiver », à d’ailleurs lâché le Premier ministre.

    Pour le ministre de la Santé, on sortira de l’oeil du cyclone si on arrive à maximum 800 nouveaux cas par jour et maximum 75 hospitalisations par jour et les autres indicateurs devront être favorables. À ce moment-là, on pourra imaginer un assouplissement.

    Voici, en résumé, les principales décisions qui ont donc été prises et les dates clés à retenir.

    Magasins (1er décembre)

    Comme attendu, les commerces dits « non-essentiels » pourront rouvrir dès la semaine prochaine, et plus précisément le 1er décembre « de façon responsable ». Mais sous strictes conditions. « Il n’y aura pas de fun shopping », a précisé Alexander De Croo. Il faudra faire ses courses seul (sauf si on accompagne une personne à mobilité réduite), durant un court laps de temps et il pourra y avoir maximum un client par 10 mètres carrés.

    L’accès aux rues commerçantes et aux centres commerciaux doit être géré par les autorités communales.

    Métiers de contacts

    Les métiers de contacts (coiffeurs, esthéticiennes, salon de massage et tatouages…) restent fermés.

    Musées et piscines

    Les musées et les piscines peuvent rouvrir dès la semaine prochaine (mais pas les centres aquatiques)

    Culture et sport

    Les secteurs culturels et sportifs (sauf les piscines et musées) restent à l’arrêt. Sur base des protocles, ces secteurs pourront être relancés si le contexte le permet. Ils doivent donc se préparer. Mais aucune date n’est évoquée.

    Noël (24 et 25 décembre)

    Le Comité de concertation a fait une exception pour le réveillon de Noël (le 24 au soir et le 25). Les personnes isolées pourront inviter leurs deux contacts rapprochés ensemble, ce qui n’est pas permis en temps normal. Rien ne change pour les familles qui ne peuvent recevoir qu’une seule personne. « Si aujourd’hui vous êtes déçus, je vous comprends. J’aurais aussi voulu fêter Noël avec ma famille, mais cette année, ce ne sera pas possible », a expliqué Alexander De Croo. « Il ne faut pas gâcher en quatre jours ce que nous avons fait ces dernières semaines ».

    Pour les rassemblements extérieurs, la règle de quatre reste d’application. Le couvre-feu fédéral entre minuit et 5h reste d’application. « Le couvre-feu du coté wallon est de 22h à 6h et il le restera », a précisé Elio Di Rupo. « La décision actuelle vaut jusqu'à la mi-décembre. Il faudra réévaluer la situation. Si nous décidons de maintenir le couvre-feu à 22h, je pense qu'on peut, le 24 et le 25, faire un couvre-feu de minuit à 5h mais je dois encore en parler au sein de mon gouvernement ».

    Il reste, quoi qu’il arrive, interdit de se rassembler. La vente et l’utilisation de feu d’artifice sont interdits.

    Horeca (15 janvier)

    À l’heure actuelle, le secteur de l’horeca reste fermé jusqu’au 15 janvier. Une évaluation aura lieu au début de l’année.

    Contrôles aux frontières et voyages à l’étranger

    Par ailleurs, Alexander De Croo a rappelé qu’il déconseillait fortement les vacances aux skis. Il y aura des contrôles aux frontières ! Pour vérifier si les personnes qui reviennent de l’étranger ont bien rempli leur formulaire et si elles respectent les mesures de quarantaine et d’isolement.

    Selon le Premier ministre, le vrai déconfinement n’aura lieu qu’à la moitié du mois de janvier.

    (Source Sudpresse)