Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Environnement - Page 4

  • Une solution pour vos encombrants

    La Ressourcerie du Pays de Liège

    La Ressourcerie du Pays de Liège est une société coopérative spécialisée dans la collecte, le tri, le recyclage et la réutilisation des encombrants.  La Ressourcerie offre une solution pour se débarrasser des encombrants d’une manière la plus respectueuse qui soit de l’environnement.

    En outre, le Ressourcerie vise la création d’emplois durables pour des personnes en difficulté sur le marché du travail en vue de favoriser leur insertion socioprofessionnelle. Elle emploie actuellement 70 personnes.

    La Ville de Visé est membre coopérateur de la Ressourcerie depuis sa création et fait appel à ses services depuis 2020 pour la collecte et le recyclage des déchets encombrants des ménages.

    En 2021, ce sont 306,7 tonnes d’encombrants pour 2.015 enlèvements qui ont été collectées sur le territoire de Visé par la Ressourcerie.

    Une fois repris, vos objets sont triés et démantelés dans le but de leur donner une nouvelle vie : soit ils sont remis en état pour être vendus en seconde main, soit ils sont recyclés (bois, métaux, déchets d’équipements électriques ou électroniques, verre plat, plastiques durs, PVC, …) ou valorisés en énergie électrique.

    Il est possible d’acquérir des électroménagers et des matériaux de seconde main issus de la Ressourcerie dans le RSHOP Country et la MATERIOTEK de Grâce-Hollogne ; des électros et du mobilier dans le RSHOP City de Liège.

    Petit rappel des règles de collectes

    La collecte est gratuite !

    • Appeler le 04/220.20.00.
    • Prendre rendez-vous avec l’équipe de collecte.
    • Donner une estimation la plus précise possible du volume à enlever (en m3).
    • Placer les encombrants au rez-de-chaussée de l’immeuble (si possible pas sur le trottoir) le jour convenu.

    Regrouper les pièces multiples (lier les planches, placer les petits objets dans des caisses en cartons).

    Quels encombrants peut-on confier à la Ressourcerie ?

    En bon ou en mauvais état :

    • les meubles, les objets de décoration, la vaisselle, les tissus d’ameublement ;
    • les livres, les jouets, les vélos et autres objets de loisirs ;
    • les électroménagers, appareils électriques et électroniques (friteuses vidées de leurs huiles) ;
    • le matériel de chauffage ou articles métalliques (ex. : tondeuses) vidés de leurs carburants et huiles de moteur ;
    • les sanitaires ;
    • les PVC de construction, la frigolite, les outils, les portes, les bois, les métaux, les plastiques, les marbres sont également repris.

    En confiant vos encombrants à la Ressourcerie, vous leur offrez la chance d’une seconde vie ou d’un recyclage optimal dans le strict respect de l’environnement et vous soutenez l’emploi dans cette filière. 

  • Chantier collectif chez "Les pousses poussent"

     
    Durée : 7 h
     
    Public Tout le monde (avec ou sans compte Facebook)
    Viens mettre les mains dans la terre !
    Dans le cadre du festival Nourrir Liège et en lien avec les Brigades d'Action Paysannes, les super maraicher.ère.s des Pousses Poussent, invitent les étudiant.e.s à les aider dans leur champ de légumes, là-haut sur la montagne Sainte Walburge de Liège. Ils entament leur troisième saison de culture ; au programme : plantations, paillage, semis, etc. Venez avec votre pique-nique, qui sera accompagné de la soupe chaude dont David a le secret !
    Accès depuis la gare de Liège en 25 minutes via le bus 71 direction Milmort, ou bien en 40 minutes à pied.
  • Visé : 24 recours déposés contre la centrale biomasse

    597F6151-E0C0-461D-9E4A-5CBD01A2BA50.jpeg

    Photo Bureau Greisch
    Le collège communal de Visé a accordé en janvier dernier le permis pour la construction et l’exploitation d’une centrale biomasse sur le site de l’usine CBR à Lixhe. La Région wallonne a aussi donné son feu vert tout comme le fonctionnaire délégué.
    Pour rappel, la société Bee Green Wallonia souhaite construire une usine de 10 MW (la moitié du projet initial qui était de 20 MW) qui va produire de l’électricité et de la chaleur en incinérant 85.000 tonnes de déchets de bois non dangereux et en fin de vie, c’est-à-dire qui ne peuvent plus être recyclés. Ces déchets de bois seront récoltés dans les parcs à conteneurs ou dans les chantiers de démolition par exemple.
     
    Lire l'article complet dans "La Meuse" d'aujourdhui
     
     
     
  • Fairebel poursuit sa lancée écologique avec un nouvel emballage

    C44664C3-E1DB-46CF-A050-CF93399BEBD0.jpeg

    Photo : Fairebel

    La coopérative belge, qui se veut équitable, écolo et locale, a décidé, depuis ce 19 octobre, de faire peau neuve avec un nouvel emballage plus respectueux de la planète.En partenariat avec Tetra Pak et LuxLait, Fairebel Le Lait Equitable propose un nouveau packaging composé à 87 % de matières premières végétales, notamment à base de canne à sucre. 100 % recyclable, la brique de lait et le bouchon tout neuf permettent à la coopérative d’économiser plus de 180.000 kg de plastiques fossiles par an. Une diminution de 36 % des émissions de CO2 est également effectuée.

    Un nouveau slogan et une philosophie intacte

    « Embrasser le monde autrement », le nouveau slogan représente bien tout ce qu’Erwin Schöpges, le président et fondateur de la Faircoop, à toujours proné. « Nous connaissons nos responsabilités et nous sommes prêts. Nous sommes une réponse, nous sommes une équipe, une communauté, capable d’y arriver. » Une initiative saluée lors du lancement par Dominique Michel, le président de Comeos, fédération du secteur du commerce et des services, mais aussi par David Clarinval, ministre fédéral de l’agriculture.

    184DE5C4-7EDD-48A4-953A-3B790E68022B.jpeg

    Pour y arriver, la coopérative a également totalement revu le sur-emballage de ses produits. Fini le plastique à usage unique, remplacé par du carton. « Nous voulons vendre une philosophie », poursuit Fairebel. La coopérative se veut une alternative aux grandes chaînes de distribution. Née en 2009, elle répondait aux producteurs belges qui cherchaient une solution à la grave crise du lait qui les avait poussés à déverser un million de litres de lait dans un champ, près de Ciney. « Une bonne rémunération des agriculteurs a un impact sur la qualité du produit, sur la production et, au final, sur le prix que les consommateurs paient au magasin », estime Erwin Schöpges.

    Les Belges prêts à aller plus loin

    Huit Belges sur dix pensent que des emballages éco-responsables vont contribuer à lutter contre le réchauffement climatique. « 86 % pense que ce genre d’emballage deviendra la norme », explique Chakib Kara, directeur de Tetra Pak France et Benelux. « Dans la brique alimentaire, nous sommes déjà à 90 % de carton, avec une très faible dose de plastique et d’aluminium. Dans quelques années, nous voudrions arriver à une brique alimentaire qui soit à 100 % en carton. » L’échéance est placée en 2030, Fairebel et son partenaire Tetra Pak souhaitent alors être neutre en CO2 également.

    Avec plus de 12 millions de litres de lait vendus en Belgique en 2020, l’organisation est un poids lourd de l’industrie agro-alimentaire. Grâce aux avis de quelque 1.500 consommateurs, membres actifs de la coopérative, Fairebel Le Lait Equitable répond aussi bien aux demandes des professionnels que des acheteurs.

    (Communiqué)

  • Dégaze/Tegengas saisit le Conseil d'État contre la centrale à gaz aux Awirs

    7029B237-0456-46F0-9516-E1DD7434D9FC.jpeg

             Photo d'illustration D.R.

     

    -Flémalle, 7 janvier 2021-

    Le mouvement citoyen Dégaze/Tegengas a déposé aujourd'hui un recours auprès du Conseil d'État pour annuler le permis unique pour une centrale électrique à gaz fossile aux Awirs (Flémalle). Avec cette procédure d'appel, ajouté à celui de la centrale de Vilvorde deux projets importants d'Engie-Electrabel sont désormais remis en question. En novembre, Engie a encore remporté près d'un milliard d'Euros de subventions fédérales pour ses deux centrales à gaz fossile.

    Avec les riverains, Dégaze fait appel contre l'impact négatif sur le climat et la pollution environnementale locale, comme l'émission d'oxydes d'azote (NOx) et d'ammoniac, de la centrale prévue aux Awirs (Flémalle). En novembre 2021, des riverains ont déjà engagé une procédure similaire contre le projet Luminus de construire une telle centrale au Val Saint-Lambert (Seraing) voisin. "Il existe plus qu'assez de sources d'énergie propres pour produire de l'électricité. Les habitants de la vallée de la Meuse liégeoise refusent de revenir à la pollution atmosphérique de l'époque de l'acier et du charbon", a déclaré Léo Tubbax, un Sérésien."Les ravages climatiques de l'été dernier se réparent encore dans la province de Liège, et pourtant nos gouvernements facilitent la construction de nouvelles centrales électriques à combustibles fossiles dans la région. Notre maison brûle et nos gouvernements versent de l'essence sur le feu. En tant que citoyens, nous prenons maintenant les choses en main en mettant des bâtons juridiques dans les roues de ces décisions gouvernementales irresponsables", déclare Gert-Jan Vanaken, porte-parole de Dégaze/Tegengas.

    Toutefois, comme Dégaze l'a déjà souligné, leur opposition aux centrales au gaz n'implique en aucun cas qu'ils soient favorables à la prolongation de l'exploitation de deux réacteurs nucléaires. "La centrale nucléaire de Tihange n'est qu'à un jet de pierre de Flémalle et Seraing. À l'époque du charbon et du nucléaire, notre région supportait déjà les risques d'une production électrique dangereuse et nuisible. Il est urgent de mettre fin à cette situation. Depuis l'adoption de la loi sur la sortie du nucléaire de 2003, Engie-Electrabel et nos autorités auraient dû s'engager pleinement dans le déploiement des énergies renouvelables", ajoute M. Tubbax.

    Avec cette nouvelle démarche juridique de Dégaze, tous les permis des grandes centrales à gaz prévues en Belgique sont actuellement mis en difficulté. Pour les centrales prévues à Manage et à Seraing, les riverains avaient déjà déposé un recours auprès du Conseil d'État. En décembre, Dégaze/Tegengas a introduit un recours auprès du Conseil flamand des litiges relatifs aux permis contre le permis accordé à Luminus pour l'extension de la centrale électrique à Wondelgem (Gand). Les permis pour les centrales de Dilsen-Stokkem, Tessenderlo et Vilvorde ont été refusés. (Communiqué)