Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Environnement - Page 3

  • Balade aux étangs de la Julienne

    F12DE861-B0D4-4218-8080-C42B9E43B3E2.jpeg

    © Vise.be

    Balade aux étangs de la Julienne

    Dans le cadre du Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN), l’asbl Education Environnement organise à la demande du Service Environnement de la Ville de Visé, une balade familiale aux étangs de la Julienne le mercredi 20 avril 2022 à 14h.

    Le lieu de rendez-vous est fixé au parking des étangs de la Julienne.

    Cette balade gratuite durera environ 3 heures et sera agrémentée de petites animations sur la nature au printemps.

    L’inscription préalable auprès du Service Environnement est obligatoire, le nombre de participants étant limité, nous vous conseillons de réserver rapidement par téléphone : 04 374 84 93 – Les jours ouvrables de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 16h00.

     

    Le Service Environnement

  • Plusieurs oies du quai du Halage à Visé sont décédées de la grippe aviaire

     

    0E1870E6-4C4B-473F-8225-75A962A054E2.jpeg

    Photo © P. Nufcour

    La semaine dernière, un riverain a découvert des oies mortes sur le quai du Halage à Visé. Il a prévenu les autorités communales qui ont directement prévenu le DNF (Département Nature et Forêt).

    « Le DNF est venu chercher les oies mortes dont une bernache mais aussi un canard colvert découvert mort dans un talus. Les animaux ont été emportés et examinés. Nous avons reçu les résultats du DNF ce mercredi en fin d’après-midi. Les résultats confirment que les animaux étaient atteints de grippe aviaire », précise la bourgmestre de Visé, Viviane Dessart.

    « Nous avons directement prévenu la Province et nous allons prévenir les communes voisines », ajoute-t-elle.

    Réaction officielle

    Un communiqué officiel a été directement publié sur le site internet de la Ville de Visé. « Des cas de grippe aviaire ont été détectés sur notre territoire. Il est formellement interdit de s’approcher et de nourrir les canards, oies ou autres animaux vivants. En cas de découverte d’espèces mortes, chaque citoyen est prié de contacter le service Environnement au 04/3748481. Le virus est transmissible aux chiens. Il est primordial de les tenir en laisse et de ne pas les laisser s’approcher des volatiles. Par précaution, nous conseillons aux particuliers de confiner et de protéger leurs volatiles et/ou leurs volailles pour éviter tout contact avec des oiseaux sauvages. L’AFSCA souligne qu’il n’y a aucun risque en ce qui concerne la consommation de viande de volaille et d’oeufs. Vous pouvez donc continuer à utiliser les oeufs de vos animaux sans aucun problème ! », indique le communiqué.

    « Nous en saurons plus ce jeudi sur d’éventuelles mesures de précaution à prendre, voire des recommandations. Nous communiquerons au grand public toute autre information dès que nous en recevrons du DNF et/ou de l’AFSCA », précise encore Viviane Dessart. En attendant, la prudence reste de mise.

  • Knauf inaugure sa première unité de recyclage de laine de verre à Visé

     

    L’entreprise Knauf Isolation, située rue de Maestricht à Visé, vient d’inaugurer sa première unité de recyclage de laine de verre. Dans une stratégie de développement durable « For a Better World », elle a investi 15 millions d’euros pour devenir une usine pilote. Elle sera pionnière en la matière puisque recycler la laine de verre est une première en Belgique.

    Une inauguration qui s’est déroulée en présence d’Olivier de Wasseige, directeur général du réseau d’entreprises wallon (UWE) en Belgique, qui a décrit cette installation comme une étape importante vers l’établissement d’une véritable économie circulaire dans le secteur de la construction, responsable de 35 % des déchets en Europe.

     

    L’unité a été inaugurée.
    L’unité a été inaugurée. - VISUALIZE BV

    Environ 85.000 tonnes de déchets de laine minérale de verre sont produites chaque année en France provenant de déconstruction et de chutes sur chantier selon une enquête TBC datant de juillet 2020, tandis qu’en Belgique et aux Pays-Bas, ce chiffre est d’environ 30.000 tonnes, dont 26.000 tonnes proviennent de la démolition. 99,5% des déchets de laine de verre se retrouvent actuellement en décharge, par manque d’alternative.

    Déchets réinjectés dans la production

    Cette activité de recyclage, déjà en place à petite échelle sur le site de Visé pour recycler les chutes de production, est désormais industrialisée à grande échelle. Grâce à un nouveau processus de récupération et de recyclage de la laine minérale de verre, avec sa ligne de production et son four dédiés, la matière est réintégrée dans le circuit et valorisée dans le cadre du nouveau service de Knauf Isolation, appelé Resulation qui, comme son nom l’indique, célèbre une nouvelle approche pionnière du recyclage dans l’industrie de l’isolation. Pratiquement, la laine de verre est envoyée vers le four de fusion qui permet de fondre la matière et d’obtenir les billes de verre qui seront réintégrées dans la chaîne de production de la laine de verre.

    Cette usine visétoise de recyclage permet la création d’une dizaine d’emplois.

    Plus de déchets en décharge d’ici 2025

    Cette usine de recyclage permet aussi de répondre à la nouvelle règlementation RE2020 qui entre en vigueur cette année et qui vise notamment à diminuer l’impact carbone des bâtiments. En effet, la capacité de recyclage sera reprise dans les FDES (Fiches de Données Environnementales et Sanitaires) dans la partie «<UN>fin de vie du produit<UN>». Une nouvelle filière à responsabilité élargie des producteurs (REP) pour les produits et matériaux de construction du secteur du bâtiment prendra effet à partir du 1er janvier 2023.

    «<UN>Cette nouvelle installation à Visé est une étape importante vers la réalisation de l’engagement de Knauf Isolation de ne générer aucun déchet en décharge d’ici 2025. Dans le cadre d’une économie circulaire, Knauf offre également aux clients une alternative concrète, efficace et unique à la mise en décharge ou à l’incinération. C’est bon pour les affaires, bon pour nos clients et bon pour la planète<UN>», indique Dominique Bossan, responsable de Knauf Isolation Europe/Moyen-Orient/Asie.

     

  • Désaccord du panel citoyens face à l’extension de la carrière du Romont de CBR Lixhe

     

    À la demande des communes de Bassenge, Riemst et Visé, les Cimenteries de CBR ont pris l’initiative de constituer un panel de citoyens pour le projet d’extension de la carrière du Romont sur 107 hectares.

    CBR a confié à l’agence externe PEPS Communication le soin de réunir ce panel et d’organiser les différentes réunions depuis juillet dernier. Le rapport final de ces réunions a été présenté le 21 mars dernier au panel, à CBR, aux autorités des communes concernées et aux ministres wallons compétents. Ce rapport fournit des recommandations quant à de nouvelles recherches dans le cadre de l’étude d’impact environnemental ainsi que des égards à prendre en compte en vue de la prise de décision.

    Bien vivre en vallée du Geer

    « Un signal politique important est le désaccord d’une grande partie du panel vis-à-vis de ce projet d’extension de la carrière de Romont par CBR, inspiré par un manque de confiance dans une issue favorable pour des raisons d’expérience passée, indique l’ASBL « Bien vivre en Vallée du Geer », membre du panel citoyens. On craint notamment que l’avenir de notre région ne soit subordonné aux intérêts de CBR et que la région frontalière ne devienne ainsi le ‘bord effiloché’ de la Wallonie.

    Cependant, si inopinément, l’autorisation d’une extension ultérieure de sa carrière devait se voir accordée, cela ne serait acceptable que sous des conditions strictes et des garanties fermes, imposées préalablement. »

     

    La zone d’extraction de la carrière.
    La zone d’extraction de la carrière. - M.G.

     

    Des garanties réclamées

    Une ASBL qui réclame comme garanties :

    – le principe de précaution face aux risques de la santé publique dus aux poussières fines et à la gestion d’eau (risques pour la nappe phréatique) ;

    – des dédommagements (un fonds d’indemnisation) pour compenser les dégâts et la dépréciation des maisons ;

    – une situation finale transparente de la carrière non sans garanties financières ;

    – les exigences environnementales les plus strictes (CO2, azote et particules fines) pour la cimenterie de Lixhe.

    L’ASBL recommande que CBR fasse preuve d’un engagement clair et ferme sur la situation finale du projet, incluant une maquette 3D démontrant comment CBR réintégrera la carrière avec les villages de façon harmonieuse et rationnelle, comme établi dans l’annexe du protocole d’accord. L’agriculture doit rester la fonction principale de la zone après l’exploitation de la carrière.

    « Ces garanties et conditions devront être élaborées et précisées dans le processus de suivi, dans lequel le panel citoyen est prêt à agir comme comité consultatif. Le panel citoyen souhaite également être étroitement associé à l’élaboration de l’étude d’impact environnemental », conclut l’ASBL « Bien vivre en Vallée du Geer ».

  • Engie et Sylva Nova ont planté 3.500 arbres dans le bois de la Julienne à Argenteau

     

    Pierre Hermans, fondateur de Sylva Nova, devant la parcelle où les arbres ont été replantés.
    Pierre Hermans, fondateur de Sylva Nova, devant la parcelle où les arbres ont été replantés. - M.G.
     

    Situé à 15 km de Liège et à 15 km de Maastricht, le bois de la Julienne à Argenteau est ouvert au public et longé par un chemin de promenade très fréquenté. Des promeneurs qui ont découvert, depuis peu, un panneau de présentation de la reforestation d’une parcelle, propriété de Sylva Nova, bureau international de gestion forestière créé en 1994 et basé à Liège.

    « Il s’agit ici d’une restauration de forêt existante sur une surface de 1,2 ha. Nous avons connu deux problèmes : la crise sanitaire du scolyte (NDLR : un petit insecte qui pond ses œufs sous l’écorce des arbres) qui a frappé les épicéas et la chalarose du frêne (NDLR : une maladie causée par un champignon microscopique). On est ici sur du feuillu. Il n’y a pas de résineux. Le travail de plantation a été réalisé avec des essences diverses, résilientes au changement climatique qui permettent de pérenniser les buts poursuivis à savoir l’amélioration de la biodiversité, l’accroissement de la surface boisée et la capture du CO2 », détaille Pierre Hermans, fondateur de Sylva Nova et domicilié à côté du site.

     

    La parcelle du bois de la Julienne où les arbres ont été replantés.
    La parcelle du bois de la Julienne où les arbres ont été replantés. - M.G.

    « Nous avons planté finalement 3.500 arbres et deux lignes de haie avec des essences bocagères mixtes sur une distance d’environ 600 mètres avec une nouvelle clôture. Et, qui plus est, cette parcelle est certifiée FSC, une certification internationale rare en Wallonie. Il y a également une protection individuelle de ces plants face aux chevreuils », ajoute Pierre Hermans.

    Défi sportif

    Dès mars 2020, suite à la pandémie et au confinement, nous avons lancé un challenge sportif pour recréer des liens entre nos 2.400 collaborateurs « Engie Summer Challenge ». Il consistait à parcourir un million de km à pied, en courant, à la nage ou à vélo. Ce défi a remporté un franc succès avec 1.024.000 km parcourus. Nous avons doublé la mise en 2021 avec un défi de deux millions de km à parcourir. Un défi relevé, avec brio, pour plus de 2.133.036 km parcourus. Nous nous sommes dès lors engagés, comme nous l’avions promis si le défi était réalisé, à planter 4.000 arbres ou plants de haie en Belgique : 1.300 dans la vallée du Beverbeek (Ninove) et 2.700 au bois de la Julienne à Argenteau. Nous avons fait appel à Sylva Nova en Wallonie qui s’est engagé à entretenir la parcelle et à maintenir le boisement pendant 30 ans », explique Olivier Desclée pour Engie. « Et pour l’été prochain, on réfléchit à un nouveau challenge », ajoute-t-il.

     

    Les échevins visétois Xavier Malmendier (à gauche) et Francis Theunissen.
    Les échevins visétois Xavier Malmendier (à gauche) et Francis Theunissen. - M.G.

    « Nous sommes fiers d’avoir deux pôles environnementaux comme la Montagne Saint-Pierre et la vallée de la Julienne. Nous sensibilisons beaucoup les enfants sur ces deux sites », insiste l’échevin visétois en charge des plantations, Francis Theunissen.

    « C’est un discours positif et constructif qui apporte une solution », se félicite l’échevin de l’Environnement, Xavier Malmendier.