Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commerces

  • La société wallonne EUROFIT est le premier exportateur belge de produits agro-alimentaires dans les Emirats

    6F2AD8DD-50EC-433F-86BC-C29C2AA6554B.jpeg

    La société wallonne EUROFIT est le premier exportateur belge de produits agro-alimentaires dans les Emirats

    Elle développe aussi un nouveau lait chocolaté avec la société GALLER.

    La société liégeoise EUROFIT est spécialisée dans la production et la commercialisation des produits laitiers depuis près de 20 ans ; elle travaille avec la plupart des grandes enseignes belges, allemandes et françaises.  « Depuis quelques années, nous avons diversifié nos opérations et nous nous sommes attaqués à la grande exportation en nous développant en Chine et au Moyen-Orient » explique Julien Blaise, administrateur de la société. C’est dans ce cadre que EUROFIT vient de participer à la mission économique à Dubaï lors de la  récente semaine  Wallonie-Bruxelles.  « Une mission, emmenée par les ministres-présidents JEHOLET et DI RUPO, qui s’est conclue très positivement puisque nous y avons signé un contrat important avec la société Al Rawabi, reprend Julien Baise. Le contrat porte sur la livraison de 4,2 millions de litres de lait UHT aux Emirats Arabes Unis ». EUROFIT devient ainsi, avec ce marché,  le plus gros exportateur belge de produits agro-alimentaires dans les Emirats.

    C’est un contrat renouvelable  qui appelle aussi de nouveaux développements. « Nous avons en effet présenté, en première mondiale à Dubai, un lait chocolaté développé avec le chocolatier Galler et livré dans un emballage novateur et totalement recyclable. L’accueil du nouveau produit a été très prometteur ».

     

    Contacts : Julien BLAISE 04/230.57.50

  • Cora retire du reblochon de ses rayons

    Les produits concernés portent les numéros de lot 311921, 311929, 311935 et 312016. Ils ont été vendus dans les supermarchés Cora de La Louvière, Châtelineau, Hornu, Rocourt, Messancy, Woluwé-Saint-Lambert et Anderlecht. Le produit a entre-temps été retiré des rayons de l’entièreté des magasins de la chaîne.

    Les clients ayant acheté ce produit sont priés de ne pas le consommer et de le retourner au point de vente, où il leur sera remboursé.

    Toute personne souhaitant obtenir des informations supplémentaires peut contacter Cora au 071.69.95.24 ou via l’adresse mail alertes-retraits@cora.be.

    (Communiqué)

  • « Éléphampagne » ou quand l’art magnifie un champagne d’exception

    CD8F9371-FA5F-429F-97D2-C6D777C387D1.jpeg

    Fidèle à sa volonté de mettre en lumière l’artisanat de haute qualité et le savoir-faire d’exception, c’est tout naturellement que la marque Principauté de Liège a voulu sublimer l’une de ses Cuvées champagne Grand Cru en collaborant avec l’artiste liégeois de renommée internationale Anis Dargaa.

    Cet artiste peintre et sculpteur surréaliste expose dans le monde entier (Paris, New York, Londres, Munich, Gstaad,…) et a reçu de nombreux prix dont le Prix du Meilleur Artiste International décerné par l’Unesco.

    Sa création iconique, Éléphantasme, se décline en peintures, sculptures ou encore bijoux. Ici, Anis Dargaa réinterprète son œuvre sous forme de bas-relief pour orner le magnum de champagne Brut Grand Cru Cuvée Principauté de Liège. L’habillage du flacon a quant à lui été entièrement recréé, de même que son écrin luxueux signé par l’artiste et estampillé de la pomme de pin de Principauté de Liège.

    Cette édition « Éléphampagne » est limitée à 250 exemplaires, chaque bouteille est donc numérotée. A l’approche des Fêtes de fin d’année, nul doute qu’ « Éléphampagne » sera un présent remarquable, une ode visuelle et artistique à un champagne Grand Cru d’exception.

    Plus d’infos sur www.principautedeliege.com

    Personne de contact : Philippe Jacquemin – 0471 85 18 35

  • Attention si vous avez fait vos courses chez Carrefour, Delhaize et Intermarché

    D3362C09-A18C-48A5-85E8-0CBFC4ED2606.jpeg

    La société Bvba Geal retire de la vente les produits Crêpes de Bruges, Crêpes dessert de Bruges, Cora Crêpes Dessert, Carrefour Original Mini Crêpes, en raison de la présence possible de Listéria monocytogenes

    Ces produits ont été distribués via différents magasins, dont les supermarchés Delhaize, Carrefour et Intermarché.

    Les Crêpes de Bruges et Crêpes dessert de Bruges portent les numéros de lots suivants: B13/10/2021 ; E13/10/2021 ; A15/10/2021 ; C15/10/2021 ; 18/10/2021 ;B20/10/2021 ; 22/10/2021 ; 25/10/2021 ; C20/10/2021 ; E22/10/2021 ; G22/10/2021 ; C25/10/2021 ;C27/10/2021 ; E27/10/2021 ; C29/10/2021 ; A01/11/2021 ; D29/10/2021 ; F29/10/2021 ; B01/11/2021.

    Les Cora Crêpes dessert affichent les références A15/10/2021 et G22/10/2021 et F29/10/2021, tandis que les Carrefour Original Mini Crêpes font partie des lots A13/10/2021 ; C22/10/2021 ; 25/10/2021 ; A03/11/2021

    Bvba Geal demande à ses clients de ne pas consommer ces produits et de les ramener au point de vente dans lequel ils ont été achetés, où ils leur seront remboursés. (Communiqué)

  • Un haut-lieu de la brasserie visétoise : le Phare et le destin de la famille Mathot

    A06834BA-0E47-46FF-92BD-D68B9D5CCDDD.jpeg

    Cette entreprise était située sur le Boulevard dit du nord qui fut dénommé dans les années 1930 Boulevard des Arbalétriers.

    Ce fut Walthère Mathot en 1894 qui en fit une entreprise prospère. A l’époque, il n’existait pas encore de grandes brasseries du genre Interbrew ou autres. Ce bâtiment n’était pas un simple entrepôt puisque une activité industrielle y a été développée par la mise en bouteille de la bière Haacht dont les tonneaux arrivaient par train à la gare de Visé.

    Entreprise totalement familiale, depuis le lavage des bouteilles, le soutirage, la pose d’étiquettes, les livraisons porte à porte aux particuliers et aux nombreux cafés à l’époque dans Visé et les alentours, sans oublier la fourniture aux nombreuses buvettes lors de la construction du « bouchon de Lanaye » (canal Albert). On se souviendra par ailleurs aussi de Gérard Mathot, fils du fondateur, au volant de ce véhicule étroit qui, lui seul, pouvait faire la livraison sur le parc d’attractions de l’île Robinson, en passant par la passerelle mobile nommée le pont d’argent.

    Si à l’époque on était entré dans ce bâtiment dont la façade portait les lettres LE PHARE, on aurait pu y voir à gauche la fabrication et, au fond de la cour, les écuries de chevaux avec la sellerie qui par après, bien entendu, furent remplacés par des camions.

    En 1985, le service porte à porte n’étant plus rentable, Walthère Mathot, petit fils du fondateur, créa un drive in pour les particuliers jusqu’en 1991 tout en conservant la livraison des collectivités et des festivités.

    Une imprimerie créée préalablement en 1970 avenue des Combattants par Walthère Mathot, petit-fils, prit place en 1978 dans les écuries et le fenil au fond du bâtiment du Phare. Elle était spécialisée en tirages de grande volumes par exemple pour les éditions Hachette et un tour operator des pays de l’Est mais aussi de plus petits tirages pour les entreprises. Autre point fort jusqu’en 1985 : le tirage de plans pour les architectes de la région voire parfois de très grandes dimensions, entre autres, pour les entrepreneurs travaillant sur la rectification de la Meuse. Ce même Walthère Mathot qui, depuis 43 ans, est également éditeur d’un magazine industriel nommé AIHE REVUE, véritable carte de visite d’un groupement d’entreprises existants depuis 1928 : AIHE Association des Industries. Une activité de pré-presse fut également développée pour une maison d’édition de brochures et plans à destination de différentes communes de toute la Belgique.

    Petite anecdote : une séquence du film « je pense à vous » des frères Dardenne a été tournée dans l’imprimerie et les ateliers de pré-presse.

    A ce jour, l’entreprise se consacre uniquement à l’édition, outre toujours quelques gros clients pour des travaux d’imprimerie en sous-traitance ; elle est située dans le prolongement de la rue Porte de Lorette.

    Que deviendra donc ce bâtiment très représentatif de la Ville de Visé de l’entre-deux-guerres que le propriétaire actuel voudrait démolir pour y construire un immeuble moderne de 14 appartements sur 5 étages, dénaturant cette belle et unique façade ? Un classement serait la meilleure formule !

    (Communiqué de Walthère Mathot)