Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Commerces - Page 2

  • Après plus de 20 ans d’absence, revoici enfin une poissonnerie à Visé

     

    Le poissonnier Raphaël Braun devant son étal à Visé.
    Le poissonnier Raphaël Braun devant son étal à Visé. - M.G.

     

    Cela faisait plus de 20 ans que la Cité de l’Oie ne proposait plus de poissonnerie à ses habitants ! Ce manque est comblé depuis le 22 juin dernier, depuis que la poissonnerie Braun s’est installée dans le centre visétois, rue du XV Août 1914. Dans un décor 100 % marin.

    A74FE45E-987E-4F20-94A8-8BFBE01979D6.jpeg

    Raphaël Braun poissonnier - D.R.

    « Auparavant, j’ai travaillé comme employé chez VDS Food à Barchon puis au Carrefour à Ans, puis à l’ISPC aux Hauts-Sarts puis au Comptoir des Mers à Juprelle. Et comme je faisais tout de A à Z, je me suis dit pourquoi ne le ferais-je pas pour mon propre compte ? », indique Raphaël Braun, le poissonnier.

    « Je propose toutes sortes de poissons, de coquillages et de crustacés. Il y a un arrivage tous les jours, du mardi au vendredi, en provenance de Zeebruges. Je suis ouvert tous les jours du mardi au samedi de 9h à 19h. Le samedi, c’est un plus petit arrivage et je suis ouvert aussi le dimanche matin de 9h à midi avec des diminutions de prix de 20 % pour liquider le poisson du samedi », explique Raphaël Braun.

     

    Les poissons sur l’étal.
    Les poissons sur l’étal. - D.R.

    « Anchois, anguilles fumées, truites, turbots, poulpes, soles, daurades, sardines, bigorneaux, harengs, thons rouges, crevettes royales, dos de cabillauds, terrines de saumon, de saumon fumé ou de saumon belle vue… Vous n’avez que l’embarras du choix », détaille Raphaël Braun.

    « Je m’occupe de tout de A à Z ici aussi. Et quand j’aurai du personnel, j’irai moi-même choisir mes poissons à Zeebrugge. Même si j’ai un très bon fournisseur actuellement. Le démarrage est très bon depuis le 22 juin. Je n’ai que de bons retours et déjà de nombreuses commandes. J’ai déjà été très bien accueilli par les responsables politiques visétois et par le président des commerçants, Benoît Tilkin », se félicite-t-il.

    Une épicerie aussi

    44F9DDF6-1571-4E70-A873-906A7833D8EE.jpeg

    Plat de fruits de mer. - D.R.

    Auparavant, dans ce bâtiment, il y avait déjà une poissonnerie qui est restée plus de cinq ans mais qui n’a jamais ouvert ses portes ! Et Raphaël Braun n’a rien à voir avec les anciens propriétaires. « J’ai tout rénové avec un nouveau comptoir et une nouvelle chambre froide notamment. Nos spécialités, ce sont des plateaux de fruits de mer, des plateaux pour les fondues et des plateaux de planchas », insiste-t-il fièrement.

    « Je propose également une petite épicerie avec des boîtes de sardines millésimées qui, comme le vin, se bonifient pendant dix ans. Et ces boîtes, j’en ai de 2017 à 2022, sont recherchées pour une année particulière et sont décorées par une artiste-peintre. Elles proviennent de la « Perle des Dieux » en Vendée en France. Je propose encore des rillettes de thon, de saumon, de bar et différents sels de mer « Kalios ».

     

  • Un parking vélo à l’intérieur des magasins "Le Petit Producteur"

    21017855-64D0-4CD4-A2BB-A7AD9AB0D998.png

    Alors que le prix de l’essence atteint des records et qu’il est de plus en plus difficile de circuler en voiture à Liège, certaines enseignes facilitent l’accès à leur commerce aux personnes se déplaçant à vélo ou avec d’autres modes actifs.

    Ainsi, la coopérative Les Petits Producteurs, qui tient 3 magasins bio et/ou locaux à Liège et 1 à Visé, s’annonce “magasin vélo admis”. En effet, depuis peu, il est possible de stationner son vélo à l’intérieur de leurs magasins, dans un espace dédié équipé de racks adaptés à toutes les montures. Ainsi, plus besoin de chercher un endroit pour l’accrocher dehors sans être certain de le retrouver ensuite.

    Tant qu’il fait beau et que la circulation automobile est moins importante pendant les vacances, la coopérative invite à se (re)mettre au vélo, une bonne habitude pour le portefeuille, la santé et la planète, au moins aussi efficace que manger bio et/ou local et de saison.

    La coopérative encourage d’autres commerces à faire de même en utilisant le sticker “Magasin vélo admis” téléchargeable sur leur site web.


    Contact presse: François Olivier (0479592739), presse@lpp.coop

    Les Petits Producteurs

    www.lespetitsproducteurs.be

  • Stationnement à Visé : fini de reculer son disque !

    11F6A7BD-3588-49DC-9FDC-DE467B7902A6.jpeg

    A Visé, c’est un sujet de discussion récurrent : le parking et les fameuses « voitures-ventouses ». Comprenez : ces véhicules qui restent stationnés toute la journée dans la zone bleue, faisant fi de la durée maximum réglementaire d’une heure et demie. Un manque de civisme qui pourrait bientôt appartenir au passé, grâce aux nouveaux capteurs en cours d’installation dans la ville.

    Nouveau système de contrôle

    Nous vous le dévoilions en juin dernier : l’installation de capteurs intelligents était à l’étude à Visé, sur une proposition de l’Échevin du Commerce Ernur COLAK. Validé par le Conseil communal, ce projet est en train de passer au statut de réalité et il sera bientôt bien plus difficile de passer entre les mailles du filet pour outrepasser la durée de stationnement réglementaire en zone bleue.

    Car le contrôle sera digitalisé dès la fin juin. Le principe ? Des capteurs au sol sans fil (connectés via 4G/5G) dans la rue Haute, la rue du Collège et dans les cinq axes perpendiculaires à ces deux rues, soit 172 places équipées au total (sur les 454 que compte la zone bleue). Au bout d’une heure et demie de stationnement, le capteur enverra une notification à l’agent en service, afin qu’il se rende sur place pour contrôler… et verbaliser le cas échéant.

    7FC6F00B-3003-49BF-8F2C-1EFB1BFB914D.jpeg

     

    Changer son disque ? C’est fini !

    Il ne sera donc plus possible de venir reculer l’heure de son disque pour rester plus longtemps dans la zone bleue. Un signal fort pour plus de fluidité au cœur de la ville et inciter les visiteurs qui souhaitent rester plus longtemps à utiliser d’autres emplacements alentours (hors zone bleue) ou le nouveau parking Centre (situé avenue Albert 1er, dont la première heure est gratuite et les suivantes à prix modique).

    « Notre objectif est de de rendre l’expérience shopping plus agréable à Visé », explique Ernur COLAK. « Nous voulons faire en sorte que les parkings hors zone-bleue soient mieux utilisés. Notre cible, ce sont les voitures-ventouses. » Ce système fournira aussi des statistiques concernant les habitudes de stationnement, afin de mieux comprendre les habitudes des visiteurs.

    F6884775-1378-471E-AA15-2319AF66B36E.jpeg

    Une meilleure expérience visétoise

    Ce nouveau système, d’un montant total de 28 000€ HTVA (et 10 000€/an de gestion annuelle) est en cours d’installation. Mise en service prévue : le 20 juin. L’objectif de l’Échevin est précis : « Avoir toujours 10 à 15 places disponibles dans l’artère principale pour les achats rapides. Cela représenterait une meilleure expérience au quotidien pour les commerçants et pour leurs clients », argumente Ernur COLAK. Une application est également en cours de développement pour vérifier en temps réel, depuis son smartphone, quelles places sont disponibles. Et un site web reprenant tous les parkings visétois est en ligne : www.vise-parking.be

    (Source Visé Magazine)

  • Colruyt, Delhaize...: des produits vont disparaître des rayons de vos supermarchés... à cause de la guerre en Ukraine

    93420DC2-C8C5-4133-B9D3-2AEA38FEC22A.jpeg

    La guerre en Ukraine a des répercussions jusque dans les rayons de vos supermarchés. Les magasins Colruyt ont notamment mis fin à ses commandes en Russie. « Ce n’est pas un boycott mais c’est une question d’être en accord avec les sanctions économiques de l’Union européenne », commente Nathalie Roisin, la porte-parole du groupe.

    Au total, 27 produits sont concernés, parmi lesquels nous retrouvons toutefois des produits saisonniers. « Il y a aussi bien de l’alimentaire que du non-alimentaire », pointe-t-elle. Avant d’ajouter : « Cela ne représente vraiment pas grand-chose quand on sait que, chez Colruyt, nous avons 10.000 références. »

    Parmi les produits en question, la vodka russe. « Mais il ne s’agit que d’un produit et 95 % de la vodka n’est pas russe », souligne-t-elle. « Et pour les autres produits, il y a aussi toujours des alternatives. »

    Disponibilité limitée

    Du côté de Delhaize, le porte-parole Roel Dekelver a confié au magazine spécialisé Gondola avoir également arrêté d’acheter des produits en Russie. « Nous n’avons que deux produits d’origine russe dans notre assortiment : une vodka russe spéciale et le crabe de Kamchatka. De toute façon, ces produits ne sont pas très vendus pendant cette période », a-t-il indiqué. La cause ici, ce n’est pas non plus un boycott. Mais une crainte quant à la disponibilité limitée prévue pour ces produits.

    Les autres supermarchés dont Carrfeour et Aldi ne vendent quant à eux pas de produits en provenance de Russie.

    Hausse de prix

    Outre la disparition de certains produits, la guerre en Ukraine aura aussi un impact sur les prix de certains autres. Mais Nathalie Roisin nuance : « L’inflation était déjà là et l’effet de la guerre n’est donc pas visible à l’heure actuelle. C’est par contre une donnée supplémentaire pour les négociations qui sont encore en cours avec nos fournisseurs. On continue d’observer des choses. »

    Dès le départ, on savait que la guerre aurait des répercussions sur les prix de l’énergie… et des céréales. Blé, maïs, orge, tournesol : les prix s’envolent. Pâtes, nouilles, biscuits… Tous devraient voir leur prix augmenter. Pour les pâtes par exemple, l’économiste Bruno Colmant table sur une augmentation de 10 à 20%.

    (Source Sudinfo)

     

  • Attention gros avertissement de Colruyt suite à des contrôles microbiologiques: les produits retirés des rayons

    Prolaidis Export rappelle ses fromages de chèvre « Le Sapin Blanc » en raison de la présence de listeria monocytogenes, indique vendredi le groupe Colruyt, qui vend le produit dans ses magasins. La décision a été prise de retirer le fromage de la vente à la suite de contrôles microbiologiques.

    Le produit pèse 80 grammes et affiche les dates limites de consommation (DLC) suivantes : 20 février 2022 et 3 mars 2022. Il a été vendu entre le 25 janvier et le 18 février inclus, et il porte le numéro d’article 22567 ainsi que le numéro de lot 15012221.