Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musique

  • Jean-Claude Vanden Eynden en récital au piano le 21 octobre en l'église du Mont Carmel à Visé

    fullsizeoutput_175ed.jpeg

    Jean-Claude Vanden Eynden n’a que 16 ans lorsqu’il est proclamé lauréat au Concours Musical international Reine Elisabeth de 1964. C’est l’un des plus jeunes lauréats jamais élu. Cette précieuse distinction marque le coup d’envoi d’une brillante carrière qui le mène dans les plus belles salles du monde et les festivals les plus réputés .

     

    Soliste hors pair, il est acclamé de New York à Tokyo. Nombreux sont les orchestres symphoniques et les orchestres de chambres qui l’invitent. Ainsi, très vite, Jean-Claude Vanden Eynden collabore avec des chefs prestigieux .

    Il est également un merveilleux chambriste, admiré par ses pairs, qui joue avec des partenaires belges et internationaux de tout premier plan . Sensible, attentif et toujours à l’écoute des autres, ses concerts en musique de chambre sont un régal pour l’oreille et la vue.

     

    Près d’un demi-siècle de carrière internationale a conforté ce pianiste d’exception  dans son art et sa maîtrise. Son répertoire, vaste et impressionnant, comprend presque tous les grands concertos, un large éventail de pièces de musique de chambre et surtout, l’intégrale des oeuvres pour piano seul de Maurice Ravel.

     

    Presse et public sont unanimes : «(l’oeuvre) ... trouve, sous les doigts colorés du pianiste, les plus subtiles variations qui fascinent par la richesse de son détail. (...) véritable leçon de style du maître et virtuose Vanden Eynden.» 

     

    Pédagogue

    Entièrement formé par Eduardo Del Pueyo, dès son entrée au Conservatoire royal de Bruxelles en 1959, jusqu’à la fin de ses études à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en 1965, Jean-Claude Vanden Eynden a particulièrement à coeur de poursuivre l’oeuvre de son maître.

     

    Actuellement, il est professeur au Conservatoire royal de Bruxelles et à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth. En 2004, il remanie l’école fondée en 1977 par son maître en Centre Musical Eduardo Del Pueyo, et en devient le directeur artistique, afin de combler le vide laissé par l’éducation et rassembler des jeunes de talent.

     

    «Alors que nous avons l’un des concours musicaux les plus importants et les plus prestigieux au monde, il est étonnant de constater à quel point la musique reste le parent pauvre de l’enseignement dans notre pays. Je prône, pour la musique, un enseignement élitiste dans le bon sens du terme. Comme il en existe pour le sport. Lorsqu’on discerne des éléments doués, il n’existe aucune structure prête à l’accueillir. Une vocation musicale d’excellence se décide au plus tard entre 12 et 18 ans. Depuis quelques années, la filière «jeune talent» du Conservatoire est certes très positive mais ne résout pas l’équilibre entre les formations artistiques et scolaires. En outre, pour déceler de jeunes talents, il faut un enseignement musical sérieux dès l’école primaire. Chez les Grecs anciens et au Moyen-âge, la musique était une matière prépondérante. Sans pour autant restaurer la musique comme matière fondamentale, il faut absolument lui rendre la place qui est la sienne dans l’éducation nationale. Avec des professeurs formés à cet effet. Mais, pour cela, il faut surtout une réelle volonté du pouvoir en place. Car il ne s’agit pas d’instaurer un petit cours de musique «qui ne compte pas pour des points» mais un véritable cours que les élèves prennent au sérieux. Non seulement ce cours permettra de mettre en lumière de nouveaux talents, mais surtout c’est, à mon avis, la seule réponse à long terme aux problèmes de société que nous connaissons. La formation des jeunes esprits à la culture, et surtout à la musique, est un investissement bien plus solide et plus durable contre la violence et le désoeuvrement que l’économie et la répression. La musique forge l’esprit par l’universalité de sa pensée et la philosophie que l’on retrouve chez tous les grands compositeurs.»

     

    Jean-Claude Vanden Eynden est régulièrement appelé comme membre du jury du Concours Musical International Reine Elisabeth, ainsi qu’à d’autres concours internationaux et est président d’Honneur de la Fondation Chopin.

  • Festival de Visé 2022 - Dixième édition

     
     
     
  • La salle des Tréteaux à Visé accueillera le groupe YKONS le 6 octobre à 20h15

    028C25E5-D651-4004-B128-C423A433E318.jpeg

    Après un premier album sorti en 2019, un an et demi de concerts (Botanique, Reflektor, Wex...) et festivals (Francofolies, BSF, Ronquières, Fêtes de Wallonie de Namur et Liège, Nuits du Bota,...) YKONS est revenu fin 2020 avec « SEQUOIA TREES », premier single d'un EP sorti en mai 2021.
    SEQUOIA TREES met en dialogue la nature et l’homme, comme si la Terre revenait sur cette relation devenue chaotique. Une histoire d’amour qui finira mal... Si l’homme ne fait rien...
    À la fois auteurs, compositeurs, producteurs et directeurs artistique, les cinq musiciens d’YKONS ont mis à profit chaque instant de ces derniers mois étranges. Privés de scène, il a fallu s’adapter. Ensemble ils ont trouvé d’autres méthodes pour créer, peaufiner les sons, en se servant positivement de cette atmosphère inédite et marquante.
    Une collaboration avec Thibaud Demey (Mustii, Lost Frequencies...) à la production et Charles De Schutter du REC & ROLL Studio BXL (M, Ghinzu, Ozark Henry, Talisco...) à l’enregistrement et au mixage, permet au groupe de se réinventer dans l’indie-pop actuelle et de proposer une couleur encore plus personnelle et intime.
     
    Billets
    www.les-treteaux.be/index.php
  • A la salle des Tréteaux le vendredi 27 mai : le trio Jean-Philippe Collard-Neven

    E816F4C5-73E7-4E6A-9A99-45BF9ECEE78B.jpeg

    "Spleen" en anglais. "Saudade" en portugais. "Sehnsucht" en allemand. La mélancolie a un passeport poétique dans l'encyclopédie universelle des sentiments. Mais comment exprimer ce vague à l'âme, si ce n'est en chantant ? Le Lied est à la poésie allemande ce que la mélodie est à la poésie française, l'expression idéale du sentiment, dans ce qu'il a d'indicible. Une occasion idéale de donner voix aux poètes romantiques allemands (Goethe, Heine, Herder, Rückert...) avec des Lieder de Schubert, Mendelssohn, Schumann et Brahms. Dans ces Lieder, on retrouve ce sentiment de mélancolie, la "Sehnsucht", propice aux épanchements des cœurs. Clara Inglese et Emilie Tack vous feront voyager au pays du Spleen, accompagnées au piano par Jean-Philippe Collard-Neven, dont vous entendrez aussi les compositions.

  • Visé : les 50 ans du Houm Papa et du Royal Rugby Club

    8B1DF3C9-5A1E-40C0-B3EB-2F2C2E0D44FA.jpeg

    Les 3, 4 et 5 juin, Visé fêtera les 50 ans du Houm Papa Band et du Royal Rugby Club Visé

    Les deux ASBL visétoises vous invitent à fêter cet anniversaire exceptionnel pendant 3 jours, au centre de Visé.

    La fête, la passion, la générosité… et Visé ! Voilà ce qui lie le Houm Papa Band et le Royal Rugby Club Visé depuis de nombreuses années. Mais pas que ! En effet, les deux ASBL ont soufflé leurs 50 bougies récemment (en 2020 pour le club de rugby).

    Le Covid n’ayant pas permis des festivités dignes de ce nom ces deux dernières années, le Royal Rugby Club Visé profite de la dynamique des 50 ans de la Banda visétoise pour organiser un évènement d’envergure, entre amis.

    Ainsi, ce sont 3 jours — vendredi 3, samedi 4 et dimanche 5 juin — de fête qu' attend la capitale de la Basse-Meuse. Un grand chapiteau sera installé sur la Place Reine Astrid, au cœur de la Cité de l’Oie.

    Au programme : de nombreuses animations musicales dans les rues de Visé, trois soirées, un grand barbecue, une cérémonie officielle, etc.

    La banda Houm Papa Band a invité de nombreux amis à festoyer avec eux ce début juin : le Delirium Tremens Band de Dalhem, le DMA Band de Bassenge, le Zen Band d’Haccourt, la Band’Heure d’Heure-le-Romain, les Porais de Tilff, les Mineux d’Aredje venus des Fagnes, la Royale Harmonie Sainte-Barbe de Warsage…

    Également trois soirées donc, ce qui donne :

    • Soirée Feria Sud-Ouest le vendredi 3 juin avec DJ Fumal (entrée payante, préventes disponibles)
    • Soirée des 50 ans le samedi 4 juin avec DJ Eddy Rocour (entrée payante, préventes disponibles)
    • Soirée de clôture le dimanche 5 juin avec DJ Max et DJ Benkau (entrée gratuite)

    On le sait bien, à Visé, toutes les occasions sont bonnes pour faire la fête, en voici une de plus… en bonne compagnie !

    Retrouvez plus d’infos concernant le programme, les artistes et les préventes sur l’évènement Facebook «  VISÉ – 50 ans du Houm Papa Band & Royal Rugby Club Visé ».

    À bientôt !