Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Faits divers

  • Deux élèves de l'Athénée de Visé cambriolent leur école

    Dimanche dernier, vers 1h30 du matin, l’alarme de l’athénée royal de Visé s’est déclenchée. Deux jeunes élèves de l’athénée, âgés de 16 et 17 ans, s’étaient introduits dans l’enceinte de l’école par une ouverture dans un grillage. « Ils étaient chez un des deux jeunes et ils sont sortis. Ils se sont donc introduits dans la cour de leur école puis dans les bâtiments pour y dérober du matériel informatique qui a été retrouvé dans un jardin voisin, prêt à être emporté. Mais comme l’alarme s’est déclenchée, la police s’est rendue rapidement sur place, prévenue aussi par les voisins. Elle a intercepté un des deux jeunes. Dans son sac à dos, les policiers ont retrouvé une réplique d’arme airsoft qui propulse de petites billes en plastique. Cet adolescent a révélé le nom de son « complice » qui a également été interpellé. Les deux mineurs ont été entendus mais pas privés de liberté ni déférés au parquet de la Jeunesse mais ils devront répondre de leurs actes.

    La direction de l’athénée royal de Visé se refuse à tout commentaire.

    (Marc Gerardy pour La Meuse)

     
  • Un corps sans vie repêché hier dans la Meuse quai des fermettes

     

  • Plus de 4000 personnes doivent évacuer à Oupeye et à Visé

    Cette évacuation est préventive, puisqu’on ne sait pas dans quelle mesure ces quartiers seront inondés mais elle est demandée afin de ne pas devoir intervenir lorsqu’il sera trop tard. A Visé, les villages concernés sont Lixhe, Lanaye et Devant-le-Pont soit environs 2.000 familles. Si elles n’ont pas la possibilité de trouver refuge chez des proches, un centre d’hébergement est mis à disposition au hall omnisports de Visé. Des navettes vont être mises en place pour aider les habitants concernés. Informations pour Visé: 04/374.84.10.

    A Oupeye, la demande est la même pour ceux dont les habitation se trouvent sous le niveau du canal à Hermalle, Haccourt et Vivegnis, soit plus de 2.000 personnes. Les rues concernées sont, à Vivegnis: rues de la Digue, Jean Jaurès, de la Cité, de l'Etang, Derrière les haies, Puits, de Cheratte, Cerisier Colleye, des Mineurs, Cesar de Paepe, Fut Voie, de l'Europe, de la Serenne, Westphal, Wérihet, Sous les Ruelles et Joseph Dejardin. A Hermalle, il est demandé d’évacuer les rues Marchand, Basse-Hermalle, du Passage d’Eau, Al’Fosse, Voie de Liège et rue d’Argenteau. A Haccourt, les rues de l’Ecluse, Couture, Michel, des Taverne et du Canal ainsi que le Quai des Cimenteries et la Rampe du Pont ont déjà été évacués. La rue de Liège s’y ajoute. Les personnes évacuées peuvent trouver refuge au hall omnisports d’Oupeye. Des navettes de bus sont mises à disposition à Vivegnis (parking Hollandia) et à Hermalle (parking au carrefour des 4 chemins ou à l’arrière du Centre Médical de la Basse-Meuse, à côté de la clinique). Ils vous amèneront au centre d’accueil. A Visé et Oupeye il est demandé de couper l’eau, le gaz et l’électricité; de préparer un sac avec le strict nécessaire; et de ne pas oublier ses animaux de compagnie. (La Meuse)

  • Le corps de Jürgen Conings retrouvé?

     

     

    Ce dimanche, le corps sans vie d’un individu de sexe masculin a été retrouvé dans les bois de la commune de Dilsen-Stokkem, confirme le Parquet fédéral.

    C'est lors d'une balade en VTT que le bourgmestre a été intrigué par une forte odeur de corps en décomposition. Il aurait averti les forces de police.

    Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait de Jürgen Conings, disparu depuis le 17 mai, communique le Parquet fédéral.

    Selon le communiqué du Parquet, "La cause de la mort est probablement, selon les premières constatations, imputable à un suicide par arme à feu, mais cette cause devra être établie lors d’une expertise médico-légale à venir".

    Plusieurs médias du nord du pays avaient lancé l'alerte avant que le Parquet fédéral ne confirme l'information.

    D'après les premiers éléments de l'enquête, le caporal chef se serait suicidé il y a environ trois semaines. (Source RTBF)

  • Cheratte : à moto, il fonce sur l'inspecteur de police qui voulait le contrôler !

    18E8D59C-AFC0-4BB9-B8B1-F2FF17D024AD.jpeg

    La moto abandonnée sur place par son conducteur

    Hier soir, peu avant 19 heures, le premier inspecteur Denis Merenne de la zone de Police Basse-Meuse travaillait sur son quartier, rue Petite Route à Cheratte. Il a eu l'attention attirée par la pétarade d'une moto qu'il avait déjà entendue auparavant. Se retournant, il a vu une moto de type "cross" se diriger vers lui. 

    Le 1er inspecteur s'est alors placé sur la chaussée, donnant l'injonction au conducteur de s'arrêter. Au lieu de se conformer à cette injonction, ce dernier a délibérément accéléré tout en fonçant vers le policier. Celui-ci n'a pas eu le temps de se retirer et a été violemment percuté par la moto avant d'être projeté au sol. Le motard a ensuite accroché le mur d'enceinte de la station de pompage et son engin a fini sa course contre une voiture en stationnement. Abandonnant sa machine, il a pris la fuite à pieds. 

    Le policier, sérieusement atteint au genou droit et au dos s'est rendu à l'hôpital par ses propres moyens. La police de la Basse-Meuse recherche activement l'auteur des faits. Le conducteur de la moto est de corpulence mince et au moment des faits était tout vêtu de noir. Son casque était noir également.

    Si vous avez des renseignements concernant ce "pilote" en fuite, ils sont les bienvenus auprès de la zone de police Basse-Meuse au n° d'appel 04/374.88.00. (P. Neufcour)