Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Culture

  • Le groupe "Découverte" vous propose ce dimanche 7 août 2022

     

    58722C9B-FCEB-4DE5-88CE-DC240A7C299D.jpeg

    Activité : rencontre avec Ali Aghrom et découverte de la vallée du Geer au départ du Moulin du Broukay 

    Belle rencontre que voilà avec Ali, fort impliqué à Wonck et, dans toute la vallée du Geer dans la sauvegarde de la nature et du patrimoine local. 

    Ses combats pour la protection des hirondelles, sa lutte contre les dépôts clandestins et ses initiatives de conservation et de protection du patrimoine local (restauration d’anciennes croix) ne manqueront pas de vous intéresser. 

    En sa compagnie,  nous partirons du Moulin du Broukay, ferons une petite halte chez lui avant de repartir vers la chapelle Sainte Anne rénovée en 2019.    Nous emprunterons ensuite un bout d’une ancienne chaussée, et irons voir certaines croix récemment restaurées par Ali et son équipe.  Nous nous dirigerons enfin le long du Geer vers le lieu-dit « le Pachlauw «  pour rejoindre la tour d’Eben-Ezer notre point de départ. 

    D1A4C17E-92F1-4EAF-AEF2-CC17E6BD8F0C.jpeg

    Durée de la balade pédestre : +/ - 3 heures ½  

    Degré de difficulté : balade par monts et par vaux.

    Recommandations : munissez-vous de chaussures de marche ou de bottes. 

    En cas de non-respect des consignes de sécurité (par exemple : chaussures de marche inadéquates), le Groupe Découvertes décline toute responsabilité.

    Regroupement : 14 h 00, Moulin du Broukay - Chemin de Broukay, 8, à 4690 Bassenge 

    Itinéraire voiture : au départ de la gare des Guillemins (Liège), prenez l’autoroute en direction de Visé puis la route vers Haccourt et, Eben-Emael.

    Drink : au Moulin du Broukay à Eben-Emael 

    P.A.F: 6 € par personne.   Cette somme correspond à votre participation à la balade organisée par le Groupe Découvertes. 

    Guide : Philippe Slootmans 

    Groupe Découvertes : Philippe Slootmans - 04 / 252.92.41 

    (si possible les vendredi et samedi de 19 h à 20 h 30 et le dimanche de 10 h à 12 h). Merci d'avance 

    Site : https://groupe-decouvertes.org

    E-mail : Groupe-Decouvertes@hotmail.com

  • Le M.A.H.Vi se sépare des doubles de nombreux livres et revues à très bas prix? Profitez-en !

    254ACED8-9A91-4056-95F5-0AF474646E23.png

    Quoi de mieux pour partir en vacances ou se détendre chez soi qu'un bon bouquin ? 

    La Société royale Archéo-Historique de Visé et sa région (SRAHV) vous propose, outre ses nombreuses publications (« L’histoire des rues », « Les Nouvelles Notices Visétoises, « Les Rendez-vous de l’Histoire », « Les Cahiers de la généalogie », « Les Repros de l’histoire »,…)  que vous retrouverez sur leur site internet (https://www.mahvi.be/les-publications/) de nombreux livres et revues, qu’ils possèdent en double ou qui ne correspondent pas à leurs objets de recherche et d'étude. 

    Cette liste est sans cesse en cours d'actualisation... et ils commencent à manquer de place pour les stocker !  Notez bien que la plupart d'entre eux ne sont disponibles qu'en un seul exemplaire.  La perle rare s'y trouve peut-être ! 

    Intéressé(e) ?  Les ouvrages, dont vous retrouverez la liste sur le site (http://www.museedevise.be/marche-du-livre-livres-doccasion/) sont vendus à un prix démocratique et disponibles toute l’année au bureau du musée régional, 31 rue du Collège à Visé (1er étage, dans la tour) où la jeune et dynamique équipe vous recevra bien volontiers. Pour tout achat de minimum 10 €, un livre vous sera offert.  Pour toute commande, merci de vous adresser, soit directement au bureau du musée régional, soit par téléphone au 04 374 85 63 ou 0492 16 66 89 (heures de bureau), soit par mail (museeregional@vise.be  ou  info@mahvi.be). Si envoi par la poste, quelques frais de port devront être ajouté à la somme totale. 

  • LE CENTENAIRE DE BOZAR (Palais des Beaux-Arts de Bruxelles) DOIT BEAUCOUP A UN DALHEMOIS

    DCB93C7A-B43A-44F6-B99A-A3A43F9DD274.jpeg

    La salle Henry Le Boeuf

    Le 4 avril 2022 seront fêtés les 100 ans d’un pilier culturel de notre pays , le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, dénommé depuis quelques années, BOZAR ; On doit cette création au beau-fils du général Albert Thys de Dalhem.Henry le Bœuf né à Schaerbeek le 23 avril 1874 épousa Louise, la fille aînée du général. Durant ses études de droit à l’Université de Bruxelles, il s’initia aux affaires en participant aux travaux de secrétariat de la Banque EMPAIN…..Son mariage l’orienta vers les affaires coloniales ; il y débuta à la direction des Magasins Généraux du Congo. En 1901, il participa à la fondation du Crédit Foncier d’Extrême-Orient dont il fut pendant de nombreuses années l’administrateur délégué. En 1909, il fut nommé administrateur de la Compagnie du Congo pour le Commerce et l’Industrie et, deux ans plus tard, de la Banque d’Outremer et de la Compagnie Maritime belge. La guerre terminée, Henry LE BŒUF participa à l’effort d’industrialisation du Congo, notamment au développement du port de Matadi, à l’intervention de la Société pour la Manutention dans les Ports du Congo (Manucongo) dont il assuma la direction, puis la vice-présidence. Nommé administrateur-délégué de la Compagnie Immobilière du Congo dès sa fondation en 1928, il se préoccupa de l’amélioration des conditions de logement des Européens dans le Bas Congo et fi t dresser un plan d’urbanisation de Matadi qui est encore d’actualité (en 1955). La même année, à l’occasion de l’absorption de la Banque d’Outremer par la Société Générale de Belgique, il entra au Conseil de direction de celle-ci.

    Très absorbé par ses nombreuses activités professionnelles, Henry LE BŒUF n’en continua pas moins à s’intéresser activement à toutes les initiatives susceptibles de promouvoir les Beaux-Arts en Belgique. En 1919, il prit en qualité d’administrateur-délégué, la direction des Concerts populaires qui fusionnèrent plus tard avec la Société Philharmonique créée à son initiative. Il fut en outre membre de la Commission de surveillance du Conservatoire de Bruxelles et administrateur de la Fondation Musicale Reine Elisabeth, président du Conseil d’Administration de la Revue Musicale de Paris.

    Henry LE BŒUF fut le créateur du Palais des Beaux-Arts, réalisation magnifique d’une pensée qu’il avait conçue dans sa jeunesse. En dépit de difficultés considérables, cette œuvre put être réalisée après huit années d’efforts incessants et ainsi qu’il l’a écrivit lui-même, la fondation du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles fut « l’œuvre de foi de ceux qui croient en la vertu de l’art et une œuvre de ténacité ». Animateur exceptionnel, Henry LE BŒUF sut ensuite, en peu de temps, faire de cette maison qu’il avait créée, « la maison de l’art vivant », suivant la conception qu’il s’en était faite. La grande salle de concert du Palais portea son nom et ce n’est que justice. Musicien lui-même, violoncelliste, il aima encourager les artistes, musiciens, peintres, graveurs, sculpteurs (on conserva à Dalhem, le magnifique buste en marbre de sa femme, à la Maison communale).

    A Dalhem, sur la route vers Bombaye, juste après le premier tournant, il fit élever plusieurs résidences pour les artistes qu’il désirait soutenir C’est à lui que l’on doit de nombreuses restaurations et constructions en style ancien, comme la Maison communale, en souvenir de son fils André, mort à Tientsin. Il conçut un vaste plan de transformation, malheureusement interrompu par les conséquences financières du krach boursier de 1929. Il cessa alors ses activités vers 1933 et retourna dans sa région natale où il décéda le 29 janvier 1935 (à Forest). Il eut quatre enfants dont ses fils André et Jacques qui passèrent bien des journées de vacances heureuses à Dalhem avec leurs cousins Jean et Gilbert PÉRIER, les fils d’une autre fille du général, Jeanne.

    (Extrait du livre de Jacques Detro : Dalhem-le-Comte, tome 2, édité par Blegny-Mines).

    Jean-Pierre Lensen

     

     

    EXTRAIT D’UNE LETTRE D’HENRY LE BOEUF

    La force de la Belgique est dans son travail, son initiative, son activité. Le Belge est peu contemplatif ; il n’a pas d’estime pour les jouisseurs. Les musées sont instructifs, éducatifs, moralisateurs : ils ne sont pas l’action. Parmi ses compatriotes financiers, industriels, commerçants, l’artiste belge, dans son inquiétude, sait être homme de vie et d’action. Il ne craint pas la recherche, l’exploration ; certains risquent l’expérience. Les expressions encore inemployées, en peinture et en musique, indisposent plus certains professeurs que le public ; celui-ci les regarde sans trop de prévention, avec bon sens, avec curiosité, parfois avec sympathie. Il faut à ces formes, dans la peinture, la sculpture, la musique, des locaux qui permettent de les juger, en montrant si elles sont sans issue ou si elles ouvrent vraiment des chemins nouveaux et enrichissent nos moyens de sentir. - Le Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, œuvre de ténacité et de foi, doit être une maison d’art vivante.

  • La culture à Visé : les prochaines activités aux Tréteaux