Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Visé : Visons Demain demande au Collège communal d'adhérer au nom de la Ville de Visé à la Déclaration de Paris sur le climat.

    71FEC641-17CE-4CC1-A544-D37547595008_1_201_a.jpeg

    "Plus de 500 villes et régions se sont ainsi engagées à atteindre la neutralité carbone pour 2050. Elles  se  sont  unies  pour  partager  le  savoir  et  la  connaissance  et  ont su fédérer les acteurs locaux que sont évidemment les citoyennes et les  citoyens,  mais  aussi  les  entreprises  et  les  associations,  dans  une démarche  de  démocratie  participative,  indispensable  pour  accélérer la transition écologique.Particulièrement innovantes et réactives en termes d’adaptation, elles ont su déployer rapidement des solutions concrètes (pistes cyclables, coopération entre villes, relance verte, végétalisation...) bénéfiques à la fois pour la santé, l’environnement et le climat.

    C’est   pourquoi,   en   tant   que   villes,   nous   réaffirmons   aujourd’hui, ensemble,  notre  ambition  de  maintenir  le  réchauffement  climatique à  +1,5°C  conformément  à  l’Accord  de  Paris  et  nous  nous  engageons solennellement à respecter les résolutions suivantes :
    ▶Inscrire  l’action  climatique  au  centre  de  l’agenda  local,  pour atteindre la neutralité carbone et créer une société sobre et équitable.
    ▶S’engager  à  atteindre  la  neutralité  carbone  (net-zéro)  à  partir  de 2040 ou même plus tôt, ou vers le milieu du siècle au plus tard, dans la  continuité  des  efforts  déployés  mondialement  pour  limiter  le réchauffement  climatique à 1,5°C.

    Il nous semble important que la Ville de Visé adhère à cette Déclaration et développe de nouvelles actions pour tendre vers la neutralité carbone.

    Nous espérons que notre commune prendra cet engagement clé pour l'avenir de tous.

    (Communiqué)

  • Coronavirus : la Norvège enquête sur les décès de personnes âgées suite à la vaccination par le vaccin Pfizer/BioNtech

    29B63CB7-79D8-4BA1-A506-D0C780A65860.jpeg

    Le vaccin contre le coronavirus pourrait-il être dangereux pour des personnes trop âgées, ou trop faibles ?
    En Norvège, une série de décès suspects, après vaccination, fait l’objet d’une enquête, suite à l’enregistrement de 13 décès. 13, et non 23 comme dit auparavant.

    On a dénombré des réactions auprès de 29 patients, entre 18 et 90 ans durant cette dernière semaine. 14 patients de la tranche 80-89 ans, soit la proportion la plus importante, ont enregistré des réactions. 13 de ces patients sont décédés sans que, précise l’Institut de Santé publique norvégien, on puisse à ce stade déterminer s’il y a corrélation ou causalité.

    Public plus fragile

    Prioritaires pour la vaccination, les personnes résidant dans les maisons de repos sont un public plus fragile, souvent atteint de pathologies, parfois à un stade sévère.

    Selon les premières analyses, les effets secondaires inoffensifs chez la plupart des vaccinés – comme l’allergie ou la fièvre – auraient pu provoquer la mort de ces patients particulièrement fragiles.
    C’est en tout cas l’hypothèse sur laquelle travaillent les experts norvégiens, en collaboration avec le fabricant Pfizer. Car comme tous les vaccins, si celui contre le Covid a été testé lors de son élaboration sur des milliers de patients, il l’a très peu été sur des publics spécifiques comme les personnes très âgées, ou les enfants.

    Recensement hebdomadaire

    L’Institut de santé publique norvégien recense toutes les réactions enregistrées suite à l’administration des vaccins anti-Covid. En l’occurrence, les chiffres de décès recensés ne concernent que le vaccin Pfizer/BioNTech, puisqu’on a commencé en Norvège l’administration du vaccin Moderna le 15 janvier dernier.

    L’agence publie de manière hebdomadaire ses rapports. Le dernier de ceux-ci fait donc état des cas des diverses réactions enregistrées : du malaise général, accompagné de douleurs autour de l’endroit de l’injection, en passant par les problèmes intestinaux, respiratoires, neurologiques ou musculaires, entre autres.

    Modifier les consignes

    En attendant les résultats de l’enquête en cours, l’Institut a décidé de modifier ses consignes pour la vaccination des plus vieux, ou des plus malades. Car "pour ceux qui ont une durée de vie restante très courte", explique-t-il, "les avantages du vaccin peuvent être marginaux… Ou non pertinents".

    Faut-il s’inquiéter ?

    Alors, faut-il s’inquiéter, alors que chez nous, la campagne de vaccination est en plein essor ?

    Pour Eric Muraille, immunologiste à l’ULB, ce sont des chiffres qui sont attendus : "les effets secondaires observés sont normaux pour ce vaccin : fièvres, nausées, diarrhées". Des effets observés en phase 3 des tests de vaccins, et qui ne posent chez des individus en bonne santé pas de gros problèmes.

    "En revanche, chez des personnes très affaiblies, cela peut les faire basculer et entraîner un certain taux de mortalité".

    Peut-être faudra-t-il, à l’instar de la Norvège, bien peser le pour et le contre pour la vaccination de certains patients particulièrement faibles.

    On devrait avoir pour la fin janvier le premier rapport d’évaluation de la vaccination avec le vaccin Pfizer-BioNtech.

    (Source : RTBF Infos)

  • Visé : un des projets d'affiches touristiques d'il y a 60 ans!

    C44E0448-1C8D-4468-B368-28051A4C0AED_1_201_a.jpeg

    VOUS AVEZ DIT MUSEE DE SOCIETE, LA VIE QUOTIDIENNE FAITE DE TRAVAIL ET DE LOISIRS A LA LOUPE

    Les initiateurs du musée régional, surtout depuis le renouveau de 1981 ont voulu mettre en avant la vie quotidienne qui est faite de vie à la maison, de vie au travail et de vie festive. Bien entendu, le musée voisin de notre chef-lieu, le musée de la Vie Wallonne s’appuie sur cette notion de musée de société, surtout depuis sa dernière rénovation. A notre humble niveau, nous récoltons maints éléments relatifs à notre vie quotidienne. Côté économie, nous avons mis en avant l’industrie charbonnière avec l’incomparable charbonnage du Hasard de Cheratte avec son modernisme au départ de sa création et la vie du mineur, la sidérurgie, les anciens métiers à domicile (armurerie, taille de limes ou tressage de la paille). Une maquette de la tour n°1 du charbonnage de Cheratte est aussi remarquable.

    Nous avons développé dans plusieurs vitrines trois aspects de la vie quotidienne : l’éclairage, l’alimentation et la convivialité. Nous avons axé ce choix sur les particularités locales comme des bouteilles utilisées sur place comme les firmes Roenen, Hardy ou encore la laiterie LAY d’Argenteau ou le café Clé d’or ou encore des fabrications régionales comme Cicolor.

    Les loisirs qui font partie de la vie assurément sont considérés actuellement comme du patrimoine immatériel. Nous reprenons les particularités locales : les cramignons, la décapitation de l’oie ou du coq, les carnavals, l’enterrement de Mathy l’Ohay ou la fin de fête ou certains groupes de musiques locaux. Une série de capsules (petits films) ont présenté il y a quelques années toutes ces particularités ainsi que les gildes (les trois compagnies armées visétoises) ou d’autres cortèges.

    L’autre symbole de Visé est l’oie et nous avons mis en avant deux affiches touristiques de Visé avec l’oie, la plus célèbre date de 1898 et est due au talent d’Armand Rassenfosse et l’autre réalisée par l’artiste Dupuis date des années 1930. Un des points forts du tourisme visétois du XXe s. fut l’île Robinson. Nous avons pu conserver les projets d’affiches touristiques de la fin des années 50, signés de noms qui ont continué dans ce domaines artistique. Le site touristique principal à cette époque était bien sûr cette île mise en valeur dans le dernier quart du XIXe s., rejointe par les célèbres bateaux-mouches et transformée peu après 1980.

    A côté des Beaux-Arts et de la création artistique régionale, un autre aspect que nous évoquons par petite touche est la création littéraire ou musicale ; que l’on cité quelques auteurs régionaux : Marcelle Martin, auteur de théâtre wallon, Berthe Bovy, comédienne de la Comédie française, Jean Lensen, compositeur de musiques de salon, René Hénoumont chroniqueur, Conrad Detrez, écrivain révolutionnaire ou Odilon Jean-Perier. Notre bibliothèque conserve quelques-unes de leurs œuvres.

    On doit aussi mentionner dans ce chapitre relatif à la 3e salle du musée régional, le médailler. Un de nos principaux donateurs, Albert Jaminet nous a fait don en 1958 de documents non seulement relatifs aux gildes belges, aux premiers pas de la nouvelle Belgique mais surtout des centaines de médailles, ou des monnaies du moyen-âge au milieu du XXe s. Celle qui m’a le plus surpris, c’est l’hommage (en médaille) de la Belgique à la Pologne. Sa révolution de Varsovie en novembre 1830 aurait été réprimée par les troupes russes , qui autrement devaient venir réprimer notre jeune révolution face au roi des Pays-Bas en 1830-1831.

    Jean-Pierre Lensen

  • SEISHAN Karaté Devant-Le-Pont à Visé.

    6F67F74D-B4F2-4096-8E88-07848C99589B.jpeg

    Beaux résultats à l'approche de cette fin d'année pour les « KIDS » du Seishan Karaté Devant-Le-Pont à Visé. En effet, ce mercredi 16 décembre 2020 plusieurs membres de Seishan ont présenté leur Ceinture devant un jury composé de 3 Ceintures noires Wado Kai Europe et FFKAMA.

    C'est ainsi qu'au terme de 1h30 d'évaluation, Julie Janssens décroche une ceinture jaune/Blanche. Plusieurs pratiquants décrochent aussi leur ceinture jaune: Emilie Janssens, Zoé Diericx, Jules Topin et Léo Flausch . Ce sont leurs premiers pas sur le long chemin du karaté.

    Cela pourrait passer pour un cadeau de Noël. En réalité, c'est bien plus, car il s'agit du fruit d'un travail assidu et surtout, bien mérité. Notons que ce pas est mémorable dans la vie du « Seishan Karate» puisque le club compte désormais ses premières "ceintures jaunes enfants".

    Encore toutes les félicitations les KIDS !

    Pour tous renseignements : 0496 10 07 17 ou 0496 61 39 89, tous les mercredis de 18h30 à 20h00, les samedis de 13h30 à 14h30 et de 14h30 à 16h30.

    Le Comité.

    Marc, Dominique et Sylvain.

  • Une «nouvelle Meuse» avec une seule mission: vous informer sur l’actualité liégeoise

    EED28DB0-5DFD-430A-A917-539636926467.jpeg

    Il est peut-être bon de rappeler que ce n’est pas un cas isolé. Faut-il rappeler les milliers d’étudiants défilant dans les rues de la Cité ardente pour défendre le climat ? Faut-il souligner les centaines de Liégeoises et de Liégeois qui, en pleine crise sanitaire, se sont rassemblés pour s’élever contre le racisme ? Faut-il oublier ces centaines de travailleurs, de la sidérurgie notamment, se serrant les coudes pour défendre leur pain ? Ou encore, ces dizaines de milliers de supporters ne faisant qu’un place St-Lambert lors du dernier titre du Standard ?

    La Meuse a toujours défendu ces valeurs communes qui font la vie des Liégeoises et des Liégeois. 

    Aujourd’hui, notre mission première, vous informer, reste plus que jamais d’actualité au moment où complotistes et diffuseurs de « fake news » déversent uniquement méfiance et haine. C’est pourquoi votre journal, présent quotidiennement dans la vie principautaire, se veut encore plus métropolitain.

    Dès à présent, vous retrouverez plus de titres liégeois à la Une, des pages 2 et 3 où des sujets seront développés plus en profondeur et davantage de pages dédiées à ce qui fait l’actualité de notre région.

    Informations locales, judiciaires, sportives, politiques, culturelles, économiques, santé, vie quotidienne, commerces, emploi, société. Mais aussi capsules vidéos et reportages photographiques sont les moteurs de l’équipe de journalistes de La Meuse Liège & Basse-Meuse chaque jour.

    C’est le cas depuis 1856. Ce le sera encore plus maintenant.

    Par Gaspard Grosjean

    Rédacteur en chef de La Meuse Liège & Basse-Meuse