Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Drogue - Page 2

  • La police de la Basse Meuse vient de démanteler une culture de cannabis à Haccourt

    Généralement, les plantations de cannabis sont découvertes grâce aux gestionnaires du réseau électrique que sont Ores ou Resa. En effet, ces derniers détectent une consommation anormale d’électricité et préviennent, dans la foulée, les autorités judiciaires. Mais la plantation découverte, jeudi, vers 15h40, à Haccourt, elle, a été repérée en raison d’une consommation anormalement élevée d’eau qui alimentait les différents humidificateurs destinés à faire pousser, à grande vitesse, les 1.500 plants de cannabis.

    Le propriétaire de deux hangars mis en location dans un zoning derrière l’ancien abattoir de poulets situé Cale Sèche à Haccourt avait repéré une consommation anormale d’eau dans ces deux établissements. Il a prévenu son gestionnaire de réseau qui a fait le nécessaire. Le propriétaire des hangars a été entendu par les policiers avant d’être mis hors de cause.

    Plusieurs perquisitions

    Jeudi, vers 15h40, les enquêteurs de la police de la Basse-Meuse ont mené une série de perquisitions et ont interpellé deux individus sur les lieux. Un Oupéyen et un Albanais sans domicile connu ont été interpellés et privés de liberté. Les policiers ont mené une visite domiciliaire chez l’Oupéyen. Aucun des deux hommes ne possède d’antécédents judiciaires spécifiques hormis un dossier roulage pour l’habitant d’Oupeye.

    Il fait peu de doute que les deux individus étaient bien occupés à gérer et à travailler dans la plantation de cannabis. Une plantation que plusieurs intervenants de ce dossier qualifient de très professionnelle aux allures de laboratoire avec du matériel high-tech.

    Les enquêteurs de la Basse-Meuse sont restés sur les lieux durant une bonne partie de la nuit de jeudi à vendredi pour surveiller la marchandise mais également pour vérifier si un ou des complices se présentaient à l’adresse.

    Dès vendredi matin, les hommes de la protection civile ont investi les lieux pour démanteler la plantation de cannabis. Les plants ont évidemment été saisis, tout comme le matériel installé dans les hangars. Le touts sera détruit.

    L’Oupéyen et l’Albanais privés de liberté ont passé la nuit en cellule. Vendredi matin, ils ont été déférés au palais de justice de Liège. Le magistrat de garde a mis le dossier chez le juge d’instruction et a requis un mandat d’arrêt à leur encontre.

    L’enquête se poursuit et elle tente désormais de vérifier si d’autres complices faisaient partie de l’entreprise délictueuse. (Arnaud Bisschop)

    Lien permanent Catégories : Drogue, Police
  • Il faut sensibiliser les jeunes aux dangers des drogues

    22439FD6-D114-4F6F-82EB-DE0F57045DA1.jpeg

    Photo d'illustration

    Les faits liés aux stupéfiants sont également en hausse passant de 261 à 325. Parmi eux, il y a eu le démantèlement de 13 plantations dont la plus importante contenait près de 1.200 plants de cannabis.

    Un chiffre lui aussi en augmentation depuis quelques années, comme ailleurs dans la région. La proximité avec les Pays-Bas ne serait pas anodine. Car si la vente de cannabis est légalisée aux Pays-Bas, la production est elle interdite. Les coffee shops se fournissent donc via des réseaux criminels. « Parmi les plantations démantelées, il y en avait bien sûr pour inonder le marché belge mais aussi des auteurs Hollandais. Ceci n'engage que moi mais sont ils plus contrôlés chez eux ? Je ne sais pas. » Mais le phénomène qui inquiète le plus Alain Lambert, c'est de constater qu'on essaye les stupéfiants de plus en plus jeune, entre 12 et 16 ans. « On va donc mettre en place un volet prévention avec les écoles et les acteurs de terrains. Pour expliquer aux jeunes les dangers des drogues. ».

    (Sudpresse)

    Lien permanent Catégories : Drogue
  • Un conducteur hollandais intercepté à Visé avec de l'héroïne

    F4F6B4C9-6E99-49FD-ABFC-8609116D7DEE.jpeg

    Photo d'illustration

    Hier samedi, en fin de journée, la police a intercepté un conducteur hollandais sur l'autoroute E25 à Visé. Aidés d'un chien drogue, le véhicule a été fouillé. Ce sont pas moins de 165 grammes d'héroïne qui ont été découverts. Le dealer a prétexté qu'il s'agissait d'un véhicule de location et que la drogue ne lui appartenait pas. Les policiers ne l'ont pas cru...

    Le magistrat de garde l'a privé de sa liberté et il a été déféré au parquet. Un juge d'instruction a été saisi du dossier. 

    Lien permanent Catégories : Drogue
  • De la cocaïne et des illégaux dans un bar à chicha clandestin de Visé

    5D47E413-428E-42C8-9517-65461B0C8863.jpeg

    Photo T.VA

    Un bar à chicha clandestin était installé dans un bar « classique » installé rempart des Arquebusiers, dans le centre de Visé (ancien garage Citroën). De la cocaïne a été saisie et plusieurs personnes en séjour illégal ont été arrêtées. L’avenir de ce bar à chicha se décidera dans les prochains jours.

    L'article complet d'Arnaud Bisschop dans nos éditions du jour

    Lien permanent Catégories : Drogue
  • La police de la Basse-Meuse saisit 1 kg de cannabis et une importante somme d'argent

    photo-1519181236443-b175d4c3ca1d.jpg

    Photo d'illustration

    Il était environ 22h30 hier lorsqu'une patrouille anti-banditisme de la police de la Basse-Meuse circulant à Hermée a eu l'attention attirée par un rassemblement de plusieurs jeunes autour de plusieurs véhicules.

    Un de ces véhicules avait le coffre ouvert et les inspecteurs ont ainsi découvert 1 kg de cannabis qui y était entreposé. Une somme d'environ 1.000 € a été découverte à bord. Le propriétaire, un Oupéen âgé de 27  ans, a reconnu qu'il venait d'acheter la drogue pour 5.000 € derrière les halles des foires de Coronmeuse. Selon lui, les stupéfiants étaient destinés à son usage personnel, tout en avouant en revendre un peu...

    L'individu n'est pas connu pour des faits de drogue. Le magistrat de garde, averti, l'a privé de sa liberté et il a été déféré au Parquet. Un juge d'instruction a été saisi et l'enquête se poursuit par les auditions des autres personnes qui se trouvaient sur place au moment de l'intervention des policiers. (P. Neufcour)