Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Musée - Page 5

  • LE DEVOIR DE MÉMOIRE 1914-1945 vient de sortir. 132 pages de conseils

    CCF475CF-A746-4079-8694-744C50EA2FAF.png

    LE DEVOIR DE MÉMOIRE 1914-1945 vient de sortir. 132 pages de conseils

    Sortie dernièrement, cette édition du comité national belge du Souvenir (asbl) écrite par son président Jean-Pierre Schellekens analyse cette période 1914-1945. Il tente de démontrer combien les découvertes scientifiques (amplement expliquées), les souffrances des populations, les évolutions mentales, les erreurs politiques et les espoirs d’un monde meilleur se suivent et se ressemblent pour n’être compris que dans une seule époque globale qui réunit les 2 guerres mondiales. L’auteur veut aiguiller le lecteur à cultiver un esprit critique concernant les interprétations des faits et à souligner l’importance d’une empathie envers ces situations que nous espérons ne plus jamais revivre.

    Il évoque la mémoire dans notre société : celle de différents héros tant dans leur vie que par leurs exploits, le rôle des écrivains (cités en grand nombre) et l’importance de la musique (un grand nombre de titres de CD nous est donné dans ce livre). Les monuments de nos villes et les peintres qui ont transcrit dans leurs œuvres leur expérience de la guerre sont aussi d’autres piqures de rappel. La plupart de temps, l’immédiate après-guerre a été l’heure du pacifisme. L’auteur insiste aussi sur la pédagogie et l’importance des visites de site (pour la Belgique, Breendonk ou Malines ou pour l’ailleurs, Auschwitz). Il ne négative pas cette période car ce fut l’occasion de découvertes médicales. Mais à contrario, des innovations chimiques, biologiques , technologiques développèrent aussi les mécanismes de mort. Après ces guerres, des améliorations sociales (la sécurité sociale) et des changements économiques virent le jour.

    La mémoire vise aussi les victimes, comme les résistants militaires et civils mais aussi la population civile dans son ensemble - comme ceux qui moururent de faim en 1914 – et surtout la shoah.

    M.Schellekens aborde et c’est important le comportement humain de la mémoire avec le danger de l’indifférence ou le droit à l’oubli, le chagrin et la foi. Ce devoir finalement c’est le poids du passé sur l’avenir : sur les deux guerres pourquoi se souvenir, comment le faire. Une question essentielle dans ces conflits : pourquoi mourir pour un autre ou la solidarité et de citer des extraits de Malraux lors de l’entrée de Jean Moulin au panthéon ou de l’opéra 31 mai 1413 et de quelques autres.

    Arrive en fin de livre une abondante documentation : une liste de bibliothèques, une nombreuse sélection de films, de littératures , de musiques tant de films que sacrées, classiques ou des chansons populaires. Il y a aussi des œuvres d’art à voir, des pièces de théâtre à découvrir. Importantes aussi les tombes des soldats inconnus de par le monde et les dates de commémorations, les centres de recherches où retrouver une victime militaire ou civile. Une bibliographie historique parachève ce livre important pour l’enseignant, le chercheur, le passionné d’histoire. Un index des centaines de noms de personnes ou de lieux cités est des plus instructifs avec une liste de la centaine d’illustrations. Bonne synthèse rarement trouvée dans un seul ouvrage.

    JPRGM

  • Visé : la Maison de la Montagne Saint Pierre, un lieu à (re)découvrir

    360642EA-37D9-45B4-BC60-B7F6D075B3BA.jpeg

    Photo P. Neufcour

    La Maison de la Montagne Saint-Pierre, un lieu à découvrir !

     

    SAISON 2021

    Réouverture de la Maison de la Montagne Saint-Pierre, Place du Roi Albert à LANAYE

    Vous pourrez découvrir ou redécouvrir l’exposition permanente intitulée « Un bijou naturel dans un écrin millénaire » à partir du samedi 1er mai jusqu’au 31 octobre 2021.

    Le musée vous accueillera les week-ends et jours fériés de 14h à 18h, et en semaine sur demande et sur réservation par téléphone au 04/3748493.

    Prix d’entrée : 2,50 € pour les adultes, 1 € pour les moins de 18 ans, ainsi que les groupes, les étudiants, les retraités, les personnes handicapées.

     

    Quelques événements à retenir :

    L’exposition temporaire Archeolo-J, "du chantier au musée" sera visible à partir du samedi 1er mai !

     

    Les prochaines balades dans la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre, avec un guide de Natagora (sur inscription par téléphone au 04/374.84.93), sous réserve des mesures sanitaires en vigueur :

    Dimanche 23 mai 2021

    Dimanche 6 juin 2021

    Dimanche 20 juin 2021

    Dimanche 25 juillet 2021

    Dimanche 8 août 2021

    Dimanche 29 août 2021

     

    Nombre de participants limités !

    N’hésitez pas à découvrir un musée près de chez vous et réalisé pour vous !

     

    Francis Theunissen

    Echevin des Travaux et des Plantations

     

    Xavier Malmendier

    Echevin de l’Environnement

  • LANAYE : L’archéologie, un sujet qui passionne petits et grands !

    E37B047F-3ED1-4B7E-8E8F-396D429ABD87.jpeg

    La Maison de la Montagne Saint-Pierre vous présente l’exposition "Du chantier au musée" de l’asbl Archeolo-J.

     

    Qu’est-ce que l’archéologie ? Comment détecter un site archéologique ? Quelles sont les différents types de fouilles archéologiques ? Comment se déroule une fouille ? Comment dater les vestiges archéologiques et que deviennent-ils ? ...

    Cette exposition vous propose de découvrir toutes les facettes de l’archéologie depuis le repérage d’un nouveau site jusqu’au devenir des vestiges archéologiques.

    De plus en plus professionnelle et systématique, l’archéologie contribue à la découverte de notre patrimoine. Grâce aux énormes progrès techniques et méthodologiques, elle enrichit de façon remarquable la connaissance de notre passé.

    Différentes thématiques sont abordées dans cette exposition : les procédés de prospection, les différents types de fouilles et les techniques récentes de levés, la restauration et la conservation du mobilier… et aussi le pourquoi de l’archéologie.

    Outre une mise en page moderne, un encart spécial « kids » est prévu en bas de chaque panneau.

    Alors n’hésitez pas à venir découvrir cette exposition gratuite au musée de la Montagne Saint-Pierre, Place du Roi Albert à Lanaye (4600 VISE) du samedi 1er mai au dimanche 4 juillet, ouvert les samedis et dimanches de 14h à 18h!

     

    Francis Theunissen

    Echevin des Travaux et des Plantations

     

    Xavier Malmendier

    Echevin de l’Environnement

  • Musique et chansons au musée régional de Visé

    D9ABD5DD-04A7-4FF1-8E89-852ADBDD512A.jpeg

    La Société royale archéo-historique de Visé et de sa région (son sigle est bien la S.R.A.H.V.) aurait-elle pu s’appeler contre notre consoeur hutoise, le cercle hutois des sciences et des beaux-arts ? Et c’est vrai que les sujets de recherche ne sont pas seulement l’archéologie avec des campagnes de fouilles et des découvertes étudiées et placées au musée, Ne sont pas seulement l’histoire ou relations entre les êtres humains dès l’invention de l’écriture. Ne sont pas seulement les Beaux-Arts et les Sciences mais aussi d’autres arts, comme par exemple la Musique.

    Dès le départ de l’institution centenaire, on retrouve un membre de la famille Martin, musicien dans l’âme qui composa le chant de Visé, chant des déportés visétois ( pour rappel, ces hommes adultes furent au nombre de 631). Dans les Visétois et Bassis-mosans célèbres, on compta plusieurs musiciens.

    Mentionnons une dame originaire de Chimay qui devint comtesse de Mercy-Argenteau par son mariage. Elle était non seulement mélomane jusqu’à inviter Franz Liszt et de jeunes musiciens russes, comme Cui et Borodine chez elle et dans la célèbre salle de l’Emulation de Liège mais en plus elle composait et interprétait des arias (édité par Musique en Wallonie) ; Carlo Bronne, les rendez-vous de Richelle et une de nos membres Mme Bosak ont écrit le récit de cette dame et de sa fille.

    Indépendamment de quelques partitions oui instruments que le musée possède et de quelques publications sur cet art (sur les gloires locales qui ont fait fortune en France comme A.M.Gretry ou C.Franck ou plus près de nous mais avec fortune faite en Angleterre, Jean Lensen, musicien de salon et auteur d’une septantaine de 78 tours devenus de plus en plus rares. (PS 78 tours désigne un disque d’au moins 25 cm de diamètre qui tournait à 78 tours la minute et qui domina la production musicale jusque 1950).

    Le musée régional a fait plus, suite à la grande exposition de 2014, la conservatrice Cécile Lensen a réalisé une exposition d’une trentaine de panneaux sur la musique et les chansons composés durant cette guerre et les a définis en fonction de thèmes. L’exposition débute à la Belle Epoque car la musique faisait partie de la vie de nos aïeux : on était membre d’une harmonie, on chantonnait en rue et dans les maisons, on achetait avec volupté les partitions, on allait écouter les chanteurs populaires tout en appréciant les opérettes et même les opéras. La radio et l’électrification des instruments ne se développèrent que dans les années 30. L’exposition se visitait avec des MP3 car sur chaque panneau, on pouvait écouter des airs spécifiques. Ce fut une recherche assidue rendue possible avec l’aide des musicologues Françoise Lempereur ou Stéphane Daddo (attaché à l’orchestre philharmonique de Liège). Un grand nombre de partitions fut trouvé à l’iHOES de Jemeppe. Et pourquoi pas avec les partitions découvertes, proposer à une chorale de composer un concert de chansons de cette époque et pourquoi pas à partir de là, réaliser un C.D. de musique d’alors. Le royal cercle choral César Franck de Visé accepta de relever ce défi avec toute la « science harmonique » de son chef Jean-François Berger et l’aide apportée par la Fédération Wallonie-Bruxelles permit sa réalisation pratique. Encore bravo aux 70 choristes et à l’équipe du musée. Une pochette composée par Melle Lensen en donna l’aspect historique et parfois novateur. Malgré la période difficile pour les activités culturelles, nul doute que l’on pourra réécouter ce concert prochainement. Le C.D. qui a obtenu un bon succès est toujours disponible au musée de Visé. (043748563)

    Pour terminer, il arrive que la S.R.A.H.V. organise aussi des concerts : nous avons reçu ainsi l’harmonie de Fouron-Saint-Martin, l’ensemble de musique de la 2e guerre Jack Gondry ou le Combo Belge ou même un concert de Luth par Agnès Tamignaux…..

     

    JPRGM

  • La BD au Musée de Visé

    thumbnail_bdnnv.jpg

    La bande dessinée au musée régional de Visé

    La bande dessinée est depuis longtemps entrée au musée de Régional de Visé.

    Au centre de documentation historique, nous acquérons et conservons la plupart des œuvres de nos auteurs locaux (MittéÏ, Walthéry, les frères van Linthout (et Stibane).

    Certaines de nos illustrations ont pu aussi servir de trame à des livres comme Falkenberg avec le récit de la destruction de Visé en août 14 avec la chapelle de Lorette où serait cachée une dalle templière, l’actuel centre culturel, l’hôtel de ville, le Grand Hôtel où se tenait l’état-major allemand.

    thumbnail_Train dans labD.jpg

    L’année 2009 et 2010 était au niveau du commissariat général au tourisme centrée sur la BD. En 2010, mis en musique par Melle Zecchinon, on présenta le train dans la BD………sauf les œuvres de Hergé. Une vingtaine de banderoles qui sont toujours disponibles pour être présentées par ailleurs dans des expositions thématiques.

    La même année, l’institut Saint-Luc de Liège, à la demande de Musée et Société en Wallonie, parcourut les différentes musées pour en montrer en une page la diversité ou l’attrait des collections. La page fut réalisée avec humour et nous vous la faisons parvenir.

    Un musée n’est-il pas une grande bande dessinée où se suivent des épisodes des collections ; A voir

    JPRGM