Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sécurité routière - Page 5

  • La SOFICO communique : fermeture trimestrielle pour entretien

    842F9374-0821-4BC4-B5B0-48F1CE8A83A4_1_105_c.jpeg

    Liège - Liaison E25-E40/A602 :

    Fermetures nocturnes pour entretien trimestriel 

    Afin d’offrir des conditions de sécurité et de mobilité optimales aux usagers qui empruntent la liaison E25-E40, 7 nuits de fermeture sont prévues, sous réserve des conditions météorologiques, à partir de ce samedi 7 mars, pour exécuter les travaux trimestriels d’entretien, ainsi que des travaux supplémentaires au niveau de conduites d’eau.

     

    Les fermetures seront prévues comme suit :

    -      Du samedi 7 mars à 21h au dimanche 8 mars à 12h :

    o   Vers Bruxelles : fermeture à partir de l’échangeur n°40 « Embourg » jusqu’à l’échangeur n°33 « Saint-Laurent/Burenville »

    o   Vers Bruxelles, de 21h à 6h : l’autoroute sera en plus fermée à hauteur de l’échangeur n°33 « Saint-Laurent/Burenville » à Les usagers pourront emprunter la sortie et remonter directement sur la bretelle d’accès au même échangeur.

    Ø  Cette fermeture de l’autoroute est nécessaire pour des travaux sur une conduite d’eau par la CILE.

    o   Vers Luxembourg : fermeture à partir de l’échangeur n°35 « Avroy » jusqu’à l’échangeur n°39 « Chênée »

    Ø  Cette fermeture est nécessaire pour des travaux lourds de remplacement d’équipements électromécaniques des tunnels.

     

    -      Du dimanche 9 mars à 22h au lundi 10 mars à 6h : l’autoroute sera uniquement fermée en direction du Luxembourg à hauteur de l’échangeur n°33 « Saint-Laurent/Burenville » à Les usagers pourront emprunter la sortie et remonter directement sur la bretelle d’accès au même échangeur.

    Ø  Cette fermeture est nécessaire pour des travaux sur une conduite d’eau par la CILE.

     

     

    -      Du lundi 9 au mardi 10 mars, du mardi 10 au mercredi 11 mars, du mercredi 11 au jeudi 12 mars et du jeudi 12 au vendredi 13 mars (21h-6h) : fermetures trimestrielles habituelles pour l’entretien de la liaison entre l’échangeur n°35 « Avroy » et l’échangeur n°39 « Chênée » dans les deux sens de circulation. La circulation sera également réduite à une seule voie pendant ces mêmes nuits entre les sorties « Embourg » et « Chênée » et entre les sorties « Bonne Fortune » et « Avroy » dans les deux sens de circulation.

     

    -      Du samedi 14 mars à 21h au dimanche 15 mars à 12h :

    o   Vers Luxembourg : fermeture entre l’échangeur n°38 « Grosses-Battes » et l’échangeur n°39B « 18 Arcades ».

    o   Vers Bruxelles : fermeture entre l’échangeur n°39 « Chênée » et n°38 « Grosses-Battes ».

    Ø  Cette fermeture est nécessaire pour des travaux lourds de remplacement d’équipements électromécaniques au tunnel des Grosses-Battes.

     

     

    Les déviations habituelles seront mises en place via l’A604, itinéraires S1 et S20.

     

    Pour rappel

    La fermeture trimestrielle de la liaison permettra d’effectuer divers nettoyages, l’entretien de la ventilation ainsi que des équipements électromécaniques. Elle sera également l’occasion pour les services de secours de réaliser divers exercices.

    Ce regroupement de chantiers d’entretien permettra de réaliser des économies en effectuant une seule pose de signalisation, de moins impacter le trafic et d’assurer une meilleure sécurité des ouvriers en utilisant une signalisation fixe.

    Pour rappel, la liaison E25-E40/A602 est quotidiennement fréquentée par 70.000 à 90.000 véhicules.

    Ces travaux seront réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO, le SPW Mobilité et Infrastructures.

  • Respectez notre vie, ralentissez ! La nouvelle campagne de la Sofico

     

    thumbnail_image016.jpg

    En ce mois de mars, la SOFICO lance une campagne visant à sensibiliser les usagers à l’importance de respecter les agents qui travaillent sur les autoroutes et les routes nationales en ralentissant à l’approche des zones de chantiers.

     Chaque jour, les agents du SPW Mobilité et Infrastructures, le partenaire technique de la SOFICO, circulent sur les autoroutes et nationales de Wallonie pour réparer la voirie, surveiller l’avancement des chantiers, assurer la sécurité des usagers… Travaillant souvent à 50 centimètres seulement des véhicules, ils regrettent que de nombreux automobilistes ne prennent même pas la peine de ralentir lorsqu’ils arrivent dans une zone de chantier, mettant leur vie en danger.

     

    Afin de réaliser cette campagne, quatre agents ont accepté de livrer leur témoignage pour raconter les situations qu’ils vivent au quotidien :

    -      Céline, 27 ans, contrôleuse au district de Marche-en-Famenne depuis trois ans

    -      Daniel, 61 ans, patrouilleur au district autoroutier d’Awans depuis 25 ans

    -      Muriel, 48 ans, contrôleur au district autoroutier de Wanlin depuis 15 ans

    -      Fabian, 46 ans, contremaître au district autoroutier de Wanlin depuis 3 ans

    Leurs témoignages seront relatés dans des capsules vidéo diffusées tout au long du mois de mars sur la page Facebook, le compte Twitter et le site web de la SOFICO.

     

    CHANTIER = ZONE DE DANGER POUR TOUS

    Un chantier, avec ou sans ouvriers en activité[1], reste une zone de danger pour tout conducteur puisque la configuration habituelle de la voirie est modifiée : les bandes de circulation sont rétrécies, déviées…

    Il est donc essentiel de respecter les limitations de vitesse pour sa propre sécurité, pour celle des autres usagers et pour celle des ouvriers qui peuvent y travailler.

     

    EN QUELQUES CHIFFRES…

    Chaque année, sur les autoroutes wallonnes, à hauteur d’un chantier, on recense en moyenne[2] 4 décès et 159 blessés (99 accidents). 

     

    Chaque semaine, en moyenne, sur les autoroutes belges, deux camions absorbeurs de chocs, qui accompagnent les chantiers mobiles, sont endommagés suite à un accident de circulation.

    thumbnail_image017.jpg

    UNE CAMPAGNE VISIBLE SUR 300 PANNEAUX

    Cette campagne, qui sera affichée pendant tout le mois de mars sur les 300 panneaux qui bordent les autoroutes et principales nationales de Wallonie rappellera donc à chacun l’importance de ralentir à proximité d’une zone de chantier.

     Elle sera également déclinée dans quatre vidéos disponibles dès le mois de mars sur la page Facebook, le compte Twitter et le site web de la SOFICO.

     Enfin, chaque semaine cette thématique sera abordée sous un angle différent sur les réseaux sociaux de la SOFICO.

     

    Vous pouvez télécharger via ce lien les affiches et la première vidéo de la campagne : https://we.tl/t-LzMNn7eN2u

  • Basse-Meuse : cinq personnes ont perdu la vie sur les routes en 2018

     

    Photo d'archives P. Neufcour

    Le nombre d'accidents de roulage est relativement stable au sein de Mosa. Il y en a eu 864 en 2017 et 828 en 2018. Et les lieux les plus accidentogènes au sein de la zone de police sont la chaussée de Tongres à Juprelle et la rue du Long Fossé à Oupeye.

    Parmi tous ces accidents, on peut dénombrer, en 2018, 202 accidents avec lésions corporelles contre 190 en 2017. Le nombre de tués de la route est, fort heureusement, toujours très bas. Même s'il y en a eu une nette hausse entre 2017 et 2018, on passe de 1 à 5 morts. « Et on en avait déjà eu 5 morts en 2015 et 2016. Pour nous, d'année en année, ce sont des chiffres qui finalement restent super stables » signale Alain Lambert, le chef de zone. Ce n'est pas pour autant que la zone de police ne veut pas agir pour faire baisser ces chiffres. Au contraire. Puisque la vitesse excessive est souvent la première cause des accidents, huit boîtiers pouvant accueillir des radars répressifs vont être installés prochainement. Il y en aura un à Bassenge, Blegny, Dalhem et Juprelle et deux à Oupeye et Visé.

    (Info Sudpresse)

  • E42/A27 – Battice : la vitesse reste limitée à 80 km/h

    image.jpg

    Les résultats des tests qualitatifs effectués suite aux travaux de reprise de rugosité du 14 janvier dernier sur l’E42/A27 entre Battice et Verviers ont révélé que la rugosité n’était toujours pas suffisante pour permettre d’enlever la limitation de vitesse actuellement en vigueur à 80 km/h.

     

    L’opération de reprise de rugosité par projection d’eau n’ayant pas abouti au résultat espéré, de nouveaux travaux de reprise de rugosité seront effectués de manière plus agressive via une technique de micro-rabotage de la surface de la chaussée. Cette technique sera d’abord testée au début du mois de février afin d’évaluer le rendement de la machine utilisée et de pouvoir planifier la suite des opérations de manière rigoureuse.

     

    Le tronçon qui sera testé et les mesures de circulation imposées lors de ces opérations seront communiqués ultérieurement.

     

    Afin de garantir la sécurité des usagers, la vitesse restera limitée à 80 km/h tant que la voirie n’aura pas retrouvé une rugosité suffisante.

     

    thumbnail_image002.jpg

    Pour rappel 

    La circulation est limitée à 80 km/h sur l’E42/A27 entre Battice et l’échangeur de Dison (soit 4 km) dans les deux sens de circulation depuis le 19 décembre dernier.

    Cette limitation de vitesse a été mise en place pour des raisons de sécurité, différents tests ayant déterminé que la rugosité de la voirie était insuffisante sur plusieurs portions de ces deux tronçons. 

    Contact : Elodie CHRISTOPHE | Adjointe à la communication à la SOFICO | +32 479 86 55 21 | elodie.christophe@sofico.org

    Rejoignez-nous !    

  • Voici la localisation des nouveaux radars qui seront installés en 2020 pour la Province de Liège

    Au 31 décembre 2018, la Wallonie comptait 215 radars. D’ici la fin de l’année, il y en aura 69 de plus, selon le décompte fourni par la ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue (MR). Mouscron, Thuin, Celles, Bastogne, Wavre, La Louvière, Namur, Dinant ou encore Neupré : ces engins ont fleuri un peu partout (retrouvez leur localisation exacte sur nos sites web) au cours des derniers mois. Le rythme d’implantation sera nettement plus soutenu en 2020. «Selon les conditions météorologiques et les contraintes liées aux travaux, on devrait installer une dizaine de radars chaque mois», indique la ministre Valérie De Bue.

    Pour les autres provinces, lire l'article complet dans La Meuse. 

    (Ndlr:cet article avait été retiré à la demande de la rédaction "papier" lors de sa première publication).