Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nature - Page 2

  • Celle-là, je la dédie à un copain de Devant-le-Pont...

    C4198D22-EF79-4DFC-AC3C-E6CE55C5C340.jpeg

    ©  Benoît Huc

    Voici une linotte mélodieuse. (Voir en grand) C'est un des oiseaux que je croise le plus souvent dans ma région agricole. Je n'ai par contre jamais vu ce granivore à la mangeoire. Lors de chaque sortie à travers les champs de Hesbaye, j'en observe de grands groupes (régulièrement plusieurs centaines d'individus) qui se nourrissent surtout dans des zones où des agriculteurs ont laissé des plantes en graines sur pied durant toute la saison froide. (Cela se fait le plus souvent dans le cadre de programmes environnementaux subsidiés et particulièrement efficaces).

    On observe alors les "boules" de linottes mélodieuses se déplaçant, se posant et décollant sans cesse en parfait synchronisme. Ce n'est qu'à partir de la mi-avril que les linottes entreront en période de reproduction. D'ici là, les mâles vont se parer de couleur rouge vif au niveau de la poitrine, du ventre et du front ce qui les rendra particulièrement beaux et faciles à reconnaître.

    Durant cette période de reproduction, les couples unis pour toute la saison ne vont plus se quitter. L'année passée, j'ai observé longuement des femelles qui construisaient leur nid dans les ronces. Dans leur quête de matériaux de construction, chacune était systématiquement accompagnée par son mâle mais celui-ci ne transportait rien du tout. Il se contentait de chanter à proximité de Madame qui boulotait... J'étais d'ailleurs un peu outré de constater un tel machisme 
</section>
<section class=

  • Le busard Saint-Martin en chasse

    30814E8D-91A5-4C4A-A02C-BDCABB46CCE9.jpeg

    © Benoît Huc

    Voici un busard Saint-Martin en chasse sur une friche hesbignonne (la Hesbaye est une région de Belgique largement consacrée à l'agriculture). Le Busard Saint-Martin effectue un vol assez chaloupé très près du sol pour repérer ses proies, essentiellement des petits vertébrés comme les campagnols mais aussi de gros insectes et éventuellement des passereaux comme le Pipit farlouse ou l'Alouette des champs. La nidification à même le sol commence en avril. Il faudra une quarantaine de jour à la femelle pour assurer la ponte et la couvée des 3 à 6 oeufs. Puis, après l'éclosion, les jeunes auront encore besoin de 40 jours pour pouvoir voler à condition qu'une faucheuse, un prédateur ou un individu peu scrupuleux ne soient pas passés par là pour tout anéantir... En cas de nichée repérée, il ne faut surtout pas s'en approcher. En Belgique, le Département Nature et Forêt (DNF) peut être contacté par téléphone au "1718". Il s'occupera de la protection de la nichée. Natagora gère aussi ce genre de mission. (Voir avec Vincent Leirens pour plus d'infos https://www.facebook.com/vincent.leirens ) En France, je conseille de prévenir la LPO. C'est important de protéger le Busard Saint-Martin tout comme nos autres busards (Busard des roseaux, Busard cendré et Busard pâle) et autres oiseaux. Dans ma région, je constate que de plus en plus d'agriculteurs se préoccupent du sort des oiseaux et sont demandeurs de renseignements et conseils. Je les invite toujours à signaler eux-mêmes les nichées de busards qu'ils observent dans leurs champs...

    (Pour voir l'image en HD, cliquer sur la photo de la page FB du blog)

  • Un contre-jour à ne pas tenter !

     

    9D90B127-F9C6-4EAD-8951-205C8DC87E7A.jpeg

    © Benoît Huc

    "Soleil, crécerelle et campagnol" (dans les pattes du faucon crécerelle).
    Ces 3 éléments me disent que finalement tout est très éphémère à l'échelle de l'éternité... Depuis des milliards d'années, notre étoile voit défiler un tas de scènes de vie et de mort et ça ne l'empêchera pas d'elle-même s'éteindre un jour... Entre-temps, un timbré s'est amusé à "immortaliser" cette scène...
    Je me dois néanmoins de vous déconseiller fortement d'essayer ça, surtout avec un appareil réflex : la concentration des rayons dans votre oeil pourrait le rendre nettement plus éphémère que prévu... Quel que soit le type d'appareil vous pourriez aussi largement augmenter l' "éphémérité" de son capteur. J'avoue avoir suivi ce faucon là où il m'emmenait ; j'ai été le premier surpris de voir arriver le soleil dans mon cadre... Ce n'était pas très malin de ne pas stopper immédiatement la rafale... Il semble que cette fois, mon boîtier hybride ait résisté... 

    Sur la page FB, cliquez sur la photo pour la voir en haute def. Ici je suis limité à 720 pxls

  • Benoît nous propose une femelle du busard Saint-Martin

    28273FF7-CDDD-4E6F-B62D-7CFB28D15790.jpegBenoît 

    © Benoî Huc

    Busard Saint-Martin femelle. (Voir en grand) Ce n'est que la deuxième fois que parviens à photographier le Busard Saint-Martin avec autant de détails. La première fois c'était dans une plus belle ambiance mais mon disque dur s'était planté et je n'ai jamais pu le récupérer...

  • L'alouette lulu

    E6B0380E-3018-4A00-8999-2C97E73008A1.jpeg

    © Benoît Huc

    L'Alouette lulu (voir en grand) hiverne principalement dans le Sud de l'Europe où elle peut aussi séjourner durant toute l'année. En cette période migratoire, les individus qui ont hiverné dans le Sud rejoignent leur territoire plus nordique (jusqu'en Russie) où ils vont passer le printemps et l'été pour se reproduire. Certains d'entre eux n'iront pas plus loin qu'en Belgique pour nicher mais ils ne sont pas très nombreux à choisir cette option. Cet individu-ci chante à tue-tête dans une jeune plantation de sapins, quelque part en Haute-Belgique où l'on observe parfois des nichées. Croisons les doigts : ça semble bien parti pour cette année... Encore faudra-t-il que le nid construit à même le sol et ses occupants résistent aux fauches, aux pulvérisations, aux sangliers qui sont élevés en surnombre par les chasseurs et qui ingurgitent tout ce qu'ils trouvent au sol, etc. Vraiment pas simple, la vie d'oiseau...