Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Divers - Page 4

  • Gare de Visé - on n’est pas au bout de nos peines !

     

    _DSC0060.JPG

    Photo : © P. Neufcour

    Voici la réponse reçue par le Cabinet du Bourgmestre suite à une motion envoyée à la SNCB concernant l'accès des quais de la gare aux personnes à mobilité réduite : 

    SNCB courrier :

     

    « Monsieur le Bourgmestre,

     

    La motion votée par le Conseil Communal de la Ville de Visé nous est bien parvenue et a retenu toute notre attention.

     

    La difficulté d’accès aux quais des gares pour les personnes à mobilité réduite est, hélas, trop fréquente.

    Adapter l’infrastructure ferroviaire aux normes actuelles d’accessibilité PMR entraîne des travaux lourds (rehaussement des quais, construction de rampe ou d’ascenseurs) et donc assez conséquents en matière d’études et d’investissements.

    La SNCB, bien que volontaire dans ces matières et engagée via son contrat de gestion à améliorer l’accessibilité des gares pour les PMR, doit donc faire des choix.

     

    Lors de travaux de construction ou de rénovation des gares, l’accessibilité des PMR est toujours prise en compte pour que les aménagements répondent aux normes et obligations en vigueur (normes régionales, fédérales et européennes).

     

    Pour le cas précis de Visé, la SNCB et Infrabel prévoient le renouvellement du quai central. Ce projet est planifié au PPI en 2020-2021. La configuration actuelle de l’accès aux quais (un escalator montant et un escalier) ne permet pas l’installation d’un ascenseur supplémentaire. Cependant, une réflexion a été réalisée en collaboration avec vos services afin de réorganiser le site de la gare. Celle-ci a abouti notamment à l’intégration d’un nouveau bâtiment voyageurs dans l’urbanisation de la zone de parking actuelle ainsi qu’un nouvel accès au quai accessible aux PMR. La réalisation de ces travaux n’est pas actuellement planifiée dans le plan d’investissement 2018-2022, mais nous analysons la possibilité de les intégrer lors d’une révision prochaine de celui-ci.

     

    Pour le point relatif au fonctionnement de l’escalator, la SNCB a connaissance du problème et regrette la situation. Il s’agit le plus souvent, dans le cas de Visé, de l’usage intempestif du bouton d’urgence par des personnes distraites ou malveillantes.

     

    Le personnel de gare à la mission de réarmer le système de démarrage de l’appareil le plus vite possible et un système de réarmement automatique sera installé dans les prochains mois.

     

    Nous vous prions de croire, Monsieur le Bourgmestre, en l’assurance de notre considération distinguée.

  • Plusieurs rues de Visé fermées à l'occasion des matches des Diables Rouges

    Voici les dates et les rues concernées où la circulation des véhicules est interdite :

    du 18 juin 2018 à 16h au 19 juin 2018 à 06h00 du 23 juin 2018 à 12h00 au 24 juin 2018 à 06h00 du 28 juin 2018 à 18h00 au 29 juin 2018 à 06h00

    -Place Reine Astrid

    (tronçon entre l’avenue Albert 1er et l’avenue du Pont)

    -Place Reine Astrid

    (tronçon entre l’avenue du Pont et la rue du Collège)

    -Place Reine Astrid

    (tronçon entre l’avenue du Pont et la rue Dodémont)

    -Avenue du Pont

    (tronçon entre la rue des Récollets et la Place Reine Astrid)

    (Source : La Meuse)

    Lien permanent Catégories : Divers
  • Basse-Meuse : des milliers d'habitants privés d'eau

    Burst-pipe-Orillia.jpg

    Voici déjà quelques heures maintenant que les habitants de Vivegnis, Hermalle, Haccourt et Oupeye sont privés d'eau. La SWDE est au courant du problème, et les équipes de garde cherchent "la" fuite. Il n'est pas possible actuellement de se prononcer quant au moment où la situation sera redevenue normale.

  • UNE BALADE « RALLYE CLASSIQUE » POUR FÊTER LA NOUVELLE FRONTIÈRE BELGO-NÉERLANDAISE VISE, 19 avril 2018

    fullsizeoutput_12432.jpegA l'occasion de nouveau tracé de la frontière entre la Belgique et les Pays-Bas entré en vigueur le 1er janvier dernier, les autorités des deux pays ont eu l'idée de célébrer l'événement en organisant une balade « rallye classique ». Celui-ci aura lieu le dimanche 6 mai prochain à travers les communes limitrophes des deux pays.

    C'est à l'asbl Basse-Meuse Classic Automobile Club, déjà organisatrice des 6 Heures de Visé que les autorités néerlandaises ont fait appel pour l'organisation de cette manifestation. "L'idée était d'organiser un rallye classique qui ferait plusieurs haltes gourmandes dans les communes limitrophes du lieu où la nouvelle frontière se trouve. A plusieurs reprises sur le parcours, les véhicules passeront à proximité de la nouvelle frontière", expose Philippe Budin, organisateur, qui poursuit en détaillant le parcours. "Le départ se fera à 9h15 devant le bâtiment de la province de Limbourg à Maastricht, là où a été signé le Traité de Maastricht. Les voitures partiront alors vers Valkenburg où un arrêt est prévu au magnifique Château Saint Gerlach. Départ ensuite vers le Portofino à Eijsden et puis vers l'administration communale de Margraten pour le lunch de midi. La première halte de l'après-midi se fera à Aubel, avant de prendre la route vers l'administration communale de Riemst et de se rendre au Fort Sint Pieter à Maastricht pour la dernière halte de la journée. Ensuite, les voitures se dirigeront vers Visé pour atteindre la ligne d'arrivée sur le site de l’Ile Robison".

    En plus d'amener les participants à la découverte de paysages bucoliques de la région, la balade aura pour originalité de leur faire découvrir des spécialités culinaires des différentes communes traversées.

    EN PRATIQUE 

    Pour ce rallye classique, seuls les ancêtres datant d'avant 1988 seront acceptés. A noter que le nombre de participants est limité à 100 : 50 belges et 50 néerlandais. Les premiers arrivés seront donc les premiers inscrits.

    - Départ prévu à Maastricht à 9:15

    - Arrivée prévue à Visé à 17:45

    CONTEXTE

    La frontière entre la Belgique et les Pays-Bas avait été fixée en 1843 en suivant le point le plus bas de la Meuse. Suite à des travaux d'amélioration de la liaison entre le Canal Albert et le Canal Juliana dans les années 60, des parcelles de territoire belge se sont retrouver en territoire néerlandais et vice-versa. Des parcelles uniquement accessibles par voie fluviale et donc rendue inaccessible depuis les voies terrestres de leur propre pays. C'est pour éviter cette situation qu'il a été décidé en accord entre les deux pays, de revoir la ligne de frontière. Chaque pays a donc récupéré les parcelles de terres qui se trouvaient sur son territoire effectif. Informations et inscriptions : www.crossborderrally.com

  • Nicolas Sarkozy en garde à vue depuis ce matin

    Il s’agit de la première audition de Nicolas Sarkozy depuis l’ouverture d’une information judiciaire en avril 2013. La garde à vue, à l’issue de laquelle il pourrait être présenté aux magistrats afin d’être mis en examen, peut durer 48 heures.

    Des juges du pôle financier enquêtent depuis avril 2013 sur des accusations de financement de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye de l’ex-dignitaire Mouammar Kadhafi. Elles ont été formulées par l’intermédiaire franco-libanais Ziad Takieddine et d’ex-responsables libyens, tandis que d’autres ont démenti. L’ancien chef de l’Etat français a toujours rejeté ces accusations…

     
    Dans cette affaire, qui a émergé en 2012 après la publication par Mediapart d’une note laissant penser à un financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, l’ex-secrétaire général de l’Élysée Claude Guéant a été mis en examen pour faux, usage de faux et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée.

    Les magistrats s’interrogent sur le virement de 500.000 euros perçu par M. Guéant en mars 2008, en provenance d’une société d’un avocat malaisien. Il a toujours expliqué qu’il s’agissait du fruit de la vente de deux tableaux.

    Un autre intermédiaire, l’homme d’affaires Alexandre Djouhri, présenté comme un personnage clé de l’enquête, a été arrêté en janvier à Londres. Il y est actuellement placé en détention, dans l’attente d’une audience sur son éventuelle extradition en France, prévue en juillet.

    L’ancien ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux était quant à lui entendu en audition libre dans le cadre de l’enquête sur des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle victorieuse de 2007 de Nicolas Sarkozy. (Le Monde)