Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Visé-infos - Page 5

  • Gardes médicales de la semaine du 4 au 11 mai 2024 pour la Basse-Meuse et la vallée du Geer

    images.jpegMédecin de garde : du lundi au jeudi soir de 19h00 à 08h00 : un seul numéro : 04/379.09.00. 

    Pour leur sécurité, les médecins de garde de la Basse-Meuse sont en liaison avec les services de la Police.

    Attention :  un poste de garde médicale est ouvert les week-ends et jours fériés de 08 hr à 20 hr rue Basse-Hermalle n° 2, à côté de la clinique. N° unique pour le médecin de garde : 04/374.09.34. 

     - Dentistes de garde : former le 100 pour connaître la liste. (Uniquement le week-end, pas de garde en semaine)

    PHARMACIES DE GARDE :

    SAMEDI 4 MAI 2024  : Pharmacie Mangili  Rue Du Commerce, 31 ROCLENGE-SUR-Geer   - Tél : 04286.15.09

     

    DIMANCHE 5 MAI 2024  : Pharmacie Gerard  Rue Aux Communes, 80 CHERATTE Tél : 04/362.86.19

                                                       Pharmacie Stassen-Bya Rue Provinciale, 629 SLINS

    Tél : 04/278.54.17

     

    LUNDI 6 MAI 2024 : Pharmacie Boffenrath  Rue De La Tour, 7 HERMÉE

    Tél : 04/278.62.52

     

    MARDI 7 MAI 2024 : Pharmacie  Gerard  Rue Vieille Voie, 2 CHERATTE

    Tél : 04/370.21.13

     

    MERCREDI 8 MAI 2024 : Pharmacie Polain  Rue Pierre Michaux, 70 VIVEGNIS

    Tél : 04/264.22.18

     

    JEUDI 9 MAI 2024 : Pharmacie Fivez  Place Reine Astrid, 15 VISE

    Tél : 04/379.13.65

     

    VENDREDI 10 MAI 2024 : Pharmacie Delisse Rue Gervais Toussaint, 2 DALHEM

    Tél : 04/379.17.68

                                                      Pharmacie Marcotty - Dodrimont Chaussée de Tongres 374  JUPRELLE

    Tél : 04/278.51.65

  • Message du Secrétaire général 2024

    journalism-climate.jpg

    Le monde traverse une situation d’urgence environnementale sans précédent qui menace l’existence même de la génération actuelle et des générations futures.

    Il faut que tout le monde le sache, et les journalistes et professionnels des médias ont un rôle clé à jouer à cet égard, en informant et en éduquant.

    Les médias locaux, nationaux et internationaux peuvent placer la crise climatique, la perte de biodiversité et l’injustice environnementale sous les feux de l’actualité.

    Grâce à ce travail, les gens finissent par comprendre la situation critique que connaît notre planète, se mobilisent et ont les moyens d’agir en faveur du changement.

    Les professionnels des médias montrent également la dégradation de l’environnement. Et face au vandalisme environnemental, ils apportent des preuves qui permettent d’amener les responsables à rendre compte de leurs actes.

    Il n’est pas surprenant que des personnes, des entreprises et des institutions puissantes ne reculent devant rien pour empêcher les journalistes de l’environnement de faire leur travail.

    La liberté des médias est attaquée de toutes parts. Et le journalisme de l’environnement est une profession de plus en plus dangereuse.

    Des dizaines de journalistes qui couvraient des sujets tels que l’exploitation minière ou forestière illicite, le braconnage ou d’autres problèmes environnementaux ont été tués au cours des dernières décennies.

    Dans la grande majorité des cas, personne n’a eu à rendre de comptes.

    L’UNESCO signale que quelque 750 journalistes ou organes d’information traitant les questions environnementales ont été attaqués ces quinze dernières années. Et la fréquence de ces attaques va croissant.

    Il y a aussi les actions en justice, qui sont utilisées pour censurer, réduire au silence, arrêter et harceler ces journalistes, tandis les propagateurs de fausses informations sur le climat, qui sont aujourd’hui légion, ne cessent de battre en brèche des solutions qui ont fait leurs preuves, notamment les énergies renouvelables.

    Mais les journalistes de l’environnement ne sont pas les seuls à être en danger.

    Partout dans le monde, des professionnels des médias risquent leur vie pour tenter de nous informer sur tous les sujets, de la guerre à la démocratie.

    Je suis choqué et consterné par le nombre de journalistes qui ont été tués lors des opérations militaires menées par Israël à Gaza.

    L’Organisation des Nations Unies salue le travail extrêmement précieux qu’accomplissent les journalistes et les professionnels des médias pour que le public soit informé et mobilisé.

    Sans faits, nous ne pouvons lutter contre la mésinformation et la désinformation. Sans obligation de rendre des comptes, nous n’aurons pas de politiques solides.

    Sans liberté de la presse, nous n’aurons aucune liberté.

    La liberté de la presse n’est pas un choix, c’est une nécessité.

    Notre Journée mondiale de la liberté de la presse est très importante. Je demande donc aux gouvernements, au secteur privé et à la société civile de se joindre à nous à l’heure où nous réaffirmons notre engagement à protéger la liberté de la presse et les droits des journalistes et des professionnels des médias partout dans le monde.

     

    Antonio Guterres

    Secrétaire Général de l'ONU

  • Gardes médicales pour la semaine du 27 avril au 03 mai 2024 en Basse-Meuse et vallée du Geer

    images.jpegMédecin de garde : du lundi au jeudi soir de 19h00 à 08h00 : un seul numéro : 04/379.09.00. 

    Pour leur sécurité, les médecins de garde de la Basse-Meuse sont en liaison avec les services de la Police.

    Attention :  un poste de garde médicale est ouvert les week-ends et jours fériés de 08 hr à 20 hr rue Basse-Hermalle n° 2, à côté de la clinique. N° unique pour le médecin de garde : 04/374.09.34. 

     - Dentistes de garde : former le 100 pour connaître la liste. (Uniquement le week-end, pas de garde en semaine)

    PHARMACIES DE GARDE :

    SAMEDI 27 AVRIL 2024  :

      - Pharmacie Halfkan-Darcis Rue De La Paix 1/03 BARCHON Tél :  04/387.50.90

      - Pharmacie Horrion  Rue Provinciale, 472 FEXHE-SLINS Tél : 04/278.50.05

      - DIMANCHE 28 AVRIL 2024 : 

      - Pharmayou  Avenue Reine Fabiola, 60 HACCOURT Tél : 04/379.11.05

    LUNDI 29 AVRIL 2024

      - Pharmacie Boveroux-Bodson  Rue Lulay, 30 GLONS Tél : 04/286.19.54

      - Pharmacie Familia Rue Champs De Tignée, 20/1 BARCHON  Tél : 04/325.32.67

    MARDI 30 AVRIL 2024 :

      - Pharmacie Linotte  Avenue Franklin Roosevelt, 23 A VISE Tél : 04/379.11.43

      - Pharmacie Darcis - Deleuse  Grand-Route, 5 WONCK Tél : 04/286.11.95

    MERCREDI 1 MAI 2024 :

      - Pharmacie Weckx Rue Gérard Wilket, 7 SAINT-REMY Tél : 04/387.44.99

    JEUDI 2 MAI 2024

      - Pharmacie Van Leeuw-Marechal Rue Haute, 29 EBEN-EMAEL  Tél 04/286.13.06

      - Lernoux - Lafontaine Rue Du Vivier ,13 HEURE-LE-ROMAIN  Tél : 04/286.12.80

    VENDREDI 3 MAI 2024

      - Pharmacie Huertas Ruiz Rue Masuy, 150 MILMORT Tél : 04/278.52.86

  • À la découverte du vivant au cœur de la montagne Saint-Pierre

     

    722h8xwYakSnKB3Z.jpeg

    Sur un très beau site d’une grande richesse biologique au sous-sol unique, en arpentant les chemins d’un bon pas (parcours de 3-4 km), nous explorons mille et une manières d’être vivant. Les observations s’accompagnent de récits de vulgarisation scientifique, de quiz, de partages, d’activités ludiques, méditatives ou d’expériences sensorielles. Nous ferons une halte à la Villa Castrum, un nouveau centre nature en plein déploiement. Visite accessible sans connaissance préalable à tout adulte ou adolescent. Minimum 5 personnes, maximum 15. Chaussures de marche ou bottines requises.

    RDV à 14h à hauteur de la rue Collinet (entre numéros 41 et 45), 4600 Visé-Lanaye.
    Fin de l’excursion avant 17h.

    Inscription obligatoire par e-mail à info@villacastrum.be.
    Prix : 7€/personne (5€ pour les membres de Natagora, Natuurpunt ou Natuurmonumenten).

    Guide Nature : Hugues Latteur, Natagora.

  • A Lixhe, commémoration de la libération des camps nazis

     

    Vise-mag-Photo-gerbe-2024-1080x675.jpeg

    C’est en 1995, pour commémorer le 50e anniversaire de la libération des camps nazis que, à l’initiative de l’Amicale, fut planté à l’entrée de Lixhe, un érable sycomore. Trois ans plus tard une stèle explicative destinée aux passants fut érigée à son pied. Chaque mois d’avril, l’Amicale y dépose une gerbe de fleurs en hommage aux victimes et aux rares rescapés de ces camps de la mort..
    En souvenir de ces évènements historiques, je vous invite à lire le témoignage condensé de Jacqueline Teyssier, Juive, française qui faisait partie des dernières survivantes des camps de la mort, d’Auschwitz et de Bergen-Belsen.
    « J’avais 20 ans le 17 mai 1944 lorsque je fus déportée au camp de concentration d’Auschwitz Birkenau en Pologne. Malgré les années, rien ne s’est effacé de ma mémoire. Le transfert par wagon à bestiaux, les aboiements des gardiens et des chiens, les coups, le froid, les brimades en tout genre, la peur, l’odeur perpétuelle de la mort, la faim, les poux, les puces, les rats. Les rassemblements pour l’appel en pleine nuit, nues par n’importe quel temps. La musique d’orchestre à Auschwitz, pour masquer les cris des déportés conduits dans les chambres à gaz. Juste avant la libération du camp d’Auschwitz par les Soviétiques, le 27 janvier 1945, je fus transférée au camp de Bergen-Belsen, en Allemagne. C’est dans ce camp que j’ai contracté le typhus. Le 15 avril 1945 les Anglais nous libèrent, nous désinfectent et nous distribuent du lait chaud. C’est un dimanche soir, il est 17 heures. J’ai les deux poumons perforés et pèse à peine 28 kilos. Mes chances de survie sont minimes mais après plusieurs mois d’hospitalisation, je revis ! Abolir la dimension humaine, supprimer jusqu’à toute trace d’existence : tel était le projet nazi. Depuis mon retour, je n’ai plus jamais réussi à pleurer. »
    Au nom des millions de morts, au delà de la culpabilité d’avoir survécu, au delà de toutes les peurs, de toutes les angoisses de se trouver seule face à la vie, elle a témoigné toute sa vie des souffrances indescriptibles vécues dans les camps. En janvier 2021, agée de 98 ans, Jacqueline Teyssier, reçu l’insigne d’officier de la Légion d’honneur. Elle quitta ce monde le 20 mars 2022.
     
    Pour le comité,
    Le Président, Nicolas Ronday